CINÉMA

« Au-revoir là haut » – Albert Dupontel au sommet de son art

Ce jeudi 19 octobre une avant-première d’Au-revoir là-haut, le dernier film d’Albert Dupontel avait lieu au cinéma Pathé Bellecour à Lyon. L’occasion pour le réalisateur touche-à-tout de rencontrer son public.

Dans son périple à travers la France pour présenter son dernier film dont la sortie est prévue le 25 octobre, Albert Dupontel a fait le choix astucieux de faire halte à Lyon lors du Festival Lumière. Il a évidemment tout de suite trouvé son public et la salle était quasiment comble pour sa venue. Après une brève présentation de sa dernière œuvre par Thierry Frémaux, le directeur du Festival Lumière, le film commence.

La poésie “Dupontelienne”

Avec Au-revoir là-haut, adaptation du roman éponyme de Pierre Lemaitre (prix Goncourt 2013), Albert Dupontel montre une fois de plus sa capacité à traiter des sujets dramatiques avec justesse. D’un point de vue esthétique, la mise en scène et la photographie ont été travaillées avec minutie pour un résultat à la hauteur de nos attentes. Le jeu de masques liés au personnage d’Édouard doit être souligné puisqu’il participe grandement à installer un climat poétique.

Des jeux de masques poétiques – © Gaumont Distribution

 

Costumes, musiques, traitements de l’image, tout ces éléments participent à cette ambiance si particulière qu’Albert Dupontel installe avec naturel. Un univers poétique où se côtoient costume canari, masques carnavalesques et charleston.

Un sujet peu traité de nos jours au cinéma

Avec cette adaptation du best-seller Au revoir là-haut de Pierre Lemaître, Albert Dupontel traite d’un sujet peu abordé par les cinéastes ces dernières décennies : la Première Guerre mondiale. Il rejoint ainsi les rangs de Jean-Pierre Jeunet qui avait réalisé Un Long dimanche de fiançailles en 2004 et de Christian Carillon, réalisateur de Joyeux Noël, sorti en 2005. Mais à la différence de ces deux réalisateurs, il parvient à mêler la tragédie liée à la guerre et la comédie. Les traits humoristiques ne manquent pas et lui permettent de peindre une société des années folles haute en couleurs et à laquelle on croit.

Une société des années folles haute en couleurs à laquelle on croit – © Gaumont Distribution

 

Sur ce plan, le frenchy n’a rien à envier à un Baz Lurhmann (Gatsby le magnifique, 2013) par exemple.

Des acteurs de talent

Ce qui fait aussi la qualité d’Au-revoir là-haut, c’est la qualité du casting auquel fait appel Albert Dupontel. Laurent Lafitte, Niels Arestrup ou encore Mélanie Thierry. Albert Dupontel a choisi des acteurs de talent qui sont très convaincants dans leurs rôles respectifs. Mais parmi ces acteurs, un est encore peu connu et c’est une véritable révélation : Nahuel Perez Biscayart, vu récemment dans 120 battements par minute.

Nahuel Perez Biscayart dans le rôle d’Édouard Péricourt – © Gaumont Distribution

 

Il joue un rôle complexe sur le plan technique puisqu’il porte presque toujours un masque. Toute sa performance d’acteur passe par le regard de manière assez réussie et bluffante.

Un Albert Dupontel accessible

À la fin de la projection, Albert Dupontel arrive sous un tonnerre d’applaudissements. Il invite Mélanie Thierry et Niels Arestrup à le rejoindre devant l’écran.

Avec modestie et passion, il parle de ses inspirations et souligne une référence à Buster Keaton par ci, une aux Lumières de la ville par là. Il entre coupe le débat des traits d’humour qu’on lui connaît et explique sa rencontre avec le roman de Pierre Lemaître. C’est lors du tournage de 9 mois ferme que son agent lui a conseillée de lire le livre de Pierre Lemaître, dont il est également l’agent. Très occupé, ce n’est que plus tard qu’il découvre l’œuvre de Pierre Lemaître. Il entre finalement en contact avec l’auteur pour être sûr d’avoir bien compris ses intentions.

Finalement, Albert Dupontel conclu “C’était tout à fait le genre de livre que je pouvais adapter à ma façon comico-névrotique”. On ne peut qu’approuver. Cette adaptation est une réussite Monsieur Dupontel, vous êtes au sommet de votre art.

 

 

Auteur·rice

You may also like

More in CINÉMA