Agendart – Godard, rencontres et expositions

Tous les quinze jours, la rédaction “Art” de Maze vous propose une sélection d’évènements culturels à ne pas manquer. Au programme cette semaine : une artiste allemande, de la BD belge, du street-art, des performances et rencontres avec de jeunes pousses de la scène artistique contemporaine pour finir sur un combo danse et impressionnisme.

Le livre d’image, Jean-Luc Godard © Casa Azul Films / Ecran Noir

Exposition – Rebecca Horn au Centre Pompidou-Metz

Jusqu’au 13 janvier 2019, le Centre Pompidou-Metz héberge le Théâtre de Rebecca Horn. Le musée mosellan accueille la rétrospective consacrée au travail de la l’artiste allemande et instaure un dialogue entre des œuvres réalisées sur plus de cinq décennies. Installations, performances enregistrées, constructions mécaniques, rupture et peinture, tout le spectre des formats utilisés par Rebecca Horn sont réunis. Artiste protéiforme, Rebecca Horn a particulièrement exploré et questionné le corps, notamment le corps féminin et meurtri. Intimistes et douloureuses, ses œuvres naissent d’une sensibilité en partie héritée de son séjour dans un sanatorium aux alentours de l’âge de vingt ans. Cette expérience personnelle l’a amené à exploré l’esthétique du corps malmené, brutalisé, tordu jusqu’à la réinvention de sa propre identité physique. Les références littéraires et artistiques mobilisées sont nombreuses : Beckett, Meret Oppenheim ou Man Ray. Considérée parfois comme une surréaliste tardive, le travail de Rebecca Horn invite à repenser les concepts de métamorphose et de mouvement.

Jusqu’au 13 janvier 2020 au Centre Pompidou-Metz, Galerie 2 – 1, parvis des Droits-de-l’Homme 57000 Metz – Tarifs : 7€ / 10€ / 12, gratuit pour les moins de 26 ans

Le livre d’image, Jean-Luc Godard © Casa Azul Films / Ecran Noir

Cinéma/Théâtre – Jean-Luc Godard aux Théâtre des Amandiers de Nanterre

Le plus français des réalisateurs suisse va littéralement occuper le Théâtre des Amandiers de Nanterre avec son Livre d’images. Présenté en 2018 au Festival de Cannes où il a obtenu une Palme d’or spéciale, ce film explore la mémoire cinématographique et artistique de Jean-Luc Godard. Plutôt que de le présenter dans des salles de cinéma, le réalisateur souhaitait que son filme investisse des lieux plus inhabituels. Tous les week-end du 4 au 20 octobre, de 14 à 22h, les visiteurs auront ainsi l’occasion de découvrir ce long métrage mais aussi d’autres oeuvres telles que des long-métrages réalisés depuis 2000 (Film socialisme en 2010, Adieu au langage en 2014), des courts et de ses collaborateurs directs (Anne-Marie Mieiville sa compagne et Fabrice Aragno). Une expérience immersive co-produite par le Festival d’Automne et qui permettra aussi d’explorer les recoins du Théâtre de Nanterre.

Le livre d’image de Jean-Luc Godard. Dans le cadre du Festival d’Autome, au Théâtre des Amandiers de Nanterre (7 avenue Pablo Picasso, Nanterre – RER A Nanterre-Préfecture). Du 4 au 20 octobre. Pass à 10€. Séances du Livre d’image sur réservation uniquement.

L’Allemagne nazie envahit la Belgique. Dessin : Émile Bravo © Dupuis

Exposition – Spirou et Bruxelles sous l’Occupation

En 1940, en quelques jours seulement, la Belgique se retrouve occupée par le IIIème Reich d’Adolf Hilter, une sort tragique et précipité qui va inspirer à Emile Bravo, l’auteur de Spirou, un volume spécial des aventures de son héros. Dans L’Espoir malgré tout, l’auteur et illustrateur plonge Spirou et sa ville, Bruxelles, dans les affres de la seconde guerre mondiale. Présentée au BIP (experience.brussels), co-produite avec la Fête de la BD, le Parement Bruxellois et la maison d’édition Dupuis, l’exposition rassemble des extraits de la bande-dessinée, d’archives sur la ville de Bruxelles, duJournal de Spirou, ainsi que sur son rédacteur en chef Jean Doisy. C’est ce dernier qui envoya un de ses journalistes, Victor Martin, en 1942 à Auschwitz afin d’en savoir plus sur les rumeurs qui émanaient des camps. En partant de la première planche de l’album et les aventures de Spirou et Fantasio, l’exposition révèle le quotidien des belges sous l’Occupation. Jusqu’à la dernière planche, qui clôt l’exposition, les anecdotes fusent sur les nombres actes de résistances organisés à Bruxelles comme le refus de Dupuis de passer sous administration allemande ou le Théâtre des Farfadets hébergea un réseau de résistants.

« Spirou et Bruxelles sous l’occupation », jusqu’au 28 novembre 2019 au BIP (experience.brussels), 2-4rue Royale, 1000 Bruxelles. Entrée libre. Horaires : du lundi au vendredi 9h30 – 17h30, le samedi et le dimanche 10h – 18h.

Rencontres/Spectacles – La Biennale de Paname

D’un côté, la célèbre FIAC de Paris ou Foire Internationale d’Art Contemporain – pour les non aficionados – créée en 1974. Sur une autre rive, son revers jeune et effronté : la Biennale de Paname « Saison II ». Un événement uniquement fondé par des artistes en personne, passionnés et audacieux, à sa tête les plasticiens Salomé Partouche et Jean-Samuel Halifi. Une idée, l’art sous toutes ses formes ; de l’expérience sonore à la performance plastique, mais aussi : sculptures, peintures et photographies. Un plongeon en accès libre, donc, dans un labyrinthe artistique polymorphe et également des conférences, rencontres diverses, showcases et autres surprises. Si vous aimez défendre des créations jeunes d’art contemporain, un seul rendez-vous, un seul incubateur, 25 artistes à découvrir du 17 au 20 octobre 2019 au cœur du quartier Bastille. En tout cas, nous on y sera et vous ?

« La Biennale de Paname  », du 17 au 20 octobre 2019 au 10, Boulevard de la Bastille, Paris XII. Gratuit. Libre accès.

DIRE 132 (Cabine 132 de la piscine Molitor) – Photo : Sébastien Giraud

Exposition – Street art au cœur de la piscine Molitor

Lieu mythique des années 30 progressivement laissé à l’abandon, squatté et même partiellement détruit, la piscine Molitor est, depuis 2014, devenue synonyme de luxe et volupté aux portes de Paris. Réinvestie et rénovée pour devenir un complexe de luxe regroupant un hôtel, un spa et un restaurant, Molitor se veut également désormais galerie d’art. L’intégralité des cabines qui bordent le bassin d’hiver de la piscine a été confiée aux soins (et dessins) d’autant de street artists, comme un hommage à la période très underground de la piscine dans les années 1980. La liste des invités recense essentiellement des hommes (malheureusement, le milieu du graff demeure très masculin…) et quelques noms connus du grand public : Madame, Monsieur chat etc. Si la récupération institutionnelle des arts de la rue interroge voire amuse toujours (en particulier lorsque l’institution en question est un tel temple de la consommation bourgeoise), ce projet a le mérite de célébrer des artistes qui demeurent peu exposés et, surtout, de donner l’occasion à des badauds (que l’on espère nombreux) de découvrir la merveilleuse architecture Art Déco de ce lieu historique de l’ouest parisien. À noter que ce projet s’accompagne de la sortie d’un beau livre (Molitor. Vibrations Artistiques) aux Editions h’artpon. 

Visites des cabanes sur réservations (gratuit et libre le mercredi, guidée et à 8€ le samedi). Piscine Molitor, 6 avenue de la Porte Molitor, Paris 16ème (métro 10 Michel-Ange-Molitor). Livre Molitor : Vibration Artistiques. Editions h’artpon, 35€. 

Exposition – « Degas à l’Opéra de Paris » au musée d’Orsay

Le trois cent cinquantième anniversaire de l’Opéra de Paris est l’occasion de belles (re)découvertes. Du 24 septembre au 19 janvier 2020 les oeuvres d’Edgar Degas peintes à l’Opéra de Paris. C’est en effet celui qui a le plus emblématiquement valorisé l’âge d’or du grand opéra à la fin du XIXe siècle, saisissant dans ses toiles le caractère tout à la fois flamboyant et feutré de ce microcosme fascinant. Des loges à la scène, des musiciens aux danseuses ; c’est un portrait exhaustif d’une époque et d’un lieu qui s’offre au visiteur. Cette exposition exceptionnelle s’accompagne d’un documentaire diffusé sur Arte, disponible ici.

« Degas à l’Opéra de Paris » au Musée d’Orsay, 1 Rue de la Légion d’Honneur, XIIe Paris, ouvert du mardi au dimanche de 9h30 à 18h, le jeudi jusque 21h45. Tarif : de 12,40€ à 15,40€ (réservation en ligne conseillée)

Chloë Braz-Vieira

Rédactrice "Art". Toujours quelque part entre un théâtre, un film, un ballet, un opéra et une expo.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.