La Boucle du ruban rouge #2 – “Les citoyens sont encore bloqués dans le sida des années 80”

@Ville d’Angoulême

Jérémy Chalon a décidé de faire un « tour de France » du 3 au 10 octobre, la Boucle du ruban rouge, pour sensibiliser les citoyens et les pouvoirs publics afin. A l’issue de cette Boucle, Jérémy souhaite que la France augmente les moyens financiers qu’elle donnera lors du Fonds Mondial de la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Après une semaine d’aventure, il dévoile à Maze les premières impressions de son voyage. 

Comment s’organisent tes journées lors de la Boucle ? 

Je fais en moyenne 3 à 4 heures de vélo par jour pour arriver aux villes que nous avions définies en amont. Nous organisons ensuite des événements le reste de la journée pour pouvoir sensibiliser sur la thématique de la lutte contre le sida. Ces événements sont des mobilisations citoyennes, associatives (avec des associations nationales ou locales), mais aussi politiques. 

Quel est l’objectif de ces événements ? 

Ces événements doivent être un lieu d’informations pour lutter contre la méconnaissance sur le sida. Nous pouvons compter des stands pour informer sur le sida, d’autres pour évoquer l’importance du Fond mondial, ou certains encore pour se faire dépister. L’objectif est, à terme, d’interpeller les pouvoirs publics et les citoyens pour agir. Nous avons une belle mobilisation : grâce à cette Boucle, et à l’organisation de ces événements sur le chemin, de nombreux maires nous réservent un formidable accueil dans leur ville. La majorité décide de signer un label « élu local contre le sida » et souhaite signer une pétition pour que la France augmente les fonds destinés au fond mondial de la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

L’intérêt de cette Boucle est aussi de tempérer la méconnaissance liée au sida. Quelles sont les premières impressions que tu as pu ressentir en parlant du sida avec des citoyens ?

La majorité des citoyens sont préoccupés et se sentent concernés par cette thématique : ils écoutent et signent majoritairement la pétition pour qu’Emmanuel Macron augmente le fond mondial de la lutte contre le sida. Nombreux sont ceux qui savent ce qu’est le sida, mais peu sont réellement informés sur cette maladie. Les citoyens sont encore bloqués dans le sida des années 80, par exemple, peu de personnes savent qu’il existe un traitement qui rend un malade « indétectable ». Ils voient encore dans le sida une maladie qui ne touche que les autres. D’ailleurs, on rencontre parfois de drôles de personnes qui nous répondent « Ne me parlez pas de sida, je suis avec mes enfants ! », dommage, ça pourrait peut-être les concerner. Il y a encore du travail ! 

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.