SORTIES BD – La nature et les corps

Pour ce mois de mai, nous avons retenu trois albums graphiques aux thèmes forts et engagés, entre environnement et acceptation de soi.

Femme Sauvage de Tom Tirabosco

Dans un futur très proche aux États-Unis, des contestations contre les excès du capitalisme ont tourné en émeutes, puis en guerre civile. Alors que la planète elle-même reprend ses droits, suite aux dérèglements climatiques, les plus riches se sont retranchés dans des zones ultra sécurisées alors que les rebelles contestataires se sont réfugiés dans le nord afin d’échapper à la répression. Nous suivons une jeune femme qui après de nouveaux affrontements décide de rejoindre ces derniers. Elle voyage seule. Très vite, elle va être confrontée à l’hostilité de la nature, mais surtout à celle des hommes. Ce périple la poussera dans ses ultimes retranchements. C’est pourtant au cœur de cette nature qu’elle fera une rencontre qui bouleversera sa vie.

© Tom Tirabosco

Comme le souligne parfaitement son dessin charbonneux en noir et blanc, Tom Tirabosco nous offre ici un magnifique voyage initiatique au cœur d’un environnement primitif et parfois violent. Visiblement très marqué par sa lecture de Walden ou la vie dans les bois de Henry David Thoreau, le bédéiste livre une remarquable réflexion sur l’avenir de l’humanité et l’évolution de notre planète.

« Ce qu’il y a devant nous et ce que nous laissons derrière nous est peu de chose. Et quand nous apportons au monde ce qui est de nous, des miracles se produisent. Tu dois vivre dans le présent, te lancer au-devant de chaque vague… Trouver ton éternité à chaque instant. » (Henry David Thoreau)

Le personnage principal étant aussi le propre narrateur de son histoire, les bulles sont peu présentes et laissent place aux cartouches. L’auteur nous communique ainsi ses pensées les plus profondes, pessimistes sans aucun doute…

Femme Sauvage de Tom Tirabosco, Éditions Futuropolis, sortie le 8 Mai 2019 – 25 euros

Cher corps de Léa Bordier

C’est en 2018 que Léa Bordier ressent l’envie de parler des femmes et plus particulièrement de leur rapport au corps. Ayant étudié l’audiovisuel, le format de la vidéo postée sur Youtube lui semble alors évident.

Après plus de 60 000 abonnés et 4,5 millions de vues, les vidéos de Léa Bordier sont adaptées en bande-dessinée. Cet album, Cher corps, du même nom que la série vidéo, recense douze témoignages de femmes, mis en images par douze auteures impliquées et concernées par le sujet. On y retrouve notamment Mathou, Karensac ou encore Sibylline Meynet.

« Ces corps, bien différents de ceux qu’on voit dans les magazines depuis notre enfance, racontent des histoires intimes susceptibles de raisonner en chacun. »

Dans cet ouvrage, il est question de l’avortement, de l’adolescence, de l’homosexualité, du viol, de la maladie, du handicap, de cicatrices, de maternité. Ces événements, positifs ou négatifs, heureux ou malheureux, choisis ou subis mettent tous en jeu la notion de corps.

Certaines femmes de l’album ont fait la paix avec leur corps, d’autres luttent encore ou font avec, mais il est certain que le message qu’elles veulent toutes faire passer est optimiste. Tout au long d’une vie il y a des moments où il est plus compliqué de se sentir à l’aise dans ses baskets et c’est normal. S’écouter semble être la seule règle à suivre pour un esprit « serein » dans un corps « serein » !

Cher corps de Léa Bordier, Éditions Delcourt, sortie le 29 Mai 2019 – 19,99 euros

Le Loup de Rochette

Une fois n’est pas coutume, Jean-Marc Rochette nous livre une nouvelle bande-dessinée en haute altitude au cœur du Massif des Écrins. On y fait la rencontre de Gaspard, un vieux berger désespéré face aux attaques des loups contre son troupeau. Un jour, les nerfs à vif, il commet l’irréparable et tue une louve en train d’égorger l’un de ses moutons. Néanmoins, il laisse la vie sauve à son louveteau qui deviendra adulte. Un affrontement entre les deux êtres aura lieu…

© Jean-Marc Rochette

Véritablement ancrée dans l’imaginaire collectif, la peur du loup semble banale et surfaite dans notre époque actuelle. Pourtant, la réintroduction du loup dans son milieu naturel, ou encore les extinctions d’espèces animales, sont des problématiques de notre société. Ainsi, par son album, Jean-Marc Rochette nous remet les pieds sur terre et éclaircit notre horizon, quant à un sujet qui nous dépasse en dehors de la « sphère montagnarde  ».

Dans cet album, force est de constater que le loup est craint mais aussi admiré. L’homme et l’animal, que tout semble opposer ont pourtant des ressemblances frappantes. Tous deux se battent pour leur survie et tous deux sont extrêmement solitaires dans le contexte qui leur est propre.

Un dessin brut, primaire et réaliste, où les mots sont parfois absents sur plusieurs pages, nous confronte à la dureté du terrain. Baignés au cœur d’une nature hostile, Rochette nous donne à voir une véritable robinsonnade, où le loup finalement permet d’échapper à une solitude pesante.

Le Loup de Jean-Marc Rochette, Éditions Casterman, sortie le 15 Mai 2019 – 18 euros

Sophie Moulin

Amoureuse des lettres, des mots, des phrases. Sur papier, dans des bulles, sur les murs, dans mes oreilles...

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés