SOCIÉTÉ

Marine Le Pen vue depuis l’étranger : entre indifférence et inquiétude

La campagne présidentielle française a fait couler beaucoup d’encre, notamment grâce à son second tour inédit. À l’étranger, c’est Marine Le Pen qui a le plus intrigué… Témoignages recueillis avant le second tour, emplis de méfiance, voire de peur.

Nous avons demandé à cinq personnes issues de pays différents ce qu’elles pensent de Marine le Pen, ce qu’en dit leur entourage et comment elle est, chez eux, représentée par les médias. Le résultat présente un paradoxe intéressant : alors qu’ici Marine Le Pen évoque une révolution politique à échelle nationale et européenne, alors que les idées de guerre civile et de « trumpisation » de la France se transmettent à travers le pays, il s’avère qu’à l’étranger il n’en va pas forcément de même. L’avenir avec la candidate du Front National n’intéresse pas tout le monde, au sens littéral du terme.

« Je ne sais pas grand-chose à propos de cette femme, à part qu’elle veut devenir présidente… », nous répond une jeune allemande en formation policière.

« À Cuba, les gens ne suivent pas les élections françaises, et je pense qu’ils ne connaissent pas Marine Le Pen », dit à son tour une Cubaine de 24 ans qui vient d’emménager en France.

Une étasunienne renchérit : « Je ne sais rien à ce sujet donc j’ai bien peur de ne rien avoir pour vous… »

« Si elle gagne, ça peut être la fin de l’Union Européenne »

Malgré ces quelques réponses évasives, deux femmes ont parlé de leurs impressions. Maria Valtchuk, étudiante en pédagogie de réhabilitation à Berlin, nous a fait part de ses observations et de ses angoisses :

« Dans mon entourage, à part ma famille, peu de gens parlent des élections françaises. Par contre, dans les médias allemands, il y a toujours des reportages, des articles et des discussions sur la situation actuelle de Marine Le Pen et de Macron, et leur position dans le deuxième tour.

Je dirais que dans les articles que j’ai lus, Marine Le Pen est toujours, avec raison, montrée comme une menace qui pourra provoquer un bouleversement total dans l’Union Européenne. Macron, à l’inverse, est toujours décrit comme « le sauveur » de l’UE et comme un jeune dynamique qui pourra peut-être faire du changement en France. Je sais que les français au début croyaient en Macron et qu’ils étaient contents de l’avoir comme candidat, mais que maintenant cela a changé. Beaucoup de gens disent que le fait que Macron ne soit pas rallié à un parti politique et qu’il soit soutenu par des « riches » fera qu’en fait il ne changera rien. Ce changement n’est pas beaucoup discuté dans mon pays. Je crois que c’est dû au fait que l’Allemagne et beaucoup de jeunes allemands ne veulent pas perdre foi en l’UE.

Personnellement, j’ai peur du résultat des élections de la semaine prochaine, car si Marine Le Pen gagne, ça peut être la fin de l’UE. En plus, les résultats pourraient influencer les élections qu’il y aura en septembre en Allemagne. Mais pensons positif, en ce moment Macron est encore le favori ! »

Sandra, originaire du Portugal : « les yeux du monde sont rivés sur la France »

Contrairement à Maria qui se concentre sur le déroulement politique, Sandra Moura, mère de famille portugaise de 45 ans, axe sa réflexion sur le symbole idéologique que représente Marine Le Pen et les conséquences sociales que pourrait provoquer son élection :

« Je crois qu’au Portugal, Marine Le Pen est représentée comme une personne nationaliste, xénophobe et anti-Europe. Il est difficile de comprendre comment la démocratie peut tomber, et laisser croître ce genre de personnes dans le monde. Elles parviennent à convaincre l’opinion publique avec un discours démagogique, comme Donald Trump l’a fait. Le monde nous appartient à tous ! Votre journal français est intéressé par l’opinion d’une femme portugaise concernant les élections en France. Et les yeux du monde sont rivés sur la France. Pourtant, Marine Le Pen se dresse uniquement pour les gens français. Elle oublie que son propre pays contient plus d’un million de portugais qui ont construit ses propres maisons et ses propres routes, par exemple. Quand l’Europe et le monde ont besoin de solidarité et font un effort collectif, Marine Le Pen veut fermer ses portes à l’Europe et aux migrants ! Selon moi, elle est faible. Elle est fragile car la démocratie et la solidarité sont plus fortes que tout. Tous ceux qui travaillent dur savent qu’ils doivent quelques fois aider les autres et être aidés à leur tour. C’est comme dans une famille : nous devons nous lever ensemble quand « les temps sont durs ». Le 25 avril, c’était le jour marquant la révolution au Portugal, en 1974, contre un dictateur et son oppression. Le peuple portugais sait ce que cela fait d’être seul. Nous l’avons été pendant tant d’années ! J’espère que la France se battra pour rester sur la carte européenne avec nous, combattra pour sa propre culture et ses valeurs, dans l’Union Européenne. Nous n’avons pas peur des étrangers car nous sommes solides dans nos valeurs. Je crois que le peuple français l’est aussi. »

D’après ces multiples témoignages, nous pouvons conclure que certains semblent indifférents vis-à-vis de Marine Le Pen. D’autres voient en elle la mise en jeu de l’Union Européenne. Chez ces derniers, les plus jeunes sont nourris par l’espoir d’une Europe soudée comme jamais. Les plus vieux se basent quant à eux sur leur expérience pour nous rappeler cette chose qu’il peut être si facile de nous ôter : la démocratie.

Auteur·rice

You may also like

More in SOCIÉTÉ