MUSIQUEMusique en bref

Musique en bref

Myth Syzer – Bisous

©Myth Syzer

Après plusieurs singles publiés au cours de ces trois dernières années et un bout de chemin parcouru dans la production de musique, Myth Syzer sort son premier album. Une composition éclectique qui ne cache pas ses influences multiples. Ici Myth Syzer fait appel à de nombreux collaborateurs : les rappeurs Ichon, Roméo Elvis et Doc Gyneco, mais aussi des artistes rattachés à la musique indépendante comme Clara Capagli (Agar Agar) ou Muddy Monk. Un album urbain et romantique qui illustre pleinement le renouvellement d’une scène rap et électro française, prenant un virage tourné vers une écriture poussée.

Sortie : 27 avril 2018

Coups de coeur : Coco Love et La piscine

 Yves Simon (Différents Artistes) – Génération(s) Eperdue(s)

©Yves Simon

Cet album radieux donne suite au livre éponyme Génération(s) Eperdue(s) d’Yves Simon. Dans une poésie sensible la jeune génération francophone reprend le travail du chanteur. On retrouve des artistes très présents actuellement sur la scène française : Juliette Armanet, Feu ! Chatterton ; ou des artistes qui avaient mis entre parenthèse leur carrière comme Woodkid, qui chante ici avec l’acteur Louis Garrel, pour une reprise touchante à deux voix de L’Aérogramme de Los Angeles. Cet album se constitue de nouveautés mais aussi de singles sortis précédemment par ces artistes : comme Christine & The Queens et Soko, qui avaient respectivement repris Amazoniaque en 2015, et Diabolo Menthe en 2017. Un album hommage, faisant figure de creuset pour tous ces artistes aux styles si singuliers, qui donnent pourtant ici un nouvel élan commun à la musique d’Yves Simon.

Sortie : 27 avril 2018

Coups de coeur : Barcelone par Juliette Armanet, Macadam à Quatre voies par Flavien Berger, Au pays des merveilles de Juliet par Moodoid

 

The Voidz – Virtue

©The Voidz

Quatre ans après leur premier album, Julian Casablancas, le leader des Strokes et son autre bande, The Voidz, reviennent avec une seconde œuvre à l’image de leur groupe : hétérogène. Si le premier était d’une couleur plutôt punk et garage, du moins rock lo-fi et synthétique, ce malgré l’OVNI symphonique Human Sadness, le nouveau est plus varié au niveau des styles. D’une piste à l’autre, le groupe navigue aisément entre le métal, le rock solaire qui rappelle The Strokes et des morceaux alternatifs plus sombres.

L’album reste néanmoins dominé par une omniprésence des synthétiseurs, donnant à l’oeuvre un son de velours. Au niveau des textes, le groupe revendique toujours des morceaux engagés politiquement, d’autres laissant place aux introspections de Casablancas. Globalement, les six new-yorkais considèrent que cette nouvelle pièce se veut plus accessible que la précèdente, et c’est juste, bien que d’une grande qualité. Virtue ose et réussit à être un grand album, porté par de solides singles, en confirmant la formule : l’ordre nait du désordre.

Sortie : 30 mars 2018

Coups de coeur : AlienNNation, Permanent High School, Pink Ocean

 

Daniel Avery – Song for Alpha

 

©Daniel Avery

Fer de lance de la musique électronique britannique actuelle, Daniel Avery s’est fait un nom au fil des DJ sets, mais surtout avec un premier album, Drone Logic, capturant l’esprit des clubs aujourd’hui. Une techno acide, ronde et sombre mais non dénuée de groove.

Son second opus peut surprendre à la première écoute tant il est diamétralement opposé de son prédécesseur. La signature de l’anglais signé chez Phantasy, le label d’Erol Alkan, est toujours présente, notamment au niveau des rythmiques. Mais au niveau des sonorités, il remonte les escaliers du club et s’ouvre au ciel. L’ambient domine l’album, qu’il soit pur, donnant des morceaux simplement composés de nappes spatiales, ou bien techno. Le plus intéressant dans cet album, sont les influences auxquelles il semble renvoyer. Et non des moindres, puisqu’il rappelle les premiers travaux, ambient eux aussi, du cornouaillais Aphex Twin, mais également ceux de ses autres compatriotes Autechre. Les albums les plus récents de Moby semblent également trouver leur écho dans ce disque.

À l’arrivée, c’est un disque qui fait honneur à ses ascendants, tant musicaux que nationaux, mais qui surprend aussi par sa justesse et sa simplicité.

Sortie : 6 avril 2018

Coups de Coeur : Stereo L, Days from now

Auteur·rice·s

Du cinéma et de la musique - Master Métiers de la Culture

You may also like

More in MUSIQUE