Les Kevin de l’édition, l’actualité littéraire à l’heure du mème

Les Kevin de l’édition, c’est le nom d’un compte Instagram apparu sur nos écrans depuis maintenant 3 semaines. Avec déjà plus de 2 000 abonnés, le succès des Kevin est indéniable. Leur humour décalé aussi, pour le plus grand bonheur de tous férus de littérature.

Le crédo  ? tourner en dérision l’industrie du livre et ses travers, toujours avec pertinence sans jamais aucune once de frénésie, aucune. Attachés à leur anonymat, ils ont tout de même acceptés de nous répondre par mail.

«  L’anonymat nous protège et nous permet tout simplement d’exister : nous ne pensons pas que les Kevin puissent être incarnés, et donc potentiellement affiliés à un métier ou à une entreprise précise. En restant anonymes, nous pouvons demeurer impartiaux et sympathiques aux yeux de nos followers. Par ailleurs, exposer nos visages n’apporterait aucune valeur ajoutée (bien que nous ayons beaucoup de charme).  »

Le monde de l’édition est un habitué du genre. Déjà en 2012, Tumblr – au sommet de sa visibilité – avait vu naître une page De l’édition, truffée de Gifs animés, à l’origine d’un grand nombre de fous rires. C’est d’ailleurs de la découverte de ce Tumblr que sont nés Les Kevin. L’industrie du livre semble donc être propice à la création de contenus parodiques. Selon les Kevin, cela relève du fait qu’il s’agit d’un «  monde relativement fermé, où tout le monde se connaît, avec des usages particuliers. Le côté suranné de l’édition confine parfois au ridicule, laissant ainsi une très grande possibilité de private jokes.  »

View this post on Instagram

Des news de Proust @editions_gallimard ?

A post shared by Les Kevin de l'édition (@leskevindeledition) on

Le logo des Kevin, très évocateur par sa ressemblance cuisante avec celui de la Bible de l’édition française qu’est Livres Hebdo, nous aiguille sur le projet de ses mystérieux administrateurs. «  Notre projet  ? Railler ce beau milieu du livre qui peut parfois paraître un peu trop désuet.  » Cette fois-ci, les Kevin se sont emparés d’un outil plus moderne, mine d’or de l’internet 2.0, qui n’est autre qu’Instagram, et aux Gifs se sont substitués les mèmes (contenus repris et diffusé en masse sur internet).

«  Nous ne nous attendions pas à un tel succès, l’idée était surtout de nous marrer tout en dénonçant gentiment le milieu dans lequel nous évoluons. Nous allons continuer à publier des contenus sans aucune stratégie ni plan d’action, et nous verrons bien où cela nous mène  !  »

Comme vous l’aurez deviné, les Kevin sont des membres actifs de l’édition française. «  Nous sommes évidemment au taquet sur l’actualité littéraire, au vu de nos emplois respectifs… Nous lisons très régulièrement, souvent des manuscrits et autres épreuves non corrigées ; il est parfois difficile de sortir des publications de nos maisons et de lire les excellents livres de la concurrence. On aime bien les auteurs morts, aussi.  »

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés