CANNES 2019 – En avant la musique

Le Festival de Cannes qui se déroulera du 14 au 25 mai est l’occasion de mettre à l’honneur les compositeurs de musiques sans qui les films ne seraient rien. Maze vous propose un panel exhaustif des incontournables de cette 72è édition.

Peut-on vraiment dissocier la musique d’une oeuvre cinématographique ? Compagnes du cinéma depuis ses prémisses, les notes de musique rythmait le cinéma muet bien avant que les dialogues ne deviennent eux-mêmes des partitions à l’avènement du parlant. Ces mélodies campent plusieurs rôles, elles peuvent accompagner le film, lui donner son ton, son genre, son époque, son lieu selon les instruments ou sonorités choisis. Image et musique, vue et ouïe se mêlent pour captiver le spectateur et lui faire ressentir les émotions des personnages. Composante intégrale du processus de création des cinéastes, il est de nos jours difficile d’imaginer un film sans sa BO. Certaines sont d’ailleurs devenues des mythes à l’instar des monuments cinématographiques auxquels elles sont liées.

Par ailleurs, de nombreux duos cinéastes/compositeurs sont devenus inséparables dans l’histoire du cinéma, Michel Legrand et Jacques Demy, John Williams et Steven Spielberg, Georges Delerue et Philippe de Broca, pour ne citer qu’eux. Cette 72ème édition du Festival de Cannes accueillera un de ces célèbres tandem puisque Claude Lelouch et Francis Lai sont de nouveau associés pour la suite de leur chef d’oeuvre Un Homme et une femme (1966), Les plus belles années d’une vie, présenté en Hors-compétition. En collaboration avec le chanteur Calogero, le compositeur a pu finir ses partitions avant sa disparition le 7 novembre 2018.

Du reste, pour Jean-Noël Tronc, Directeur général et Gérant de la Sacem «La France a toujours compté des compositeurs au talent immense, sollicités par les plus grands réalisateurs français et étrangers.” La Sacem accompagne ces compositeurs toute l’année mais pour 2019, deux événements seront inévitables sur la Croisette : une Master-class du compositeur américain Marc Marder qui a écrit la musique des vingt-un films de Rithy Pan, le Samedi 18 mai, de 11h à 13h au Pavillon Cinémas du Monde et Life in soundtrack rendra hommage à Bertrand Tavernier le Lundi 20 mai (16h30, Salle Buñuel). Le cinéaste sera présent pour la diffusion en avant-première d’un nouvel épisode de Voyage à travers le cinéma français consacré aux chansons et musiques du cinéma français. Une projection suivie d’un mini-concert de Bruno Fontaine et Isabelle Georges.

Tandis que cette édition 2019 du Festival de Cannes sera inaugurée dans un peu moins d’une semaine, nous vous présentons en musique, les compositeurs qui marqueront le plus grand rendez-vous cinématographique de l’année.

Grégoire Heizel – Roubaix, une lumière

Le duo ne s’essouffle pas. Deux ans après Les Fantômes Ismaël, l’écrivain et compositeur français Grégoire Hetzel reviendra cette année sur les bancs du Festival de Cannes pour présenter la bande originale du cinquième film d’Arnaud Desplechin sélectionné en compétition officielle : Roubaix, une lumière. Une septième collaboration avec le cinéaste qui s’annonce déjà étincelante pour le musicien aux multiples registres.

Pauline Pitrou

Para One – Portrait de la jeune fille en feu

Para One est de ces artistes polymorphes, dj, producteur, cinéaste, Jean-Baptiste de Laurier est également compositeur de musiques de film. Cinq ans (déjà) après Bande de Filles, il accompagne une nouvelle fois la réalisatrice Céline Sciamma pour son quatrième long-métrage, Portrait de la jeune fille en feu, présent au sein de la Sélection Officielle en compétition. Un duo qui promet une nouvelle fois de satisfaire les auditeurs avertis, lorsque l’on connaît son travail pour Naissance des Pieuvres (2007) et Bande de Filles (2014), des bandes-originales qui se coordonnent volontairement avec une dimension très classique, recomposée par des ondulations bien plus synthétiques, proposant une musicalité qui se prête pleinement à l’image.

Caroline Fauvel

Christophe – Jeanne

Deux ans après Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc (2017), le cinéaste Bruno Dumont nous offre la suite. Pour la musique, il fait appel à Christophe. Les sons électroniques viennent accompagner les pas d’un personnage historique transformé par l’imaginaire d’un cinéaste au sommet. Christophe a rarement été aussi productif, multipliant les expériences sonores dans tous les champs. Là encore, il dynamite les codes pour en proposer quelque chose de nouveau. Pas de doutes, Bruno Dumont et Christophe forment une belle équipe.

Clément Simon

Cliff Martinez – Too Old To Die Young

Pour ce 72ème Festival de Cannes, le compositeur américain Cliff Martinez, sera présent pour la composition électrique de Too Old To Die Young, une série policière de 10 épisodes réalisé par Nicolas Winding Refn. L’ancien batteur des Red Hot Chili Peppers et le réalisateur danois se retrouvent pour la troisième fois ensemble en compétition après Drive (2011), Only God Forgives (2013) et The Neon Demon (2016).

Carla Bernini

Rob – Une Fille facile / Papicha

Rob (Robin Coudert) compose des musiques de film depuis 2005 et le court métrage Pink Cowboy Boots de Maria Larrea. L’artiste caennais a écrit depuis une dizaine de musique de films dont celle de Populaire de Régis Roinsard (2012) où il fut nommé aux Césars. Récemment, il a signé la bande-originale de la série Le Bureau des légendes ainsi que le titre Trust avec Jeanne Added. S’il est le compositeur attitré des films de Rebeca Zlotowski : Belle épine (2010) , Grand Central (2013), Planétarium (2016), il ne sera pas présent à Cannes uniquement pour la réalisatrice Française et son film Une Fille facile à la Quinzaine des réalisateurs, mais également pour Papicha, le premier long métrage de Mounia Meddour sélectionné à Un Certain Regard.

Diane Lestage

 Dan Levy – J’ai perdu mon corps

Il y a peut-être quelque chose à creuser dans la nouvelle génération de compositeurs. Le cinema français laisse de plus en plus de place aux nouveaux venus pour s’occuper des bandes originales de ses films. Le résultat est souvent très appréciable, comme en témoigne le travail titanesque de Dan Levy. Membre fondateur du célèbre groupe The Dø, il a longtemps composé pour le 7eme art avant de se mettre à la scène. Il était en charge du rock explosif qui a secoué le long métrage de Chris Nahon, L’empire des loups. C’est encore lui qui était aux commandes de The Passenger en 2005, film marquant de Francois Rotger primé dans plusieurs festivals. Son style vogue entre le garage rock et la deep electro, souvent sombre, parfois déprimant mais toujours profondément envoutant. Nous l’attendons de pied ferme pour la bande originale de J’ai perdu mon corps de Jeremy Clapin, présenté à Cannes cette année.

Sofia Touhami

Alberto Iglesias – Douleur et Gloire

Le compositeur Espagnol travaille main dans la main avec Pedro Almodovar depuis 1995. C’est donc à lui que l’on doit les sublimes bandes-originales des films du cinéaste et en particulier celle de Parle avec elle (2002). Trois ans après Julieta (2016), les deux compères collaborent de nouveau pour Douleur et gloire en compétition en Sélection officielle. Alberto Iglesias a également composé les musiques de plusieurs réalisateurs Américains : Oliver Stone, John Malkovitch, Steven Soderbergh ou encore Ridley Scott.

Diane Lestage

Nicola Piovani – Le Traître

Oscarisé pour La Vie est belle (1997) de Roberto Begnini qui lui apportera une consécration internationale, Nicola Giovani est un des compositeurs les plus prolifiques. Avec plus de 130 bandes-originales signées, l’Italien a notamment collaboré avec Fellini, Antonioni, Moretti mais aussi Philippe Lioret et Eric-Emmanuel Schmidt. À Cannes, il accompagnera en compétion en Sélection officielle Le Traître de Marco Bellocchio.

Diane Lestage

George Fenton – Sorry we missed you

Vingt-huit récompenses cinématographiques à son actif, dont des Bafta Awards et des Emmy Awards, le Britannique est célèbre pour les musiques des Liaisons dangereuses (1988) de Stephen Frears et d’Un jour sans fin (1993) d’Harold Ramis. George Fenton est le compositeur attitré du cinéaste Ken Loach avec lequel il collabore pour la seizième fois pour Sorry we missed you, sélectionné en compétition.

Diane Lestage

James Newton Howard – Une Vie cachée

James Newton Howard débute dans la musique en tant qu’arrangeur pour Diana Ross et Elton John. Révélé pour la bande son de Pretty Woman (1990), il est aujourd’hui l’un des compositeurs les plus célèbres et actifs d’Hollywood. Il est l’auteur des bandes originales de nombreux succès publics que ce soit les films de M. Night Shyamalan, la saga Hunger Games, King Kong, les Batman de Dolan ou encore Les Animaux Fantastiques. Pour cette 72e édition, il collabore avec Terrence Malick sur Une Vie cachée en compétition en Sélection officielle.

Diane Lestage

Alexis Rault – Les Hirondelles de Kaboul

Après des études de musique classique au conservatoire de Rennes, Alexis Rault commence sa carrière musicale en faisant les premières parties des chanteurs Renan Luce et Michel Delpech avant de se tourner vers les musiques de films parmi lesquelles : Les Souvenirs (2015) et Lola et ses frères (2018) de Jean-Paul Rouve ou les trois derniers films d’André Téchiné, Quand on a 17 ans (2016), Nos Années folles (2017) et L’Adieu à la nuit (2019). Il sera à présent dans la sélection Un Certain Regard pour le long métrage d’animation de Zabou Breitman et Eléa Gobbe-Mevellec, Les Hirondelles de Kaboul.

Diane Lestage

Bertrand Burgalat – Yves

Producteur, musicien, compositeur, arrangeur, chanteur et interprète, Bertrand Burgalat a collaboré sur plus de 200 albums dont neuf sous son propre nom. Cette année, il signe la musique du film Yves de Benoît Forgeat sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs et avec lequel il avait déjà travaillé sur Gaz de France en 2016.

Diane Lestage

Diane Lestage

J'entretiens une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés