P4K Paris 2019, nos coups de coeur

© Alban Gendrot

A Paris, c’est l’un des festivals qu’on attend le plus en fin d’année. Neuvième édition du genre dans l’hexagone, le Pitchfork Festival refera surface du 31 octobre au 2 Novembre à la Grande Halle de la Villette.

L’an dernier, le festival nous offrait sans aucune commune mesure l’une des plus majestueuses et incroyables programmations de l’année, tout festival confondu. Cette année, le festival qui se veut prescripteur et défricheur, dévoile un line-up plus confidentiel mais tout aussi ambitieux.

En attendant le jour J, la rédaction s’est chargée de vous livrer nos coups de coeur de cette édition. Des têtes d’affiche aux new comers, de la pop au jazz, du mélancolique au nostalgique, voici notre sélection.

Ezra Collective

Ezra Collective, c’est le genre de collectif qui te réconcilie avec le jazz. Après avoir remporté en 2018 le prix du meilleur album de jazz aux Worldwide Awards de Gilles Peterson avec The Philosopher EP, le quintet londonien sortait en avril dernier son premier album, You Can’t Steal My Joy, avec des featurings des quelques nouveaux kings de la capitale anglaise, à savoir Jorja Smith, Loyle Carner et Kokoroko. Rien que ça.

Chromatics

On espère encore que l’attente de la relève de l’excellent Kill for love (2012) va toucher à sa fin. Le nouvel album des Américains de Chromatics a fait couler de l’encre ces dernières années : Dear Tommy, annoncé depuis décembre 2014, a été repoussé de nombreuses fois alors que les singles et extraits du nouvel album ne font qu’affluer, de Time Rider en février dernier au titre Petals, sorti fin août. Le groupe, emmené par Ruth Radelet, n’avait pas foulé les scènes depuis plus de cinq ans. La reprise d’une tournée cette année est une excellente nouvelle. Rendez-vous le 1er novembre.

Weyes Blood

En avril dernier, l’Américaine Natalie Laura Mering aka Weyes Blood nous présentait son nouvel album Titanic Rising, un manifeste mélancolique de pop ondulante et d’envolées lyriques que la rédaction n’a d’ailleurs pas hésité à placer parmi les meilleures sorties du premier semestre. Rdv en terres pop aquatique le 1er Novembre.

Barrie

Tout droit venus de Brooklyn, où le quintet a élu domicile pour l’enregistrement, Barrie nous a régalé en mai dernier de son premier album, Happy to be here. Épaulés par Jake Aron (producteur entre autres des albums A seat at the table de Solange (2016) ou encore de Painted Ruins de Grizzly Bear (2017) ), leur premier opus est une très jolie découverte aux variations très douces. Groupe formé au terme de rencontres éminemment transnationales (les cinq musiciens sont de trois nationalités différentes – Brésil, Royaume-Uni et Etats-Unis) et de sensibilités musicales diverses, nouvelle perle pop indé régalera la foule le 1er novembre au Pitchfork.

Charlotte Dos Santos

On sait combien la chaine youtube COLORS est un gage de qualité mais certaines fois, on tombe carrément des nues. En 2017, c’est la brésilo-norvégienne Charlotte Dos Santos qui se prêtait à l’exercice en interprétant Red Clay, extrait de son premier album Cleo. Avec sa soul délicieuse et son charme magnétique, la chanteuse devrait sans conteste mettre à ses pieds la foule le 31 octobre prochain.

Belle & Sebastian

Plus la peine de présenter ces joyeux ambassadeurs du rock britannique. Déjà présente cette année sur le spot américain de la franchise, la bande de Stuart Murdoch, qui vient tout juste de sortir son nouvel album, Days of the Bagnold Summer, devrait faire fondre le coeur des festivaliers le vendredi. On se retrouve le 1er Novembre.

SebastiAn

SebastiAn amorce son grand retour en 2019 sur la scène du Pitchfork. La figure montante de l’électro française tease son nouvel album depuis juin dernier avec Thrist, clip réalisé par le cinéaste Gaspard Noé, suivi du puissant Run For Me, et de Better Now début septembre. Très attendu depuis sa bombe Total en 2011, le prodige d’Ed Bangers Records s’était dédié à la production – pour notre plus grand plaisir, puis qu’il fut à la barre des fameux Outrun de Kavinsky (2013), Magnum de Philippe Katrine (2014) ou encore de l’hypnotique Rest de Charlotte Gainsbourg (2017). Un retour bien attendu, à découvrir le samedi 2 novembre.

Celeste

Amateurs de Soul, Celeste est sans hésitation la perle des émergents de cette programmation. Jeune artiste d’origine américaine, son dernier EP Lately, composé d’une instrumentale sobre qui nous laisse apprécier toute sa palette vocale dans une ambiance vieux club de jazz est le prochain incontournable. On vous laisse découvrir l’artiste, et ce sera le 31 octobre.

Retrouvez toute la programmation & infos sur le site du festival. 50 artistes dispatchés sur les quatre scènes du festival. Pour les plus fêtards, la nuit se prolonge au Trabendo pour trois after parties en partenariat avec Red Bull Music, réunissant lives électroniques rares et DJ sets endiablés. Et enfin, si votre porte-monnaie vous le permet encore, passez donc au marché de disquaires indés concocté par Les Balades Sonores.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés