L’Oeuvre #1 – Claire Favan, de la mort dans l’âme à la West Coast

Qui ne rêve pas de s’enfiler des dizaines de thrillers sans jamais ressentir de lassitude ? Grâce à Claire Favan, l’aspiration devient réalité.

On dit souvent que les métiers les plus sérieux appellent des moments ailleurs, des échappatoires de tous types qui sortiraient les professionnels de la monotonie de leur emploi. Claire Favan exerce dans la finance et ne vit pas encore de sa passion littéraire. Il ne s’agit, pour le moment, que d’un loisir plutôt lucratif et très bien choisi. Entre deux comptes en banque analysé, la quarantenaire parisienne s’adonne au plaisir coupable de l’écriture, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs qui se font de plus en plus nombreux au fil des années.

Genèse

Tout a commencé en 2010. Sans crier gare, l’autrice est sortie de son cocon quotidien et a lancé sur les ondes de l’édition le très intriguant Tueur Intime. Immédiatement, le monde littéraire a grimpé au plafond. Qui était cette inconnue, venue tout droit d’un monde aux antipodes de celui des bouquins ? Qui était cette demi-folle, prête à assassiner tous ses personnages avec sang froid et panache stylistique ?

Non contente d’avoir fait de son premier roman un best-seller, Claire Favan, toujours active dans sa vie professionnelle, a consacré son temps libre à la rédaction d’une des plus périlleuses pirouettes de la vie d’un auteur : la suite. Et ce fut un tournant gagnant car le dytique formé par ses deux premières oeuvres constitue une des plus probantes prouesses de la littératures à suspense française.

(c) Anaïs Serial Lectrice

La recette du succès

Que trouve-t-on dans un roman de Claire Favan ? Même si le résultat parait limpide, presque naturel, filant, il y a une recette méticuleuse qui se cache derrière, digne de la plus exigeante des maisons de pâtisseries parisiennes. Tout d’abord, il faut un lieu. À l’exception du roman particulier Inexorable, toutes ses autres mises en scène se déroulent aux États-Unis, toujours dans des États différents, avec chacun leurs particularités qui s’emboitent parfaitement avec la personnalité des personnages.

Les personnages, parlons-en. Ils sont peu nombreux, mais tous particulièrement bien développés. L’esprit du tueur en série est exposé au grand jour, la détresse de la mère de famille est mise en exergue, l’incompréhension du père en crise crève les pages. En plus d’être profondément humains, ils font tous un pied de nez au manichéisme ambiant auquel on est habitué dans les thrillers. Complexes, profonds, recherchés, souvent détestables, parfois difficiles à ignorer, ils portent tous en eux la marque d’une autrice à la plume aiguisée qui les rend simplement accessibles au commun des mortels.

Enfin, il faut du suspense. Qu’il prenne place dans la peur d’être accusé à tort, comme dans le roman Inexorable déjà cité, ou dans l’envie d’identifier un tueur sanguinaire et parfaitement maniaque, comme dans Serre-moi fort, il se doit de s’installer dès les premières pages. La mise en place de l’intrigue se fait rapidement, presque aux dépens du lecteur. En moins de temps qu’il n’en faut pour le lire, le lecteur se retrouve plongé dans une ambiance trop calme pour être naturelle, trop douce pour ne pas être une accalmie avant la déferlante de malheurs. Et le pire dans tout ça, c’est qu’on ne parvient pas à s’en défaire, puisque Claire Favan entretient savamment son suspense en le faisant durer à chaque page de chacun de ses ouvrages. Simplement, nous sommes tenus en haleine à chaque mot des centaines de pages qui composent les perles littéraires de la banquière talentueuse.

Si on devait conseiller un roman pour commencer l’oeuvre de Claire Favan, on se dirigerait tout naturellement vers Un tueur intime, puisqu’il s’agit du premier qu’elle a écrit, et qu’on entre dans le monde psychologique de l’autrice quasiment en même temps qu’elle. Néanmoins, pour ceux qui refusent les conventions, songez à commencer par Serre-moi fort, qui, contrairement à son titre pourrait le faire croire, est tout sauf une histoire d’amour. Pour plonger dans la psychologie d’une famille détruite par la disparition d’un enfant, puis dans l’esprit tourmenté d’un psychopathe tueur, il n’y a pas mieux.

Sofia Touhami

Directrice de la communication, tout droit venue de Belgique pour vous servir. Passionnée de lecture, d'écriture, de photographie et de musique classique.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés