CINÉMA

« Edmond » – Pépite du cinéma français

Présenté lors du Festival du film d’Angoulême en août dernier, le film d’Alexis Michalik avait fait un triomphe. Edmond mélange culture française, amour des mots et comédie, avec un casting parfait et surprenant.

Tout le monde connait l’histoire de Cyrano de Bergerac, cet héros tragique au nez qui ressemble “à une péninsule“. Pourtant, le grand public ignore beaucoup de chose de l’homme derrière ce classique du théâtre français.

En 1897, Edmond Rostand (joué par l’incroyable Thomas Solivérès), jeune auteur de trente ans, ne parvient plus à écrire. Après quelques pièces sans grand succès à Paris, il lui manque quelque chose, une muse, de l’inspiration. Alors, il tente le tout pour le tout et propose au grand comédien Constant Coquelin (interprété brillamment par le comédien Olivier Gourmet) une nouvelle pièce. Il s’agit d’une comédie au héros atypique, qui sera écrite en vers et se nommera : Cyrano de Bergerac. Lorsque le comédien accepte le rôle, Rostand est fou de joie. Seul problème : la pièce n’est pas encore écrite et, puisqu’il a promis de faire sortir la pièce pour les fêtes de fin d’année, il ne lui reste plus que trois semaines pour l’écrire.

Lumière, décors, costumes, distribution : c’est véritablement un film sans faute pour Alexis Michalik et un divertissement pour tous. Cet épopée héroïque charme par ses effets d’écriture, avec nombreuses récitations en vers de Cyrano et dialogues sans anachronisme.

L’une des scènes les plus marquantes de ce film mélange d’ailleurs tout ce qui fait la force d’Edmond. Léo (joué par Tom Leeb), meilleur ami d’Edmond, souhaite séduire Jeanne (interprété avec fraîcheur par Lucie Boujenah), perchée sur son balcon. C’est donc Edmond qui lui souffle ses répliques pour séduire la jeune femme, grande amatrice de poésie et de théâtre. Sans le vouloir, Edmond va non seulement parvenir à aider Léo mais va également trouver sa muse, la femme qui sera l’inspiration parfaite pour Roxanne. Dans ce jeu de question-réponse, Edmond, caché dans les ténèbres sent venir les répliques de sa future pièce sans le vouloir.

Edmond, sous ses airs de comédie, interroge beaucoup de thèmes. La création (suffit-il de vouloir écrire pour y parvenir ?), le succès (avec la question réccurente mais légitime de savoir ce que le succès peut changer dans la vie de quelqu’un), l’amour et la tromperie. Car en trouvant sa muse sous les traits de Jeanne et en commençant avec elle une relation épistolaire (en prenant le nom de Léo), Edmond ne risque-t-il pas de trahir sa femme, son meilleur ami mais également Jeanne.

Si cela en fait un excellent film, c’est parce que l’on s’en souvient longtemps après l’avoir vu. Cette atmosphère magique dans laquelle on est plongé, le mélange de romantisme et de comédie, le processus énergique de création, le syndrôme de la page blanche et la nervosité d’une première.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA