« Belly of a Dream », la nouvelle pièce du puzzle Wet DyeDream

 © Wet DyeDream / Flippin Freaks / Clément Pelo.

Membre de l’écurie du Flippin’ Freaks (Th Da Freak, Siz), Wet Dyedream dévoile en exclusivité pour Maze son nouveau clip, Belly of a Dream, tiré de son deuxième album Scramble.

Derrière le projet Bordelais Wet Dyedream, il y a d’abord Alexis Deux-Seize, songwriter acharné bercé par les effluves du rock 90’s et des productions de Sonic Youth, Daniel Johnston, Syd Barrett ou encore du Brian Jonestown Massacre. Cet ex-étudiant en lettres modernes semble avoir surtout ces dernières années privilégié la musique, puisqu’il a depuis 2017 publié trois EP, un disque en collaboration avec Opinion et deux albums.

Confusion is Wet

Scramble, petit dernier sorti il y a tout juste quatre mois, contient son lot de surprises et de ballades douces-amers, psychédélique et réverbérés, tenant autant du cauchemar tranquille que du rêve tourmenté. Neuf nouvelles chansons résultant d’un processus de sélection et de dur labeur, pour trouver le juste équilibre, la bonne structure et une cohérence d’ensemble idéale. Car ce ne sont pas les idées ni les chansons qui manquent, Alexis avouant avoir encore une trentaine de titres sous le coude, prêts à être enregistrés et publiés, étant poussé par un élan créatif qui ne tarit pas.

Si la majeure partie du disque a été enregistré dans sa chambre, il n’a cependant pas lésiné sur les moyens. Et ce en commençant par céder la batterie que l’on entend sur le disque au batteur de scène du groupe, Lucas Mégardon, enregistré chez le chanteur d’Our Name Is Nobody. Au niveau de la production, c’est Johann Philippe, qui avait déjà travaillé sur le Freakenstein de Th Da Freak, qui s’est chargé de peaufiner cet objet dans les studios du Conservatoire de Lyon. Royal.

 © Alexis Deux-Seize / Wet DyeDream

Au cours de cet album, Wet DyeDream semble poursuivre sa quête identitaire, faite de jeux sur le double, les faux-semblants et les mises en abyme, alternant vérités et mensonges, parcourant des états de conscience divers et variés, pour dessiner une cartographie assez sombre et enfumée du genre humain. Et le tout doublée d’une voix féminine, celle de Chloé sur le disque et d’Amber sur scène, présences discrètes, plaintives et élégantes, murmurées plus que véritablement chantées. Un goût de flower power désabusé, rappelant un demi-siècle de rock et de révolutions musicales, au charme suranné et hypnotique.

Quand à sa double-vie d’étudiant, il se pourrait qu’elle ait tout de même eu une forme d’impacte sur sa conception de la musique, puisque le sujet de son mémoire de fin de master portait sur.. la fuite. Une de ses conclusions, en forme de pied de nez, étant de défendre le fait que la littérature ne parvenait pas à proposer un réel échappatoire au réel, contrairement à la musique : tout un programme.

Belly of a Dream, promenade psychédélique

Dans son nouveau clip, Belly of a Dream, Alexis déambule dans un cimetière de façon hallucinée à la Easy Rider, campant un personnage travesti à mi-chemin entre la Amy Blue de Doom Generation et Kurt Cobain représentant la chanteuse que l’on entend sur le disque, le tout dans une esthétique VHS très teenage et old school. Une petite perle sucrée que l’on vous laisse découvrir ici :

Le clip de Belly of a Dream, en exclusivité pour Maze.

Un clip qui fait suite aux aventures en carton-pâte du protagoniste de Lazy, dont nous vous avions parlés ici. Une belle façon de découvrir ce projet qui s’insère peu à peu dans une scène alternative d’un nouveau genre, à la fois hédoniste et mélancolique, qui touche droit au cœur tout en faisant pogoter sévère.

Outre le chemin qu’il poursuit avec ce projet, l’album-testament d’un de ses anciens groupes, Mellow Pillow, devrait voir le jour d’ici la fin de l’année. Comme une façon de conclure un chapitre avant de se lancer, corps et âmes, dans ces “rêveries mouillés” qui risquent bien d’accompagner nos nuits blanches.

Scramble, disponible en écoute et téléchargement ici. Wet Dyedream sera en concert le 14 août à Bordeaux pour le festival Relâche en compagnie de White Fence et des Grys Grys, le 7 septembre à la Voûte (Bordeaux) avec Hoorsees ainsi que le 14 septembre à Bayonne pour une carte blanche au collectif bordelais.

Camille Tardieux

ÉTUDIANT EN MASTER MUSICOLOGIE ET EN COMPOSITION ÉLECTROACOUSTIQUE A BORDEAUX. AMOUREUX DES SONS, DES MOTS ET DES IMAGES, DE TOUT CE QUI EST UNE QUESTION D'ÉMOTION, DE RYTHME ET D'HARMONIE.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés