Cannes 2019 – Almodovar, Dolan, Loach, Malick, Sciamma et Triet en sélection officielle

Sous la sublime affiche aux teintes orangées – où la regrettée cinéaste Agnès Varda est juchée sur un technicien –  Thierry Frémaux et Pierre Lescure ont levé le voile jeudi sur la sélection officielle du 72èmeFestival de Cannes. Ce cru 2019 affriolant entre « romantisme et politique » se déroulera du 14 au 25 mai. 

80 ans après l’édition de 1939 qui n’a pas eu lieu, la sélection officielle du Festival de Cannes 2019 sera « à hauteur d’yeux », ont annoncé au sein de l’UGC Normandie, Pierre Lescure et Thierry Frémaux. Tandis que le Festival de Cannes est de plus en plus politique, cette 72e édition s’invite dans les maisons, dans la vie quotidienne de personnages qui se révoltent seuls ou en petits groupes.

Si la majorité des réalisateurs présents en compétition pour la Palme d’or ne sont pas des surprises, la diversité des esthétiques et la prédominance d’un cinéma de genre n’est pas pour nous déplaire, bien au contraire. Le film d’ouverture déjà annoncé, The Dead don’t die de l’Américain Jim Jarmusch et ses zombies en annonçaient déjà la couleur. 

Parmi donc les dix-huit films déjà annoncés en compétition, quatre films français dont deux réalisatrices : Justine Triet qui viendra présenter son troisième long métrage de fiction, Sibyl, et Céline Sciamma pour Portrait de la jeune fille en feu, ainsi qu’Arnaud Desplechin pour un film au nom de sa principale muse de son cinéma, Roubaix, une lumière, le petit nouveau de cette sélection étant le réalisateur Ladj Ly, membre du collectif d’artistes Kourtrajmé avec son premier film Les Misérables. Pour la Belgique les frères Jean-Pierre et Luc Dardenne seront en lice pour une troisième palme d’or avec Le jeune Ahmed,

Pour compléter la liste, si l’édition 2018 avait été marquée par la désertion de grands auteurs, 2019 accueillera l’espagnol Pedro Almodovar, l’Italien Marco Bellochio, le Sud-coréen Bong Joon Ho (sans Netflix cette fois-ci), l’Anglais Ken Loach, les Américains Terrence Malick et Ira Sachs, le Québécois Xavier Dolan ou le Brésilien Kleber Mendoça Filho (en co-réalisation avec Juliano Dornelles).

Pour finir, la cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop parlera de jeunes filles dans une banlieue populaire de Dakar dans Atlantiques, le réalisateur chinois Diao Yi’nan présentera un film de gangster proche du cinéma de Fritz Lang, Nan fang che zhan de ju hui, l’autrichienne Jessica Hausner et son Little Joe évoqueront les manipulations génétiques dans un futur pas si éloigné, Corneliu Porumboiu, cinéaste roumain fait lui aussi son entrée en compétition avec La Gomera tandis que le palestinien Elia Suleiman racontera l’errance burlesque d’un narrateur à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil entre Paris et New-York.

Quelques surprises

Du côté des surprises cannoises 2019, un film d’animation signé Zabou Breitman et Eléa Gobé Mévellec, Les Hirondelles de Kaboul en compétition à Un Certain Regard. Nous y retrouverons également Christophe Honoré et Bruno Dumont (encore eux), mais également six premiers films en lice pour la Caméra d’or.

En hors-compétition, Nicolas Winding Refn dévoilera les épisodes 4 et 5 (ne nous demandez pas pourquoi) de sa série Too old to die young, alors que Claude Lelouch présentera le troisième et dernier volet de son tout premier film, Un Homme et une femmequi s’intitulera Les Plus belles années d’une vie. Plus étonnant encore, la présence de Nicolas Bedos et son film La Belle époque au casting plutôt excitant. Le biopic Rocketman de Dexter Fletcher fera venir le chanteur Elton John sur la Croisette. En séances spéciales, seront présents Alain Cavalier, Abel Ferrara et Werner Herzog. 

Les festivaliers auront également la chance d’aller visionner une copie restaurée du Shining de Kubrick, présenté par Alfonso Cuaron. Cette 72èmeédition est aussi l’occasion de fêter les 25 ans de deux films culte sortis donc en 1994, un français, La Cité de la peur d’Alain Berbérian et un américain, Pulp Fiction de Tarantino. Deux questions se posent alors : Alain Chabat et Gérard Darmon viendront-ils danser la carioca sur la scène du Grand Théâtre ? Et, Quentin Tarantino, actuellement en marathon de post-production pour finir Once upon a time in Hollywood, aura-t-il terminé son film à temps pour être rajouté à cette sélection déjà éblouissante ? 

Compétition

  • The Dead Don’t Die – Jim Jarmusch
  • Douleur et Gloire – Pedro Almodovar
  • Le Traitre – Marco Bellochio
  • The Wild Goose Lake – Diao Yinan
  • Parasite – Bong Joon Ho
  • Le jeune Ahmed – Jean-Pierre et Luc Dardenne
  • Roubaix, une lumière – Arnaud Desplechin
  • Atlantique – Mati Diop
  • Matthias et Maxime – Xavier Dolan
  • Little Joe – Jessica Hausner
  • Sorry we missed you – Ken Loach
  • Les Misérables – Ladj Ly
  • Une vie cachée – Terrence Malick
  • Bacurau – Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles
  • La Gomera – Corneliu Porumboiu
  • Frankie – Ira Sachs
  • Portrait de la jeune fille en feu – Céline Sciamma
  • It must be heaven – Elie Suleiman
  • Sibyl – Justine Triet

Un certain regard

  • Invisible life – Karim Aïnouz
  • Beanpole – Kantemir Balagov
  • Les Hirondelles de Kaboul – Zabou Breitman et Eléa Gobé Mévellec
  • La Femme de mon frère – Monia Chokri
  • The Climb – Michael Covino
  • Jeanne – Bruno Dumont
  • Viendra le feu – Oliver Laxe
  • Chambre 212 – Christophe Honoré
  • Port Authority – Danielle Lessovitz
  • Papicha – Mounia Meddour
  • Adam – Maryam Touzani
  • Zhuo Ren Mi Mi – Midi Z
  • Liberté – Albert Serra
  • Bull – Annie Silverstein
  • Summer of Changsa – Zu Feng
  • Evge – Nariman Aliev

Hors compétition

  • Les plus belles années d’une vie – Claude Lelouch
  • Rocketman – Dexter Fletcher
  • Too old to die young – Nicolas Winding Refn
  • Diego Maradona – Asif Kapadia
  • La belle époque – Nicolas Bedos
Diane Lestage

Une étudiante en Bachelor Journalisme à l'ISCPA Paris qui entretient une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.