CANNES 2019 – « The Thing », Johnny be cult

LA QUINZAINE DES RÉALISATEURS – CARROSSE D’OR – La Quinzaine des Réalisateurs rend hommage au géant du cinéma John Carpenter et à sa riche et audacieuse filmographie, une belle revanche pour le réalisateur.

Le maître de l’horreur reçoit cette année le Carrosse d’or, récompense qui sonne comme une consécration (enfin) officielle pour le créateur des mythiques Halloween (1978) et Invasion Los Angeles (1988). Cet évènement se révèle être également une opportunité pour les festivaliers de (re)visionner, le huis clos anxiogène et cultissime qu’est The Thing. Ce long-métrage mêlant science-fiction, suspens et terreur a été sélectionné par l’artiste lui-même pour l’occasion. Un choix particulièrement symbolique et rempli de sens, lorsque l’on sait que ce long-métrage fut un véritable flop commercial à sa sortie en salle en 1982.

L’intrigue de The Thing se veut innovante : douze chercheurs américains se morfondent dans leur station, localisée dans le désert antarctique. Isolés et coupés du reste du monde, ces scientifiques développent peu à peu un sentiment d’enfermement angoissant, particulièrement intensifié lorsqu’une attaque armée, à l’origine mystérieuse, vient bousculer leur quotidien monotone. Découvrant progressivement l’existence d’une vie extraterrestre menaçante et avide de chaire fraiche, une violente traque sans pitié s’engage, dans laquelle les hommes vont rapidement être confrontés à des instincts de survie paranoïaques.

Pourquoi le choix de présenter ce film d’horreur précisément ? Parce que The Thing connait une réhabilitation et une influence post-diffusion intense encore aujourd’hui, on pense ainsi aux séries X-Files ou plus récemment à Stranger Things. Parce qu’il s’agit du premier long-métrage du réalisateur financé par un studio, ici Universal. Et enfin, pour nous, parce que ce chef d’oeuvre est associé au cinéma de genre des années 80, mais aussi à Kurt Russell et Ennio Morricone, que l’on n’ose plus depuis rester seul.e dans une pièce avec un chien, et qu’évidement, on retrouve de coriaces extraterrestres à tentacules, aux effusions d’hémoglobine surnaturelles.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.