MUSIQUEMusique en bref

Musique en bref

Charlotte Gainsbourg – Rest

© Collier-Schorr

 

Une certaine idée de la renaissance par Charlotte Gainsbourg. Bien que le premier single Rest nous ait peu enthousiasmé, Charlotte Gainsbourg signe un quatrième album puissant et captivant. Deadly Valentine est une fresque poétique qui a d’ores et déjà su convaincre, les belges de Soulwax se sont d’ailleurs approprié ce morceau essentiel de Rest dans un remix remarquable de 8 minutes. La musique électronique s’est immiscée subtilement dans cet album, grâce à des intervenants notoires tels que SebAstian ou Guy Manuel de Homem Christo (Daft Punk). Charlotte Gainsbourg charme en écrivant pour la première fois ses propres paroles. Elle propose ainsi un album transversal et personnel, qui rend un vibrant hommage à son père.

Coup de cœur : Les Oxalis

Sortie : 17 novembre 2017

11 morceaux

Caroline Fauvel

Vulfpeck – Mr Finish Line

© Vulfpeck

 

Vulfpeck, projet original, appose un funk pluriel qui s’attache à dévoiler une véritable feel good musique. L’album s’axe sur de nombreuses collaborations plus réjouissantes les unes que les autres, offrant une palette sonore détonante, à contre-courant du décor musical actuel. Deux ans après la sortie de leur premier album, Thrill of the Arts, et un an après The Beautiful Game, Vulfpeck assoit son statut de formation musicale multi-instrumentaliste et ne cesse d’exalter le public.

Coups de cœur : Vulf Pack et Business Casual

Sortie : 7 novembre 2017

10 morceaux

Caroline Fauvel

Moodoïd – Reptile

© Moodoïd

 

« De la romance à la démence ». Moodoïd fait son retour trois ans après Le Monde Möö, son premier album. La formation s’adonne à une musique enivrante, sexuelle, pour ce dernier EP, Reptile. Après de nombreux projets, la tête pensante du groupe, Pablo Padovani, s’en remet à sa musique. Moodoïd théâtralise un psychédélisme auditif et visuel, et rend un certain hommage à la musique de Prince et celle des années 80. Le single Reptile porte cet EP, aux cotés du morceau Au pays des merveilles de Juliet, emprunté un instant à Yves Simon. Moodoïd y suggère une ambigüité, un érotisme qui offre une identité toute particulière à cette dernière composition musicale.

Coup de cœur : Reptile (Extended)

Sortie : 24 novembre 2017

5 morceaux

Caroline Fauvel

 

Björk – Utopia

© Jesse Kanda

L’Islandaise nous surprend toujours plus (oui, c’est possible) avec Utopia, un album aux sonorités divines qui évoque les sentiments amoureux. Épaulée par le talentueux Arca pour les sonorités, par James Merry pour le visuel et par Hungry pour le maquillage, Björk a mené un projet digne de nos attentes les plus exigeantes. Aussi auditif que visuel, ce nouvel opus ouvre notre perception pour nous guider vers un monde intérieur sensiblement riche. La pochette, signée Jesse Kanda, ouvre sur un jardin d’Eden peuplé d’oiseaux exotiques et de faunes joueurs de flûte. Utopia apparaît comme la pièce qui complète et équilibre l’histoire commencée avec Vulnicura en 2015. Après la séparation et l’Enfer arrivent le renouveau des sentiments et le Paradis. En bref, Utopia est divinement beau.

Coup de coeur : Saint

Sortie : 24 novembre 2017

14 morceaux

Noémie Villard

 

Kenzo Roz – Storm

©Kenzo Roz

Fils de parents musiciens, Kenzo Roz est épris de piano. Inspiré par les plus grands (Debussy, Ravel) depuis tout petit, il produit ses premiers titres à l’âge de 13 ans. Claviériste live de l’artiste pop Thomas Azier, Kenzo Roz se lance aujourd’hui dans une carrière solo aux prémices prometteuses. Son premier titre, Storm, a l’effet d’une catharsis retentissante. À grands renforts d’échos tourmentés, Kenzo Roz déclame son présage : « There’s a storm coming home » (“Un orage revient à la maison”). Le fracas est épuré, le drop millimétré. Des sonorités qui rappellent un certain Arca, une esthétique visuelle léchée et hypnotique : plongez dans l’œil du cyclone.

Single sorti : 24 octobre

Zoë Louvard

 

Sufjan Stevens – The Greatest Gift 

©Sufjan Stevens

 

L’album de Noël de Sufjan Stevens est devenue une tradition pour les fans, au même titre que ses mixtapes intermédiaires entre deux opus de génie. Cette année, le chanteur décapant a fusionné ces deux idées pour nous offrir The Greatest Gift. On y retrouve des remix des chansons de son précédent LP Carrie & Lowell, démarche plutôt audacieuse pour un habitué des arrangements instrumentaux grandioses. On y découvre aussi quelques titres inédits, probablement ceux qui n’ont pas été retenus pour figurer sur Carrie & Lowell. Ils sonnent à l’oreille comme un vent de désespoir sucré, un petit coin de paradis triste caractéristique de l’album composé en hommage à sa mère récemment décédée. Mais Sufjan Stevens reste ce qu’il est, un savant un peu timbré qui aime expérimenter tout ce qu’il est possible de tenter en matière de musique. Sa dernière trouvaille a été de joindre à sa mixtape des démos de chansons enregistrées sur son iPhone. C’est surprenant, mais aussi très pur puisqu’il livre une version acoustique, sans artifice de ses tubes. Rien que lui, une guitare, sa voix pour seul rempart et son émotion pour ponctuer quelques notes particulièrement dramatiques. On a connu plus festif comme album de Noël, notamment les 42 titres de Songs for Christmas qui fait encore pleurer de rire douze ans après sa sortie. Cette mixtape n’en est pas moins une réussite, à déposer sous les sapins de vos camarades en mal d’amour et de magie de fin d’année.
Sortie : 20 octobre
Coup de coeur : Willowa Lake Monster 
12 titres
Sofia Touhami

 

Rédactrice en chef de la rubrique musique et étudiante en master numérique à Bordeaux. Passionnée de musique et de photo.

Vous pourriez aussi aimer

More in MUSIQUE