CINE NEWS – Cannes 2019 : le duo Nakache/Toledano en clôture

Chaque semaine, la rédaction vous résume l’actualité du cinéma. Festivals, cérémonies, tournages et autres événements, vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas au courant.

Cannes 2019 – Ce sera la dernière séance

La dernière séance du 72eme Festival sera clôturée par la comédie Hors Normes, dernier film de Olivier Nakache et Éric Toledano après Le Sens de la fête sorti l’année dernière. A l’affiche Vincent Cassel et Reda Kateb qui se donneront la réplique pour la première fois pour jouer Bruno et Malik, deux éducateurs qui depuis 20 ans forment des jeunes enfants et adolescents autistes.

Carla Bernini

© Carole Bethuel

Divorce à l’italienne – Hilarant Mastroianni en version restaurée

Le 15 mai prochain, Divorce à l’italienne (1961) de de Pietro Germi ressort au cinéma en version restaurée 4K. L’occasion de (re)découvrir le sublime Marcello Mastroianni dans une comédie satirique oscarisée en 1963 pour son scénario. Le film se distingue en effet par la précision de son écriture. Le célèbre acteur italien y campe Ferdinando Cefalu, un noble sicilien amoureux de sa jeune cousine Angela (Stefania Sandrelli). Un obstacle les empêche de vivre leur amour, le héros est marié à une femme qu’il ne supporte plus et le divorce est interdit dans cette région où la religion prédomine. Ferdinando va tout mettre en oeuvre pour pousser sa femme dans les bras d’un amant afin de pouvoir la surprendre et la tuer en lavant son honneur. En effet, la loi prévoit une courte peine pour ces délits d’adultères. Pietro Germi signe un film moderne et porte un regard cynique sur la société italienne de l’époque à travers son personnage principal. L’usage de la comédie est à l’image de son écriture fin et caustique. Il se détache cette audacieuse citation de la Dolce Vita de Fellini où toute la famille – Mastroianni compris – assiste à la danse de Monica Vitti dans la fontaine face à ce même Mastroianni. À voir, à revoir et à revoir encore.

Diane Lestage

Goodbye, Chewie

Les fans de Star Wars sont en deuil, et avec eux une partie de la pop culture. L’interprète de Chewbacca, Peter Mayhew est décédé le 30 avril dernier. Celui qui avait enfilé le costume de la bête poilue la plus célèbre du Septième Art durant quarante années n’avait pourtant pas été l’homme d’un seul rôle. L’acteur de deux mètre 10 avait aussi obtenu divers rôles dans des productions certes mineures des années 70. Outre ses talents d’acteurs, il avait aussi pris la plume à deux reprises pour affirmer son engagement contre le harcèlement scolaire. L’éternel acolyte d’Han Solo bénéficiait d’une côte de popularité incroyable chez les fans de la saga. Il avait 74 ans.

François-Xavier Lerbré

© Lucasfilm Ltd & TM.

Django encore plus unchained

Quentin Tarantino sait créer l’évènement. Alors qu’il s’apprête à offrir sa nouvelle partition en avant première et en compétition officielle au Festival de Cannes, le génial réalisateur a annoncé que Once upon a time in Hollywood ne serait pas sa seule livraison de l’année. En effet, il a révélé via le site SlashFilm qu’un directorat cut de Django Unchained, son splendide western de 2012 allait sortir dans les salles obscures. Il déclare au site : « L’idée qu’après la sortie d’un film en salles, on puisse en proposer une version plus complète, c’est assez excitant. Le cas de Kill Bill est particulier, parce que c’est le seul de mes films où j’ai pu mettre tout ce que j’avais tourné, vu qu’il y a eu deux films. Mais pour Django Unchained, par exemple, j’ai monté un director’s cut. Il dure 3h15 ou 3h20, quelque chose comme ça. ». Si aucune date n’est pas fixée, QT affirme juste attendre la copieuse sortie de son prochain film pour offrir ces trente minutes

François-Xavier Lerbré

© The Weinstein Company

Arte à l’heure Almodovar

A l’occasion de la sortie du dernier long-métrage, de Pedro Almodóvar, Douleur et Gloire (Dolor y Gloria), Arte met à l’honneur le réalisateur en diffusant trois de ses films, ainsi qu’un documentaire inédit Tout sur ses femmes, un clin d’œil évident à son film Tout sur ma mère, et à la prédominance de la figure féminine dans le cinéma du réalisateur espagnol. A partir du 6 mai la chaîne franco-allemande a diffusé La Mauvaise Éducation, Parle avec elle ainsi que Femmes au bord de la crise de nerfs, des fresques sociales toujours aussi singulières. Le documentaire fait lui appel aux femmes qui ont ponctué le parcours d’Almodóvar, Rossy de Palma, Pénélope Cruz mais aussi l’actrice Carmen Maura, des icônes qui ont su incarner les passions troubles et désabusées à l’écran. Une opportunité de s’immerger (encore) dans le cinéma d’Almodóvar, avant de visionner son dernier film en competition au Festival de Cannes, qui sera diffusé en France à partir du 17 mai prochain.

Caroline Fauvel

Diane Lestage

J'entretiens une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés