© Spencer Platt / Getty Images

Le Tour de France 2019 a touché à sa fin dimanche 28 juillet dernier. Il aura tenu en haleine les fans de cyclisme professionnel et les amateurs de sport durant presque un mois. Il est difficile à vrai dire de passer à côté, tant il est un sujet prisé par les médias et abordé dans les conversations.

Chez Maze Magazine, on s’est donc demandé pourquoi le Tour de France est aussi incontournable et ce qui peut bien nous donner envie de le regarder.

1 – Le concept 

Le Tour de France, qui en est déjà à sa 106ème édition, c’est tout d’abord 23 jours de course à vélo à travers les régions françaises. Les coureurs s’élancent pour 21 étapes qui représentent au total environ 3500 kilomètres. Le nombre de participants est variable : ils étaient 176 l’année dernière contre 218 cette année. Ils concourent sous les drapeaux de leur pays mais également sous les couleurs d’équipes sponsorisées. Il existe différents types de classement pour les départager, mais ce sont surtout les maillots qui sont célèbres lors du Tour : le célèbre maillot jaune (meilleur temps), le maillot vert (en tête du classement à points), le maillot à pois rouges (meilleur grimpeur) et le maillot blanc (meilleur jeune).

2 – Le mythe

On se souvient tous du jour où le Tour est passé par notre petite campagne, l’engouement, l’attente, le bruit, la foule, le passage éclair des coureurs… Le Tour possède une certaine aura, il n’y a qu’à voir comme les cyclistes filent sur les routes sinueuses par tous les temps, au gré des chutes et des incidents techniques. Roland Barthes, philosophe, critique littéraire et sémiologue français, écrit que le Tour de France est «  un fait national fascinant, dans la mesure où l’épopée exprime ce moment fragile de l’Histoire où l’homme, même maladroit, dupé, à travers des fables impures, prévoit tout de même à sa façon une adéquation parfaite entre lui, la communauté et l’univers.  » (Mythologies, 1957) Rien que ça !

3 – Le côté fédérateur

À sa création en 1903, le Tour de France n’a pas seulement pour objectif de booster les ventes du journal L’Auto. Il devait aussi véhiculer un certain idéal d’unité nationale. Les spectateurs, pris de chauvinisme régional, jettent des clous sur les pistes et agressent les participants. Aujourd’hui, c’est beaucoup moins violent, mais les foules sont toujours au rendez-vous : on compte plus de 10 millions de spectateurs sur les routes. Le Tour fédère même au-delà des frontières françaises, autant du côté des participants que des spectateurs. Il réunit d’ores et déjà plus de 40 nationalités différentes parmi les coureurs. Et selon Daam Van Reeth, chercheur spécialiste de l’économie du cyclisme à l’Université de Louvain (Belgique), le nombre de téléspectateurs du Tour à travers le monde se situerait entre 15 et 20 millions.

4 – Les polémiques

Qu’on s’y intéresse ou qu’on le déplore, chaque édition du Tour de France possède son lot de scandales et de polémiques. Il y a notamment le dopage qui, outre ses implications médico-sportives et morales, donne parfois lieu à des affaires fracassantes, si l’on pense à Lance Armstrong dont les sept victoires furent annulées en 2012. On peut également se poser la question de la place des intérêts économiques des sponsors lors de cet événement. Mais plus récemment, ce sont les injustices faites aux femmes dans le contexte du Tour qui ont fait couler de l’encre. L’absence de Tour de France féminin, objet d’un article des Inrocks en milieu de semaine, ainsi que les actes sexistes et incivils à l’encontre des hôtesses, voire la remise en question du bien-fondé de leur profession, ont été de plus en plus critiqués lors de cette édition 2019.

5 – L’ennui estival

C’est l’été, les vacances ou les congés pour les plus chanceux. Le moment du farniente mais parfois également de l’ennui mortel quand il n’y a rien à la télé ou dans les médias en général. On ne vous en voudra donc pas de regarder du coin de l’oeil les cyclistes en plein effort, assis sur le sofa à côté du ventilateur. Non seulement ça vous occupera un moment, mais vous brillerez par votre culture sportive lors du prochain barbecue familial.

Voilà, le Tour de France, c’est un peu tout ça à la fois ! Adoré par les uns, agaçant pour les autres, centre d’intérêt ou sujet à controverse, il n’en reste pas moins un événement fédérateur d’envergure internationale, ainsi qu’une preuve que l’on peut avoir la classe, même avec un casque, des coups de soleil et un short moulant. 

Guéric Cardet

Rédacteur Littérature et Actualités

Originaire de Moselle et ancien khâgneux, actuellement étudiant à la Faculté de Lettres de Sorbonne Université en Traduction franco-allemande, co-administrateur du blog Auteurs en Herbes.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés