Printemps de Bourges 2019 : Les Inouïs voient rock

Mercredi soir, pour notre première soirée au Printemps de Bourges, nous sommes allé.es jeter une oreille du côté des Inouïs rock-pop. Retour sur une soirée pleine de découvertes et d’incendies rock’n roll.

Ce soir là, à Bourges, on aurait pu admirer la légende Thiéfaine ou retomber amoureux du beau Adam Naas, mais on a préféré se pencher sur les nouvelles recrues de la scène rock française. Dans la chaleur intime du 22, on a vagabondé entre les deux salles, tantôt à l’Est, tantôt à l’Ouest en quête de sensations fortes et de jeunes pépites montantes. Autant vous dire que l’on a pas été déçu.

Mauve Célestine
© Christophe Crenel

Feu juvénile

Qu’ils aient choisi le français (DEGAGE), l’anglais (Structures) ou encore un cocktail des deux (Mauve Celestine), les groupes qu’on a pu découvrir mercredi aux Inouïs du Printemps de Bourges sont animés par le même feu intérieur qui se reflète par des performances live énergiques et volcaniques. Parmi elles, on retiendra le show épilectique des rouennais de We Hate You Please Die ou encore les envolées extatiques du groupe psyché-spatial SLIFT, mais aussi le rock hybride de run SOFA qui n’hésite pas à emmêler hip-hop, électronique et rock.

Course contre la montre

Les Inouïs c’est évidemment une affaire de musique mais c’est aussi un tremplin. Un marathon musical où le temps est compté. Les jeunes groupes disposent de trente minutes pour faire leurs preuves devant une foule exigeante et attentive. Un show éclair qui suffira aux toulousains de The Slow Sliders à nous conquérir par leur indie-pop cool et estival rappelant parfois Mac Demarco dans l’attitude nonchalante. Cette course, le groupe mâconnais Mauve Célestine l’a parcouru à toute vitesse, nous livrant un show crescendo oscillant entre douceur mélancolique et pop.

We Hate You Please Die
© Christophe Crenel

Une soirée placée sous le signe de la curiosité et de la nouveauté où l’on ne regrette pas d’être allé.e, et tant pis pour les acouphènes collés aux tympans jusqu’à la fin de la semaine.

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.