CINÉMA

Champs-Elysées Film Festival – Retour sur la semaine

Ça y est, Sophie Dulac monte sur la scène de la salle 1 du Publicis et fait sa dernière annonce du festival. S’ensuivra la projection de Damsel, une comédie western réalisée par les frères Zellner. Retour sur la programmation indé qui a séduit tout un public parisien cette semaine.

Le cinéma art et essai, c’est un cinéma qui demande du soutien, comme le souligne Chloë Grace Moretz lors de l’avant première de Come as you are, the miseducation of Cameron Post. La septième édition du Champs-Elysée Film Festival s’est donc à nouveau appuyée sur son public et a proposé pour cette sélection des films hors du commun, qu’il est très peu probable de voir dans un contexte hors-festival. Dans les long-métrages américains, les réalisateurs tentent de nouveaux schémas cinématographiques et des narrations originales, qui ne fonctionnent pas toujours. Chez les long-métrages français, la forme du documentaire est abordée deux fois, mais on retrouvera aussi de l’animé avec Funan. Certaines oeuvres s’épuisent dans l’effort trop poussé du cinéma de genre, mais d’autres se révèlent être de véritables pépites et propulsent dans la lumière des artistes timides.

Même schéma sur le rooftop qui surplombe l’arc de Triomphe. La terrasse du Publicis accueille des jeunes musiciens indé, à l’aube de leur succès, sur une petite scène. Passant du rock punk à des sons plus électro, l’ambiance festive des soirées allient discussions cinéphiles sur un fond musical. Faire, Aloïse Sauvage, Vendredi sur Mer, Tim Dup, Raphaëlle Lannadere, Piège à Garçon offrent chacun leur tour un spectacle intime et personnel.

Alors que la nostalgie s’empare déjà de l’avenue, la soirée de clôture se termine à l’Elyséum, sous les airs de French 79, Arnaud Rebotini et Piège à Garçon. Le public, le jury et les invités se séparent à l’aube et éteignent définitivement les derniers feux d’un festival de cinéma indé, prêt à renaître Juin prochain.

Remise des prix

Longs métrages Américains

-Prix du public : 1985 de Yen Tan

-Prix du jury étudiant : 1985 de Yen Tan et mention spéciale pour Madeline’s Madeline de Josephine Decker

-Prix du jury : Sollers Point de Matt Portefield

Longs métrages Français

-Prix du public : La trajectoire du Homard de Vincent Giovanni

-Prix du jury étudiant : 68, mon père et les clous de Samuel Bigiaoui

-Prix du jury : ex-aequo 68, mon père et les clous de Samuel Bigiaoui et Contes de Juillet de Guillaume Brac

Courts métrages américains

-Prix du public : Absent de Sudarshan Suresh

-Prix du jury : The shivering truth de Vernon Chatman et Cat Solen

Courts métrages français

-Prix du public : But you look so good de Marina Ziolkowski

-Prix du jury : Plus fort que moi de Hania Ourabah

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA