CINE NEWS – De jeunes auteurs sur les planches

© The Private Life of a Modern Woman (Sienna Miller) – Droits réservés

Chaque semaine, la rédaction vous résume l’actualité du cinéma. Festivals, cérémonies, tournages et autres événements, vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas au courant.

Pluie d’auteurs sur la plage de Deauville

Si la qualité d’un festival ainsi que son palmarès ne s’écrivent pas sur le papier, l’édition 2019 du festival du cinéma américian de Deauville réserve une programmation riche de talents et d’audaces. Reculé d’une semaine (du 6 au 15 septembre) comme l’année dernière afin de ne pas concurrencer la Mostra de Venise, le festival, par la voix de sa direction, a annoncé l’ensemble de la compétition et des jurys. Le jury principal présidé par Catherine Deneuve et Anna Mouglalis, est composé de la delicate Claire Burger, de l’actrice italienne Valeria Golino, de la révélation de Phanthom Thread Vicky Krieps, du réalisateur Antonin Baudry, du réalisateur de documentaires Jean-Pierre Duret, de l’acteur, scénariste et réalisateur Gaël Morel, du régional Orelsan, du brillant Nicolas Saada, et du magnétique Gaspard Ulliel. Quant au jury révélation, et sous la houlette d’Anna Mouglalis, il sera constitué d’Alice Belaidi, de Damien Bonnard, de Roman Kolinka et de Marie-Louise Khondji.

Habitué à accueillir les moments forts du cinéma indépendant annuel, la 45 ème édition ne déroge pas à la règle puisqu’elle offrira en compétition et avant première quelques beaux moments assurés comme The Lighthouse de Robert Eggers, thriller horrifique acclamé en mai dernier à Cannes, le beau Port Authority de Danielle Lessovitz, le déjanté Mickey and the Bear d’Anabelle Attanassio, ou encore Terre maudite, western féministe d’Emma Tammi. Féminine, sera donc cette édition qui compte 11 films réalisés par des femmes, sur 36 présentes, un record dans la cité balnéaire. Pas à une contradiction prête et sans polémique, le festival s’ouvrira avec le nouveau film du contesté et non moins talentueux Woody Allen, A rainy day in New York. Suivront en avant premières française, entre autre, American Woman de Jake Scott, Charlie says variation de la réalisatrice Mary Harron (American Psycho) autour de Charles Manson, Une vie cachée dernière merveille de Terrence Malick et en clotûre, W.A.S.P. incursion américaine d’Olivier Assayas. Au cours de cette fête de près de 10 jours, Pierce Brosnan, Geena Davis, Sienna Miller et Kristen Stewart recevront un Deauville Talent Awards alors que Sophie Turner se contentera d’un prix “Nouvel Hollywood”.

Liste des films en compétition : Bull d’Annie Silverstein / Ham on Rye de Tyler Taormina / Judy and Punch de Mirrah Foulkes / Knives and Skin de Jennifer Reeder / Mickey and the Bear d’Annabelle Attanasio / Port Authority de Danielle Lessovitz / Share de Pippa Bianco / Skin de Guy Nattiv / Swallow de Carlo Mirabella-Davis / The Climb de Michael Angelo Covino / The Lighthouse de Robert Eggers / The Peanut Butter Falcon de Tyler Nilson & Michael Schwartz / The Wolf Hour d’Alistair Banks Griffin / Watch List de Ben Rekhi.

Avant-premières : American Skin de Nate Parker / American Woman de Jake Scott Angry Birds / Copains comme cochons de Thurop van Orman / Charlie Says de Mary Harron / Greener Grass de Jocelyn Deboer & Dawn Luebbe / Heavy de Jouri Smit / Music of My Life de Gurinder Chadha / Seberg de Benedict Andrews / Terre Maudite (The Wind) d’Emma Tammi / The Hummingbird Project de Kim Nguyen / Un jour de pluie à New York de Woody Allen / Une vie cachée de Terrence Malick / Waiting for the Barbarians de Ciro Guerra / WASP Network d’Olivier Assayas – Prix du 45° Festival de Deauville & Clôture.

François-Xavier Lerbré

Breaking Bad, le film se précise

Très attendu par les fans de la série, le film Breaking Bad est en bonne voie. Dans une interview adressé à The Hollywood Reporter, à l’occasion de la promo de la saison 5 de Better Call Saul, Bob Odenkirk (interprète de Saul Goodman) a mentionné le fait que le tournage serait tout juste terminé. Ainsi le film devrait être diffusé sur la plateforme Netflix au cours de l’année 2020, étant donné qu’un contrat avait d’ores et déjà était signé dans le cadre de ce projet. Le film devrait ainsi suivre le cours de la série et présenter de destin de Jesse Pinkman. Les deux interprètes phares Bryan Cranston et Aaron Paul sont tous deux au casting, d’où l’engouement autour de cette production. Reste à voir comment sera amené le personnage de Walter White dans le cadre de ce long-métrage, étant donné l’état dans lequel il nous avait été laissé dans le dernier épisode de la série.

Caroline Fauvel

© AMC

Une série Star Wars centrée sur Obi-Wan Kenobi et Ewan McGregor pour reprendre le rôle ? 

Depuis plusieurs années, le projet d’un spin-off centré sur Obi-Wan Kenobi, explorant sa période d’exil sur la planète des sables Tatooine, fait régulièrement l’objet de rumeurs et de fantasmes. À la suite de l’annonce du lancement de films Star Wars se détachant de la saga Skywalker, tel que Rogue One ou plus récemment Solo, un projet cinématographique centré sur Obi-Wan Kenobi était tout indiqué pour voir le jour, au vu de la popularité du personnage, ainsi que d’Ewan McGregor, l’acteur incarnant le rôle du Maître Jedi dans l’épisode I, II, III et VII (en voix seulement). C’était sans compter l’échec commercial de Solo en 2018. Bouleversant les plans de Disney pour la saga, l’entreprise américaine décide alors de stopper le développement des spin-off, enterrant toute possibilité de voir les aventures de “Ben” Kenobi sur grand écran. Néanmoins, avec le lancement de la plateforme de streaming Disney + au mois de novembre prochain, plusieurs sources dont  CineLinx, The Hollywood Reporter, Deadline ainsi que StarWarsNewsNet confirment qu’une série de 6 à 8 épisodes, centrées sur le Maître Jedi, serait en développement. Ewan McGregor serait également en négociation avec Disney pour reprendre son rôle et réaliser quelques épisodes de la première saison. Patience et espoir sont de mise. Attendons la D23, se déroulant du 23 au 25 août à Anaheim en Californie, pour avoir la confirmation (ou non) de ce projet tant espéré par les fans de la saga. 

Pierre-Louis Herrouin

© Lucasfilm Ltd.

Un quatrième volet pour Matrix

Prêt à reprendre la pilule rouge et à suivre le lapin blanc ? Objet de rumeurs depuis plusieurs années, le quatrième opus de Matrix va bien voir le jour. C’est Warner Bros qui l’a annoncé dans un communiqué mardi. À l’écriture et à la réalisation, Lana Wachowski en solo, sans sa soeur Lilly pourtant co-réalisatrice des trois premiers films. Du côté du casting, Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss reprennent leurs rôles respectifs de Neo et Trinity ; en revanche pas de détails sur le personnage de Morpheus, interprété à l’origine par Laurence Fishburne. On ne sait pas encore non plus comment ce nouveau long-métrage va s’articuler avec la trilogie originale. Le tournage doit commencer l’année prochaine. L’annonce intervient 20 ans tout pile après la sortie de Matrix, en 1999. Pour l’occasion certaines salles en France proposent de replonger dans la matrice sur grand écran, à partir du 24 août.

Kevin Dufrêche

© Warner Bros.

Adieu, Roger Rabbit….

Le monde de l’animation a dit au revoir à l’une de ses figures les plus mythiques. Richard Williams, le créateur de Roger Rabbit, est décédé le 16 Aôut. L’occasion de revenir rapidement sur la carrière incroyable d’un des animateurs les plus talentueux que le cinéma ait connu. Oscarisé pour A Christmas Carol en 1973, Richard Williams est surtout connu (et reconnu) pour son travail phénoménal sur Qui veut la peau de Roger Rabbit?. Faisant équipe avec Robert Zemeckis, il crée une révolution en donnant l’illusion de personnages de cartoons en 3D, qui évoluent dans l’espace, comme les acteurs (bien réels, eux) qui les entourent et avec lesquels ils interagissent. Le film remportera quatre oscars en 1989 ( Effets visuels, montage sonore, montage et contribution spéciale pour Williams), ainsi qu’un succès fulgurant auprès du grand public. Entré dans la légende, Williams avait à coeur de transmettre jusqu’au bout sa passion aux nouvelles générations d’animateurs. Il laisse derrière lui un film culte, et un savoir-faire qui émerveilla le monde entier.

Garance Nicpon

© Warner Bros.
Caroline Fauvel

LILLE

Du cinéma et de la musique - Master 1 Métiers de la Culture

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.