Sorties BD – À l’aventure et la liberté

Un vent de frisson, d’aventure, d’émotion et de liberté souffle sur le neuvième art en ce mois de février. Quatre bandes-dessinées ont retenu notre attention et ce ne sont que de très belles découvertes.

Les brûlures de Zidrou et Laurent Bonneau

La vie, c’est comme la piscine. Il y a toujours quelqu’un pour t’apprendre à nager. Mais va-t’en trouver quelqu’un pour t’apprendre à te noyer ! Dans les rues d’une petite station balnéaire, les putes tombent comme des mouches. Un premier cadavre, atrocement mutilé, est découvert, puis un second, brûlé. La série pourtant ne fait que commencer. Arrêter les assassins, les deux inspecteurs de police chargés de l’enquête n’y comptent pas trop. Après tout, les victimes ne sont que des putes. Italiennes, de surcroît. Nos deux flics cherchent néanmoins à comprendre, c’est leur boulot. Surtout, c’est ce qui les aide à tenir debout. Tenir debout, c’est déjà beaucoup, pas vrai ?

Les brûlures – Zidrou et Laurent Bonneau

Vous êtes-vous déjà posé cette question ? La question qui vous pousse à savoir ce qui vous fait tenir débout. Il ne s’agit même pas d’avancer, juste de comprendre comment on se maintient en vie, comment on survit. Cette réflexion apparaît en filigrane tout au long de ce sublime roman graphique.

Comme à son habitude, Zidrou nous livre un scénario sur fond de réflexions sociales et sociétales. Généralement accoutumés à voir nos petits cœurs de guimauve fondre à la lecture des récits souvent attendrissants du scénariste, on se trouve ici tout chamboulé à la découverte des premières cases, des premières planches. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Zidrou change radicalement de registre et de ton. Ce qui ne change pas, en revanche, c’est cette maîtrise toujours parfaite de la justesse du récit.

Laurent Bonneau, véritable caméléon aux mille styles graphiques, nous incite par son dessin à plonger au cœur de nos réflexions les plus intimes, sans détour, toujours avec délicatesse et pudeur.

Cette BD est le résultat d’une première rencontre artistique entre deux talentueux bédéistes. Et quelle rencontre ! Le mélange entre le scénario de Zidrou et les illustrations et couleurs de Laurent Bonneau est détonnant. L’association de ces deux artistes tient du génie et dépasse toutes nos attentes. Espérons de nombreuses nouvelles collaborations à venir.

Les brûlures de Zidrou et Laurent Bonneau, Collection Grand Angle aux Éditions Bamboo, sortie le 27 février 2019 – 19,90 euros

Ada de Barbara Baldi

Au début du XXè siècle, en Autriche, Ada est une jeune fille qui vit seule avec son père, un bûcheron rustre et autoritaire. Pour échapper à ce père et à son quotidien de labeur, Ada s’adonne secrètement à sa passion : la peinture. Le talent et la curiosité de la jeune fille pour l’art ne font qu’attiser la colère et le mépris du père. Ada sait que l’équilibre sur lequel repose sa vie est fragile et qu’il doit être renversé.

Plongés au cœur de la nature et de ses fascinantes couleurs, au rythme du récit et des saisons, « liberté » semble être le maître mot de cette bande-dessinée. Pourtant, pas une seule fois ce syntagme n’est écrit, murmuré ou même espéré par la jeune Ada.

Dans cette BD, les mots sont très peu présents et semblent futiles au regard des somptueux dessins vibrants de réalisme. On a parfois même l’illusion d’être face à des photographies où transperce un style à la Egon Schiele.

En bref, une magnifique bande-dessinée qui nous convainc de croire en l’art comme ultime accès à la liberté.

Ada de Barbara Baldi, Éditions Ici Même, sortie le 7 février 2019 – 24 euros

Les nuisibles de Piero Macola

Bruno et Anton, deux invisibles. Deux hommes en marge de la société. Le premier ne veut surtout pas faire de vagues, le second tente simplement de survivre. L’un n’a jamais quitté sa région., l’autre a migré, pour fuir la misère. Mais vivre à la marge fait-il d’eux des nuisibles ?

Les nuisibles – Piero Macola

Plus que jamais, la société cherche a éradiquer ces « nuisibles », comme elle peut le faire avec les rats. Pourquoi ? Pourquoi avoir peur de l’autre ? Et pourquoi ne pas essayer de cohabiter ?

Un récit sensible et d’une grande justesse où les destins de deux hommes se croisent. Un travail au dessin crayonné qu’on ne peut s’empêcher de contempler. Des personnages touchants et délicats, en clair, une grande réussite. À découvrir, puis à utiliser pour se laisser réfléchir.

Les nuisibles de Piero Macola, Futuropolis, sortie le 6 février 2019 – 20 euros

Green Class de David Tako et Jérôme Hamon

Voici une des sorties les plus attendues chez le Lombard pour ce début d’année 2019. Dans la même veine que The Walking Dead ou encore Seuls, les auteurs David Tako et Jérôme Hamon s’approprient le genre de la Science-Fiction d’aventure « apocalyptique-bactériologique » ! Et c’est plutôt réussi, puisque l’on trépigne d’impatience de lire la suite.

Partis dans les marais de Louisiane pour observer la nature, un groupe de jeunes canadiens se retrouve en pleine fin de la civilisation : tandis qu’ils étaient au fin fond du Bayou, un virus transformant les humains en végétaux s’est répandu. L’armée est en train de boucler la zone et de soigner les infectés au lance-flammes. Un dernier avion doit leur permettre de fuir ce cauchemar, mais lorsque l’un d’eux commence à muter, ses cinq meilleurs amis décident de rester. Et tant pis si leurs chances de survie sont proches de zéro…

Green Class – David Tako et Jérôme Hamon

La création de cette bande-dessinée, a, pour le coup, une histoire inédite et inattendue. En effet, les auteurs se sont rencontrés sur les réseaux sociaux. David Tako avait un projet de court-métrage en tête et avait posté quelques visuels en ligne. Jérôme Hamon, intrigué par le projet, l’a contacté et convaincu d’en faire une bande-dessinée. Pour séduire leur éditeur, les deux hommes se sont lancé le défi d’un « Inktober », un challenge sur Instagram, en octobre, où le dessinateur poste un dessin quotidien. À Partir des dessins de David Tako, Jérôme Hamon a développé ses personnages et tout un univers autour d’eux.

Dans un style graphique aux allures de comics, ce premier tome met en place l’intrigue de façon palpitante. Loin des stéréotypes du genre, on fait la connaissance des six personnages moteurs de cette aventure.

Une série BD pleine d’originalité sur tous les plans dont le tome 2 est actuellement en cours d’écriture !

Green Class, Tome 1 Pandémie de Davis Tako et Jérôme Hamon, Le Lombard, sortie le 15 février 2019 – 12,45 euros.

Sophie Moulin

Amoureuse des lettres, des mots, des phrases. Sur papier, dans des bulles, sur les murs, dans mes oreilles...

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés