SOCIÉTÉ

« Fire and Fury » – Que vaut vraiment le livre polémique sur le président Trump ?

Fire and Fury : Inside the Trump White House, en français, Le feu et la Fureur : à l’intérieur de la Maison Blanche de Trump est un livre paru en Janvier 2018 aux Etats-Unis. Ecrit par Michael Wolff, il raconte les coulisses de la campagne et de la première année de présidence de Donald Trump. Controversé, il a cartonné aux Etats-Unis.

Un auteur au cœur de la controverse

Michael Wolff est un journaliste et auteur originaire du New Jersey. A soixante-quatre ans, il publie avec Fire and Fury son septième livre. Il a collaboré avec diverses publications dont USA Today. Ce livre, il a pu l’écrire en se promenant tranquillement dans l’entourage du président américain : selon ses propres mots, il était comme une « fly on the wall », littéralement une mouche sur le mur.

Et dès le départ le ton est donné : « La raison pour laquelle j’écris ce livre ne pourrait pas être plus évidente. Avec l’investiture de Donald Trump le 20 janvier 2017, les Etats-Unis sont entrés dans l’œil du cyclone politique le plus extraordinaire depuis au moins le Watergate. »

Une publicité gratuite par la Maison Blanche

Avant même la sortie du livre, Trump a violemment attaqué son auteur. Le qualifiant de « loser », et affirmant que c’était un « livre ennuyeux et plein de fausses déclarations » dans un tweet. Michael Wolff n’a pas caché son plaisir et a répondu au président lors d’interviews.

Trump a également évoqué le livre lors de diverses apparitions, a partagé des articles tentant de décrédibiliser Michael Wolff et ses intentions.

Une victoire surprise

Ce qui a été repris par de nombreux médias, ce sont les qualificatifs utilisés par Wolff et les personnes qu’il cite pour décrire Trump. « Stupide », « idiot », « rebelle sans cause », « pas apte à être président » reviennent à plusieurs reprises. Nerveux, le président ne comprendrait pas la complexité des choses et ne verrait pas le problème si des rencontres avec les Russes avaient effectivement eu lieu. « Sa réaction instinctive à tout problème est de virer quelqu’un. »

Selon l’auteur, Trump et son équipe étaient prêts à perdre avec « feu et fureur », mais pas à gagner. Il décrit une Melania Trump en larmes à l’annonce de la victoire et une ambiance apocalyptique au sein des équipes de campagne. Selon lui, l’objectif de tous les participants n’était pas de gagner, car ils avaient déjà gagné : Trump était l’homme le plus connu du monde, tous les conservateurs autour de lui trouveraient des jobs dans les médias ou ailleurs, Ivanka et son époux avaient une belle image plutôt modérée.

Mais selon Wolff, ce soir-là, « soudain, Donald Trump est devenu un homme qui croyait qu’il méritait d’être président et qu’il serait complètement capable de l’être ».

Des débuts chaotiques

Mais l’amateurisme et le manque d’expérience politique de Trump lui ont rapidement joué des tours. Tout de suite, il veut s’entourer de sa famille et de ses amis et ne voit pas le problème. L’auteur affirme qu’il ne savait même pas qu’il n’avait pas le droit de simplement désigner ses enfants à des postes clés de la Maison Blanche.

Des anecdotes sans rapport sur le train de vie de Trump ont été reprises par tous les médias et de nombreux humoristes qui n’ont pas manqué de se moquer du président. Il ne commencerait jamais ses journées avant onze heures du matin et se coucherait à six heures du soir avec des hamburgers. Il aurait peur de se faire empoisonner et préfèrerait donc manger McDonald’s, il aurait installé trois écrans de télévision dans sa chambre…

Dans un registre plus graveleux, il raffolerait des pièges téléphoniques afin d’essayer de coucher avec les femmes de ses amis. L’auteur décrit qu’il appelle ses amis devant leurs femmes pour leur proposer de voir des prostituées et ainsi les « tester ».

Si les fuites sont si nombreuses, Wolff affirme que c’est tout simplement parce que tout le monde parle à tout le monde en permanence. Chaque membre de la famille de Trump a son attaché de communication et tout ce petit monde parle énormément à la presse.

Concernant les attaques de Trump contre les médias, Wolff affirme que le président aimerait être estimé par eux, et qu’ils parlent de lui en bien. Se sentant méprisé et moqué depuis bien des années, il a développé une haine profonde. Il est vrai qu’avant même qu’il ne se lance dans la campagne présidentielle, Trump, le milliardaire new-yorkais aux goûts kitchs, était doucement moqué.

L’auteur affirme également que tous les individus autour de Trump ne s’entendent pas entre eux. Kushner, son gendre, pense que Steve Bannon est antisémite. Henry Kissinger aurait dit qu’il existe « une guerre entre les Juifs et les non-Juifs » dans la Maison Blanche.

Ivanka et son époux seraient moins intelligents que tout le monde ne le pense et s’enfuient en weekend lorsqu’ils ne supportent plus l’ambiance à Washington. Ils auraient néanmoins décidé de se présenter aux présidentielles, et Ivanka la première.

Enfin selon l’auteur, si Trump a bien changé une chose en un an de présidence, c’est son rôle. Il est au centre de toutes les attentions en permanence, s’exprime directement et en continue via les réseaux sociaux, et c’est une transformation radicale.

Polémique et doutes sur la véracité du contenu

Michael Wolff affirme avoir des enregistrements de certaines des conversations qu’il évoque dans son livre. Mais il refuse de les rendre publics, et lorsque les journalistes qui l’interviewent se montrent insistants, il se justifie en affirmant que « son truc c’est d’écrire ».

Si ce livre regorge de citations et de détails sur la vie personnelle de Donald Trump, il ne faut pas oublier que rien de tout cela n’est vérifié. Concernant la campagne et le fonctionnement de la Maison Blanche, la plupart des choses évoquées étaient déjà connues. Trump mangerait souvent du McDonald’s par peur de se faire empoisonner, vers six heures du soir ; il mange généralement son hamburger au lit. Est-ce vrai ? Est-ce une information utile ?

Les deux seules choses à retenir – sans savoir, encore une fois, si elles sont vraies – seraient sans doute que Donald Trump n’avait pas prévu de gagner (ce qui expliquerait certaines choses) et que sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner auraient prévu de se présenter aux présidentielles dans un futur proche. Beaucoup de bruit pour pas grand chose.

Auteur·rice

Secrétaire générale de la rédaction du magazine Maze. Provinciale provençale étudiante à Sciences Po Paris. Expatriée à la Missouri School of Journalism pour un an. astrig@maze.fr

Vous pourriez aussi aimer

More in SOCIÉTÉ