« Jour de courage » – Une bouffée d’histoire et de bravoure avec Brigitte Giraud

«  Là où l’on brûle des livres, on finit par brûler des hommes.  » – Heinrich Heine, Almansor (1823)

C’est l’histoire de deux incendies, de deux destins au devant desquels se dressent des esprits intolérants, ignorants voire violents. Brigitte Giraud réussit là une prouesse avec Jour de Courage, montrant que l’opposition à la valorisation, au bonheur et à l’accomplissement des cœurs différents ne s’essouffle pas et sait malheureusement se réinventer. 

Dans Jour de Courage, j’ai découvert une plume compréhensive, mesurée, poétique, et explicative. Tout au long des cent soixante pages, les jeux sur la graphie ou encore la confusion entre Livio et Hirschfeld autour d’un même « il » procurent un réel plaisir et une lecture sans peine. Le style de Brigitte Giraud épouse l’oralité, le raisonnement et le témoignage, au bon moment et au bon endroit. Il est vraiment dommage que j’ai dû attendre son dixième roman pour découvrir cette formidable autrice, née en 1966, en Algérie. 

Magnus Hirschfeld (1868 – 1935) était un médecin juif-allemand qui fonda l’Institut de sexologie de Berlin (Institut für Sexualwissenschaft), en 1919, pour venir en aide à toute une population mise en cause pour ses «  déviances  », ses «  péchés  », même sous une République de Weimar plutôt bienveillante sur ces sujets. Il n’avait pas peur d’affirmer son homosexualité, et a combattu durant toute sa carrière le paragraphe 175 qui pénalisait les homosexuels. Son travail et ses efforts furent anéantis au moment de la montée du nazisme et des premiers autodafés de livres. Brigitte Giraud rappelle, réhabilite et porte au grand jour un pan de l’histoire contemporaine des LGBT+, et on peut la remercier chaleureusement pour cela. On ne vantera jamais assez les vertus pédagogiques et instructives de la littérature. 

Livio est un jeune lycéen homosexuel d’aujourd’hui. Livio, c’est moi, elle, iel ou lui. Livio, c’est le visage de celles et ceux qui, dans un endroit où l’on nous apprend à réfléchir et à être de meilleurs humains, doivent supporter la complexité d’être, la difficulté de l’aveu, l’isolement du cœur et du corps sans personne pour les défendre, que ce soit entre les murs de l’école ou en dehors. Livio, c’est l’appel à l’aide de nos jours solitaires que retranscrit Brigitte Giraud avec finesse dans ce livre, paru le 21 août 2019 aux Éditions Flammarion. Merci Madame.


«  Il leur aura ouvert les yeux sur l’insondable bassesse des hommes et sur le sort éternel réservé aux minorités, avant de disparaître.  »

Guéric Cardet

Rédacteur Littérature et Actualités

Originaire de Moselle et ancien khâgneux, actuellement étudiant à la Faculté de Lettres de Sorbonne Université en Traduction franco-allemande, co-administrateur du blog Auteurs en Herbes.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.