CANNES 2019 – « Once in Trubchevsk », petits secrets entre voisins

SÉLECTION OFFICIELLE – UN CERTAIN REGARD – En 1h20, Larissa Sadilova, brosse le portrait d’une relation extra-conjugale sur fond de campagne russe et de sous-texte historique.

Le film s’ouvre sur une petite bourgade de campagne, où le quotidien semble suivre son cours sans ride. Pourtant, comme dans chaque ville en apparence calme, se déroule des évènements porteurs autant de douceur que de drame.

Pour son sixième long-métrage, Larissa Sadilova s’est inspirée d’un couple qu’elle connaissait et qui n’avait que peu d’occasions de se retrouver. Pour y ajouter de la matière, elle en a fait une histoire de tromperie entre voisins et de combines pour vivre un amour caché. Un amour simple de prime abord, mais qui se complexifie avec le temps.

Si le synopsis est simpliste et tant de fois revisité, il est loin d’être mal mené et désagréable. Pour autant, l’intérêt se décante plutôt dans la manière de filmer et dans cette image proche du documentaire qui permet d’observer par le biais du cinéma un village inaccessible et lointain, dont certains personnages résonnent de sincérité. Les femmes âgées qui habitent le film lui insufflent un côté drôle et historique qui n’est pas pour déplaire. Elles livrent autant les répliques les plus pertinentes que les interprétations les plus emplies de vie.

On contemple des existences encore marquées par la fin de la Guerre Froide et le développement à double vitesse d’un pays si vaste que chaque déplacement semble prendre des airs d’épopées. Certainement pas de prix pour ce film sélectionné en dernière minute, mais un moment de pause durant le festival, pour un film plaisant, mais pas mémorable.

Louison Larbodie

Europe

En amour avec la diversité artistique, immergée dans les images et les sonorités, en quête d'une fameuse culture hybride, à la croisée des idées. Sur la route et sur les rails, entre la France et les festivals.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés