Les sorties BD de janvier

Nouveauté chez Maze : chaque mois un article consacré exclusivement aux nouveautés du neuvième art.

Chaque année, le mois de janvier est primordial pour les acteurs de la bande-dessinée. En témoigne parfaitement bien l’engouement autour du Festival International de la bande-dessinée d’Angoulême, qui rassemble à toutes les éditions des lecteurs toujours plus nombreux.

Ce mois-ci, deux BD bien différentes en tous points, mais toutes aussi intéressantes et divertissantes l’une que l’autre, ont retenu notre attention.

Speak d’Emily Carroll

Speak est un roman graphique dense de 380 pages, où Emily Carroll, grâce à son talentueux coup de crayon donne à illustrer le texte de Laurie Halse Anderson, sorti en 1990. Un texte qui, par son thème, s’avère encore et toujours d’actualité.

Melinda Sordino est une jeune américaine de 15 ans murée dans un silence, dont personne ne comprend la cause. L’été précédent ce mutisme, l’adolescente est victime d’un drame lors d’une fête organisée par des jeunes de son futur lycée. Affolée par l’événement qui vient de se produire, Melinda appelle la police et met fin à la soirée. A la rentrée de septembre, cette dernière devient la «  paria  » du lycée de Merryweather…

Cette bande-dessinée aborde en douceur mais sans rien nous épargner deux aspects liés au traumatisme  : l’impossible parole des victimes et la résilience. Ces deux idées de fond sont intrinsèquement liées et ont pour figure de proue, dans cette BD, l’Art et Maya Angelou.

Il s’agit d’un récit à la fois émouvant et percutant où les mots parfaitement associés au dessin tout en nuances de noir, de blanc et de gris, nous donnent à réfléchir sur notre société actuelle qui fait bien peu de choses pour mettre fin à ces actes dramatiques, détruisant les corps et les esprits.

Speak d’Emily Carroll et d’après le roman de Laurie Halse Anderson, Edition Rue de Sèvres, sortie le 9 janvier 2019 – 20 euros

Un peu de tarte aux épinards de Casado et Pelaez

«  Marie-Madeleine Madac Miremont habite un petit village de l’Aube. Sa fierté  ? Ses huits enfants et ses tartes aux épinards, qu’elle prépare avec amour. Recevant par erreur un colis contenant d’étranges plantes, Marie-Madeleine décide d’en agrémenter ses tartes. C’est alors que les ennuis commencent  ».

Rien que la lecture de la quatrième de couverture de cette bande-dessinée nous met l’eau à la bouche et il faut dire, qu’une fois le tome 1 de cette série refermé on attend déjà la suite de pied ferme.

Avec un dessin frais et dynamique, aux couleurs similaires des albums des Beaux étés de Jordi Lafebre, Javier Sanchez Casado et Philippe Pelaez nous embarquent dans une aventure rocambolesque et irréaliste où les jeux de mots, les traits d’humour et les références ne manquent pas.

Un récit truculent qui ne peut que réjouir les grands enfants que nous sommes  !

Un peu de tarte aux épinards, tome 1 : Bons baisers de Machy de Javier Sanchez Casado et Philippe Pelaez, Edition Casterman, sortie le 23 janvier 2019  – 11,95 euros.

Sophie Moulin

Amoureuse des lettres, des mots, des phrases. Sur papier, dans des bulles, sur les murs, dans mes oreilles...

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés