CINÉMAFestival de Cannes

Cannes 2017 – « L’ Atelier », authentique fiction

Vainqueur de la palme d’or en 2009 avec Entre les murs, Laurent Cantet revient avec L’Atelier, la rencontre entre une écrivaine parisienne et des jeunes du sud de la France qui participent à son stage d’écriture de polar. Un film terriblement authentique.

Sélectionné dans “Un certain Regard”, L’ Atelier a été co-écrit avec Robin Campillo – réalisateur de 120 battements par minutes (lire notre critique) en compétition, ce dernier film reprend leurs codes d’écriture qui consistent à filmer un groupe pour se concentrer peu à peu sur un individu singulier.

Sous le soleil de La Ciotat, quelques jeunes en insertion se réunissent tous les jours autour d’Olivia (Marina Foïs) pour un stage d’écriture de polar. Fidèle à son cinéma, Laurent Cantet ne filme pas des acteurs professionnels. Ces jeunes sont originaires de la région et le cinéaste leur a seulement indiqué des éléments de dialogue pour laisser parler leur naturel avec une certaine justesse. Un fait très pertinent puisque nous pouvons ressentir que les sujets abordés par ces adolescents ne leur sont pas inconnus.

 Alors que les conversations dérivent peu à peu vers la politique et le monde actuel, le scénario se recentre sur un en particulier qui se distingue par ces idées, Antoine. Beau et solitaire, ce garçon représente une jeunesse perdue entre les idées extrêmes et nationalistes.  Alors que le personnage d’Olivia est à la recherche de matière pour les personnages de son roman. Un jeu dangereux – qui tourne au roman noir – commence alors à se jouer avec ce jeune homme. Chacun est pourtant totalement coincé dans sa case sociale mais leur fascination mutuelle rapproche les deux personnages. La fiction  du polar semblerait presque se mêler à la réalité par le prisme de l’écriture.

Portrait d’une jeunesse désillusionnée

Dans ce dernier film toujours très réaliste, Laurent Cantet met en lumière le véritable problème d’une partie de la jeunesse d’aujourd’hui. Antoine s’ennuie, il fait partie de ces jeunes délaissés par la société alors il se fascine pour la violence à travers les jeux vidéos et les vidéos de discours extrémistes voire complotistes que ses amis font circuler sur internet. Il montre ainsi à quel point il est facile de se laisser séduire par les paroles de l’extrême droite quand on a pas le recul nécéssaire et que l’on est laissé à l’abandon sans perspective d’avenir. Un sujet dont il fallait parler et un personnage vraiment complexe et troublant qui est merveilleusement interprété par ce jeune comédien, Matthieu Lucci.

Auteur·rice

J'entretiens une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA