La Route du Rock 2019, jour 2 – Pluie fine, nuit électrique

© Nicolas Joubard – Altin Gün

Deuxième jour pluvieux mais heureux pour cette vingt-neuvième édition de la Route du Rock. Foxwarren, Altin Gün, Hot Chip ou encore 2manydjs ont retourné le Fort Saint-Père.

Les débris de confettis éparpillés sur le sol du festival nous rendent presque nostalgiques des concert d’hier soir, on est encore un peu ailleurs, difficile de se remettre du concert de Tame Impala de la veille. Mais il est temps de reprendre des forces pour ce deuxième jour de festival qui s’annonce déjà mémorable.

Foxwarren

Il fallait s’y attendre, la Route du Rock sans la pluie ce n’est pas vraiment la Route du Rock. C’est Foxwarren, groupe emmené par le canadien Andy Shauf qui entame la soirée sous une pluie fine aux doux airs d’apocalypse. Un set mélancolique et folk qui transporte les festivaliers dans un cocon de tendresse. Un concert modeste, sans artifice en guise de prélude où les musiciens ont présenté leur tout premier album Foxwarren, pépite indie-rock renversante et romantique. Peu importe la pluie et la poussière, la joie se fait sentir sur les visages que l’on croise en parcourant la foule du regard qui se dirige déjà vers la scène d’en face pour écouter la folk psyché de Tim Presley’s White Fence.

© Nicolas Joubard – Foxwarren

Altin Gün

20h35, la pluie se fait plus violente et un vent turc commence à souffler sur Saint-Malo. C’est au tour du groupe turco-néerlandais Altin Gün d’investir la grande scène du Fort. Une heure d’ondulations orientales et d’envolés psychédéliques, les k-ways multicolores se frottent, les bras se lèvent et les épaules tournent aux rythmes des synthétiseurs, du luth traditionnel turc et des percussions entêtantes. Dans sa robe à fleurs, Merve Dasdemir, chanteuse du groupe envoûte le public déjà conquis de sa voix hypnotisante. Un set constitué des morceaux de leur deux albums, On et Gece, sortis respectivement en 2018 et 2019. Une prestation impressionnante alliant rock psyché et musique traditionnelle qui réussit presque à faire réapparaître le soleil sur le Fort Saint-Père.

© Nicolas Joubard – Altin Gün

Hot Chip

Après le show virulent et énervé du groupe punk Crows, la bande d’Alexis Taylor et de Joe Goddard prend possession de la scène du Fort et livre un concert extatique emmêlant pop et musique électronique à merveille pour le plus grand plaisir du public déchaîné qui s’en donne à coeur joie sur le dancefloor. Les londoniens proposent un live classe et maîtrisé toujours vêtus de leurs légendaires combinaisons blanches, ils inviteront même quelques enfants à danser sur la scène. Un beau moment d’extase qui échauffera le public avant le set endiablé de 2manydjs.

© Nicolas Joubard – Hot Chip

Fin de soirée

La soirée se clôture par le set brûlant du collectif post-punk Crack Loud qui injecte une dose d’énergie aux festivaliers qui commençaient déjà à somnoler. Puis c’est la productrice de techno industrielle Paula Temple qui prend les commandes de la soirée à coups de beats puissants et intenses qui entêteront les cerveaux des derniers survivants de la soirée. Dernière étape, samedi soir avec notamment Metronomy et les Growlers : on n’a pas fini de danser.

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.