CINE NEWS – Palmarès du Film International de Saint-Jean-De-Luz

Chaque semaine, la rédaction vous résume l’actualité du cinéma. Festivals, cérémonies, tournages et autres événements, vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas au courant.

Le palmarès de la 6ème édition du Festival International du Film de Saint-Jean-De-Luz

Du 7 au 13 octobre se tenait la 6ème édition du Festival International du film de Saint-Jean-De-Luz. Un événement qui, depuis 2014, se donne pour mission de révéler les réalisateurs de demain mais également de promouvoir la petite ville basque.

Cette année, le jury était présidé par la réalisatrice Catherine Corsini (La Belle Saison, Un amour impossible) et composé entre autres de l’actrice Zita Hanrot (Fatima, La fête est finie) ou de l’acteur Grégory Montel (Dix pour Cent, Les chatouilles). Aidés par le public et le jury jeune, ces derniers ont établi un palmarès largement dominé par Sympathie pour le diable de Guillaume de Fontenay. Le film a en effet remporté le Grand Prix mais également le Prix d’interprétation masculine pour Niels Schneider, le Prix du public et le Prix du jury jeune. Il revient sur le Siège de Sarajevo, un épisode particulièrement violent pour la capitale de Bosnie-Herzégovine, alors bombardée sans relâche par l’armée serbe de 1992 à 1995.

La nuit venue de Frédéric Farruci, qui raconte les errances nocturnes à Paris d’un jeune immigré prénommé Jin, a quant à lui obtenu le Prix de la musique et de la mise en scène. Rikita Shimu, actrice pour Made In Bangladesh (Rubaiyat Hossein) a également été récompensé dans la catégorie interprétation féminine. En ce qui concerne les courts-métrages, le public et le jury jeune ont plébiscité Ne demande pas ton chemin de Déborah Hassoun. Le jury lui a préféré De particulier à particulier de Julien Savaudon.

Credits : Youtube

Sophie Rossignol

Adaptation de Martin Eden au cinéma

Il y a deux jours sortait l’adaptation de l’oeuvre littéraire de Jack London Martin Eden en salles. Le cinéaste Pietro Marcello reprend l’épopée du jeune marin dans l’Italie du XX ème siècle. Interprété par Luca Marinelli, le jeune Martin, ouvrier dans l’industrielle baie de Naples, se confronte au monde instruit et intellectuel de la bourgeoisie lorsqu’il rencontre Elena (Jessica Cressy).

L’oeuvre est connue pour retracer les inégalités sociales qui vont pourtant unir ces deux jeunes amants. Mais c’est aussi une oeuvre parlante sur la flamme de l’artiste qui brule et que le jeune écrivain tente par tous les moyens d’extérioriser sur le blanc immaculé du papier. Une autobiographie ? Jack London nie cette vraisemblance malgré les similitudes flagrantes.

Une oeuvre donc à découvrir rapidement, surtout pour ceux que l’histoire du jeune marin gauche à chamboulé. Pietro Marcello, déjà remarqué avec Bella e perduta en 2015 est un cinéaste de la jeune scène italienne à surveiller. Ce nouveau défi semble être relevé lui aussi.

Credits : La Croix

Romane Segui

Dario Argento à la réalisation d’une série horrifique : Longinus 

Alors que Dario Argento : Soupirs Dans Un Corridor Lointain réalisé par Jean-Baptiste Thoret est sorti il y a quelques mois, celui que l’on appelle le « Mæstro dell’horror” » refait parler de lui. En perte de vitesse depuis la fin des années 90, le cinéaste qui a démocratisé le Giallo et qui a réalisé les chefs-d’œuvres que sont Profondo Rosso, Suspiria ou Inferno revient d’outre-tombe en dévoilant officiellement son prochain projet : Longinus.

Prévue tout naturellement comme une série horrifique aux accents ésotériques et policiers, la série promet une ambiance sombre et terrifiante dont les caractéristiques sortent tout droit de l’univers du maître. « À la croisée du réel et du surnaturel », Longinus se déroulera dans les paysages alpins, de Grenoble à Sienne. Le titre de la série évoque sans détour le nom du centurion ayant percé de sa lance le flanc du Christ lors de la crucifixion. Aucune date de sortie n’a été dévoilée pour le moment. À l’aube de ses 90 ans, Dario Argento continue vaillamment sa carrière pour un résultat, espérons-le, à la hauteur de ses premiers succès.

Credits : Noi Degli 80-90

Anthony Yvart

La bande-annonce de Knives and Skin dévoilée

Il y a quelques jours , les plateformes numériques dévoilaient la bande-annonce de Knives and Skin, un film réalisé par la cinéaste américaine Jennifer Reeder et notamment présenté à l’Étrange Festival et au Festival de Deauville. À mi-chemin entre le thriller et le teen-movie, le long métrage raconte la disparition de la lycéenne Carolyn Harper et des conséquences que celle-ci va avoir dans la petite bourgade américaine où elle habite.

La courte vidéo nous plonge ainsi dans une atmosphère étrange, onirique et trouble qui rappelle pour certains critiques et internautes David Lynch. Bien qu’abordant des thèmes communs (le cauchemar, les secrets, le mystère), le film semble pourtant bel et bien revendiquer une identité et un style propre. Rendez-vous le 20 novembre dans les salles obscures pour le vérifier !

Sophie Rossignol

Pierre Niney rejoint l’aventure OSS117

Pour ce troisème volet OSS177 : Alerte rouge en Afrique Noire, Pierre Niney rejoint Jean Dujardin , l’espion bien connu de tous. Dans ce nouveau chapitre réalisé par Nicolas Bedos et toujours écrit par Jean-François Halin, Hubert (Jean Dujardin) donne la réplique à un agent de la jeune génération , incarné donc par Pierre Niney.

L’acteur change quelque peu de registre après avoir joué les rôle d’Yves Saint Laurent, de Romain Gary et du fils de Jacques-Yves Coustaud. Cette fois-ci, il s’empare de l’univers sarcastique de l’agent Hubert Bonisseur de La Bath, bien que jouer dans un film d’époque, tels que le sont principalement les précédents OSS117, ne sera pas une nouveauté pour le jeune acteur. L’intrigue de ce film reste encore inconnue et sortira en salles le 3 février 2021.

Credits : Golem13

Romane Segui

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.