ART

Le duo JPEG Squad va vous donner envie de vous mettre à explorer les villes !

Julien (julien.jpeg) et Dominic (dominic.jpeg) partagent deux passions : la photographie et le goût du risque. Originaire d’Orléans, le duo nous prouve plus d’une fois qu’il n’a pas froid aux yeux avec ses photos d’urbanisme impressionnantes. Qu’il s’agisse d’escalader un toit à Paris ou à Londres, les jeunes photographes ne reculent devant rien dans leur quête de l’image parfaite. 

Rooftop Paris

 

L’escouade JPEG (le format d’image que l’ont peut qualifier “d’amateur” que l’on retrouve sur tous les appareils photo et smartphones) démocratise la photographie urbaine : pas besoin d’être un photographe renommé avec du matériel de professionnel pour faire rêver et voyager.

Amis depuis le lycée, Julien (étudiant en commerce) et Dominic (en formation d’ingénieur spécialisé dans le design) décident de lancer JPEGsquad le 4 février 2017 à la suite d’une exploration sur l’ancienne structure du prototype de l’aérotrain partant de Saran au nord d’Orléans.

Les toits de Londres

 

Principalement tourné vers l’urbex et à raison de trois photos par semaine, le compte @jpegsquad nous emmène à la visite des grandes villes, de jour comme de nuit, des ses rooftops et de ses lieux abandonnés.

Ecole abandonnée – Orléans

 

Julien et Dominic font dire aux villes mille secrets en utilisant diverses techniques comme le flou, le light-painting, la longue exposition, le noir et blanc… Et en encourant parfois de grands risques :

“Parmi les photos en haut de toits ou en haut des grues les risques sont différents que ce soit le fait de tomber ou de se faire surprendre par la police ou sécurité. L’une des photos la plus dangereuse et la plus impressionnante est un des rooftops de nuit en pleine City de Londres. Littéralement en face du Gherkin à une hauteur d’environ 20 étages sur un toit gardé car il donnait directement accès à un chantier. Mais on ne regrette jamais les risques encourus lorsque l’on voit nos clichés.”

Exemple de longue exposition.

 

Toutes leurs photographies sont retouchées avec Adobe Lightroom et s’ancrent dans des thèmes récurrents : la symétrie, la géométrie, l’esprit de grandeur, les couleurs, etc.

Depuis la création de JPEG leur style à connu une évolution : à travers les angles de vues, le cadre ou encore la prise de vue.

Pour Julien la ville des possibles c’est Paris et sa banlieue pour sa grande diversité en paysages : les toits, bâtiments abandonnés, stations de métro, business centers…  “Je n’ai pas de ville préférée mais plutôt une wish list comme Tokyo, Toronto, Chicago, Berlin… pour leur grandeur notamment.”

Dominic lui a toujours aimé les paysages urbains surchargés que ce soit de jour mais surtout la nuit. Pratiquant le parkour avant, il a toujours eu un attrait pour les hauteurs, les toits, les grues. “Une de mes villes préférées est Londres car j’aime ses deux personnalités jour et nuit qui sont complètement différentes. J’aimerais passer du temps à New-York et dans des grandes capitales asiatiques pour les clichés nocturnes notamment.”

Peinture géométrique sur un bâtiment à Paris.

 

Le choix de la communauté Instagram n’est pas anodin, il a permis aux jeunes étudiants de collaborer avec d’autres photographes amateurs et de proposer encore plus d’images impressionnantes. Lancé sur la plateforme en 2017, JPEG Squad comptabilise plus de 2300 abonnés. Il agrandi aujourd’hui sa communauté avec une marque de vêtements, “FOCUS”, disponible sur leur web store : focusbyjpeg.bigcartel.com.

Auteur·rice

You may also like

More in ART