CINE NEWS – Roméo Elvis chez Quentin Dupieux

Chaque semaine, la rédaction vous résume l’actualité du cinéma. Festivals, cérémonies, tournages et autres événements, vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas au courant.

Roméo Elvis rejoint Mandibules

Quentin Dupieux a annoncé la suite du casting de son prochain film plutôt alléchant, Mandibules – l’histoire de deux amis qui trouvent une mouche géante dans le coffre d’une voiture et vont l’apprivoiser pour gagner de l’argent. Si le duo du Palmashow, David Marsais et Grégoire Ludig (qui retrouve le cinéaste après Au Poste !) avait déjà été annoncé pour les rôles principaux, ils sont rejoints par le rappeur belge Roméo Elvis pour une première apparition cinématographique (plutôt logique) et les acteurs.trices : Denis Ménochet, Anaïs Demoustier, Bruno Lochet, India Hair, Coralie Russier (120 battements par minute et Le Daim) et Adèle Exarchopoulos. Le tournage débutera courant septembre/octobre prochain et on a hâte.

Diane Lestage

Matt Dillon dans un court métrage de Yorgos Lanthimos

Habitué des festivals de cinéma, et connu pour son travail minutieux sur The Lobster, The Favourite ou encore The Killing Of a Sacred Deer, le réalisateur grec Yorgos Lanthimos se place une nouvelle fois derrière la caméra pour un format court. Nimic, qui met ainsi en scène l’acteur Matt Dillon, particulièrement remarqué dans le récent thriller The House That Jack Built de Lars Von Trier. Présenté lors du Festival de Locarno en Suisse (du 7 au 17 août), ce métrage de 12 minutes reprend ainsi les codes intriguants et déroutants des précédentes réalisations de Lanthimos. Pour le moment, difficile de savoir où cette production sera visible à l’avenir, étant donné les contraintes de projection des moyens et courts métrages dans le cadre des distributions actuelles

Caroline Fauvel

Rose McGowan, derrière la caméra

L’actrice connue du grand public grâce au film Scream de Gregg Araki et la série Charmed d’Aaron Spelling a annoncé à Hollywood Reporter ses projets de réalisation. Elle met aujourd’hui sa carrière d’actrice entre parenthèses suite aux conséquences des mouvements #MeToo et Time’s Up qu’elle a indirectement initiés. Depuis son témoignage contre Harvey Weinstein et le début de son combat contre les travers misogynes d’Hollywood, elle serait, selon elle, blacklistée.

C’est pourquoi elle passera bientôt derrière la caméra avec deux projets en écriture : un film d’animation basé sur un chien découvrant un monde imaginaire nommé Pomeria, ainsi qu’un thriller psychologique. Aucune information n’a été donnée sur les potentiels producteurs.

Isma Guerroumi

Copyright WeatherVane Productions 

Le retour d’Aladdin

Ce ne sont pas les idées nouvelles qui étouffent les patrons de Disney. Épuiser les franchises est, depuis quelques années déjà, le leitmotiv du géant américain. Si les critiques furent difficiles avec la version live d’Aladdin, force est de constater sa réussite au box-office mondial. Plus d’un milliard de dollars cumulés et plus de 2 millions de spectateurs en France plus tard, le remake pourrait avoir une suite si l’on en croit les propos du producteur Dan Lin. « Quand nous avons fait le premier film, nous avons voulu faire le meilleur film possible et laisser le public décider s’il voulait en voir plus. Et je dirais qu’une majorité du public veut en voir plus. Ils ont vu le film de nombreuses fois. Nous avons reçu de nombreuses lettres des gens qui y sont retournés avec leurs amis et leur famille. Nous avons aussi senti qu’il y avait plus à dire de cette histoire. » Le dessin animé avait connu deux suites, dont la deuxième s’intitulait Le retour de Jafar. Pourtant, le studio se dirigerait vers une nouvelle version, mélangeant plusieurs influences. « Si je vous le disais les fans deviendraient fous, c’est encore trop tôt. Sachez juste que nous puisons dans de nombreuses œuvres, ce ne sera pas inspiré d’une seule source, et nous comptons bien prendre le meilleur de tout ce qui a été fait jusqu’ici pour créer quelque chose de frais et nouveau. » surenchérit Dan Lin. Disney devrait annoncer plus de détails dans les mois à venir. Avec, peut-être qui sait, un Will Smith moins ridicule que dans le premier épisode.

François-Xavier Lerbré

copyright :photo Mena Massoud

Shia Laboeuf : Trois souvenirs de sa jeunesse

Shia LaBoeuf n’a jamais fait comme tout le monde. Provocateur, insolent, avant-gardiste, allumé, l’acteur de 33 ans traverse son art comme il se promène dans ses films : avec une énergie dévastatrice. Sorte de cocktail molotov humain lancé sur l’industrie hollywoodienne, LaBoeuf a toujours montré un visage d’écorché vif, excessif et incompris. Pour le comprendre un peu plus, peut-être que son prochain film sera la donnée manquante de l’équation apparemment irrésolvable. Écrit et interprété par ses soins, Honey Boy racontera l’histoire de… Shia LaBoeuf. Le long métrage réalisé par Alma Har’el raconte la relation entre Otis, un tout jeune acteur, et son père, alcoolique et détruit par le traumatisme de la guerre du Vietnam. C’est Shia LaBeouf qui incarne le rôle de James, le père, librement inspiré du sien. Otis, Shia donc, sera incarné par deux acteurs  : Noah Jupe lorsqu’il est jeune, et Lucas Hedges (Three Bilboards) quand il est plus âgé. Marqué par son passé d’enfant star, l’acteur mélangera souvenir et fantasmes dans un film libre et mélancolique. La bande-annonce laisse augurer un film sincère et dense, avec son lot de scènes déchirantes et de confessions intimes. Sortie française le 8 novembre 2019.

François-Xavier Lerbré

Diane Lestage

J'entretiens une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés