ART

David Hockney au Centre Pompidou : A Bigger Art

La rétrospective David Hockney au Centre Pompidou est l’occasion de se rapprocher d’un artiste à la fois célèbre et méconnu. Célèbre pour ses piscines bleutées, ses paysages grandioses, méconnu pour son statut d’artiste touche à tout, son oeuvre considérable. David Hockney a su produire un art hétéroclite à l’épreuve du temps et de l’espace.

Qui est David Hockney ? Né en 1937, cet homme aux origines modestes intègre la Royal College of Art de Londres en 1959. Il est très vite remarqué grâce à son travail acharné et son exposition de fin d’étude. Voguant sur les “Swinging Sixties”, ainsi que sur la tendance Pop Art, il quitte une Angleterre dépassée et part à New-York. Il traverse les Etats-Unis et s’installe rapidement en Californie. Son périple américain est le point de départ d’une carrière étonnante de réussite. Aujourd’hui il célèbre ses 80 ans et continue d’exalter le monde de l’art.

La mosaïque Hockney

Tout comme ses travaux, David Hockney  a choisi de ne pas s’orienter vers une seule et unique perspective. En flânant dans cette rétrospective gigantesque de plus de 160 oeuvres, on comprend rapidement que nous n’avons pas à faire à une exposition, mais bien à des expositions. De ses oeuvres d’étudiants jusqu’à son jardin de Santa Monica peint en 2016, tout y est ou presque.

David Hockney est inclassable, il a déambulé dans le monde de l’art actuel sans jamais se rattacher à la moindre école, et c’est ce qui le rend remarquable. Aucune de ses séries ne se ressemble. Les supports sont multiples, les styles sont multiples, que ce soit dans les paysages, les montages photographiques, les piscines, les douches, les portraits… Et pourtant on reconnait efficacement la patte d’Hockney.

David Hockney retrace cette expression fantasmée du monde qui l’entoure. Des piscines limpides de Los Angeles, aux champs verdoyants du Yorkshire, en passant par les salons monotones de ses fréquentations.

Cette recollection est à l’image du travail de l’artiste, c’est un voyage. Un voyage qui nous permet de comprendre les sentiments de l’artiste et de ce qu’il peint. La banalité quotidienne des choses est ainsi transposée dans le regard du spectateur qui peut en faire quelque chose d’intime et de singulier. Cet effet donne une générosité exquise au travail de David Hockney, qui consiste ainsi à rendre aux choses ordinaires une singularité par le seul regard qu’on y porte.

Tate

Billy + Audrey Wilder, Los Angeles, 1982 – 1982 – David Hockney

 

David Hockney s’éprend de l’émotion qui émane de la nature et des choses en général, et utilise la peinture pour la traduire. Il estime qu’encore aujourd’hui celle-ci reste le médium le plus révélateur qui soit. Pour lui la simple photographie ne peut pas absolument tout révéler.

Un art sincère

David Hockney a le pouvoir de produire une œuvre capable de parler à tout le monde. En effet, sa simplicité et sa variété lui permettent de toucher un public large. Des couleurs vives, des formes nettes, une manifestation parlante et explicite, une simplicité pleine de sens et d’expressivité, c’est avant tout cela, l’œuvre de David Hockney : c’est parlant, évocateur. Il a toujours souhaité une large diffusion de son art, un partage continu ; l’exposition s’axe essentiellement sur ceci.

Nichols Canyon,  1980 – David Hockney

 

Une démonstration épanouissante

La rétrospective du Centre Pompidou est une entreprise pleine d’intérêt qui ravira ceux qui aiment l’art, et au-delà de cela, ceux qui aiment la vie. David Hockney nous apprend à travers ses conceptions à considérer chaque chose, à faire ce que l’on aime. On ressort de cette exposition avec un véritable sentiment d’inspiration et de plénitude face à l’ampleur de son art.

Société Générale (vidéo)

David Hockney au Centre Pompidou – © Connaissance des Arts

 

Présentée dans un premier temps à la Tate Britain de Londres début 2017, cette rétrospective se poursuit jusqu’au 24 octobre à Paris. C’est par ailleurs l’occasion de découvrir ou redécouvrir l’exposition permanente du Centre Pompidou qui est toujours d’une qualité et d’une variété exceptionnelle. Ensuite, il faudra se déplacer au Metropolitan Museum de New-York pour contempler ce travail. Au total, un an de rétrospective, un an pour s’enthousiasmer de l’oeuvre de David Hockney.

Infos pratiques et billetterie ici.

Auteur·rice

Du cinéma et de la musique - Master Métiers de la Culture

Vous pourriez aussi aimer

More in ART