Gravity, analyse de la scène finale : renaissance stellaire

Combien de fois a-t-on entendu : « Gravity, l’image est jolie mais bon, il y a pas de scénario et la fin est banale » ? Pourtant beaucoup s’accordent à dire que Gravity, du mexicain Alfonso Cuarón, leur a fait ressentir de fortes émotions. Alors comment un film sans scénario peut-il être aussi galvanisant ? La réponse serait justement à chercher du côté de la narration, certes linéaire, mais plus habile et profonde qu’elle n’en a l’air. Analysons la scène finale qui est l’aboutissement du voyage intérieur de l’héroïne. Nul besoin de préciser que si vous n’avez pas vu le film, nous vous conseillons de changer d’article.

L’astronaute Ryan Stone se retrouve seule en orbite dans la navette Shenzhou, à la suite d’une série de catastrophes. On a appris plus tôt qu’elle souffre de la perte de sa fille, Sarah. Après avoir tentée de se suicider en coupant l’oxygène, elle décide de se battre (« tu lui diras que je n’ai pas renoncé ») et de tenter de revenir sur Terre.
Cet ultime voyage est donc celui de la renaissance : la fin de la Ryan Stone endeuillée et le début d’une nouvelle vie.

L’Eveil
Il s’affiche un compte à rebours, celui de l’amerrissage futur, et a fortiori de la future renaissance. Dans le même plan la caméra filme une petite figurine de Budai, la version chinoise de Bouddha. Il représente la sagesse mais surtout l’Eveil spirituel, soit celui de Ryan Stone qui reprend conscience de la valeur de la vie.

Budai, l’Eveil spirituel, surveille Ryan Stone – Copyright Warner Bros Entertainment

Tout en mettant son casque elle affirme : « Ce sera une sacrée virée, je suis prête » . Pour la première fois Ryan Stone s’intéresse à ce qu’il va se passer et non à ce qu’elle a pu vivre dans sa vie. Toutes les péripéties spatiales, toute la souffrance qu’elle a vécu lui ont permis de se transcender. Elle est donc prête pour cet ultime voyage intérieur, repartir de zéro, tout recommencer : renaître.

La fécondation
Sa capsule a une forme ronde ce qui est souligné par le hublot arrondi de l’arrière plan.

Dans le ventre de la mère – Copyright Warner Bros Entertainment

Tandis que l’extérieur n’a jamais été aussi dangereux, cela représente le ventre protecteur de la mère, mais aussi la forme arrondie de l’ovule.

Le ventre protecteur de la mère – Copyright Warner Bros Entertainment

A ce stade de la descente c’est surtout  l’hypothèse de l’ovule qui est retenue, au regard des débris qui l’entourent. En effet ceux-ci entrant dans l’atmosphère, ils commencent à se consumer en dessinant une traînée de fumée. Il apparaît alors l’image de spermatozoïdes et leurs flagelles qui se dirigent vers l’ovule pour le féconder.

La fécondation par les spermatozoïdes – Copyright Warner Bros Entertainment

Un seul va entrer en collision avec la capsule : la fécondation a eu lieu. Ce n’est donc pas une coïncidence si après cela aucun autre débris ne la pénétrera, l’ovule a créé un champ de protection.

Une rupture s’opère dans la musique de Steven Price, oscarisé pour le film. Jusqu’ici elle était sur un ton dramatique et composée majoritairement de sons électroniques déstructurés. Mais tout d’un coup elle s’humanise en devenant mélodieuse et instrumentale, notamment avec le recours à l’orgue. Surtout il apparaît un chœur, des voix qui s’élèvent, au moment de l’entrée dans l’atmosphère. Cette emportée transcendantale donne la sensation d’une force supérieure qui l’accompagne pour son retour sur Terre. Son dernier voyage, elle ne le fera pas seule.

L’accouchement
Vient alors le moment de sortir du ventre de la mère. Ce n’est pas un hasard si Ryan Stone se retrouve sous l’eau. En plus d’être le dernier obstacle contre lequel elle va se battre, c’est aussi le symbole du liquide amniotique.

Une grenouille va apparaître au premier plan, et nager dans le même sens que Ryan Stone. Le mouvement de caméra qui permet à l’animal de rester dans le champ nous indique qu’il ne s’agit pas que d’un détail. Avec cette assimilation Alfonso Cuarón convoque la théorie de l’évolution de Darwin, souvent symbolisée par un batracien. Elle consiste à penser que seuls les êtres vivants les mieux adaptés à leurs milieux survivent. Cette capacité de l’animal provient de son évolution au fil des années.

La grenouille ou l’invocation du Darwinisme – Copyright Warner Bros Entertainment

Ainsi si Ryan Stone est arrivée à rester en vie jusque là c’est parce qu’elle a été capable d’évoluer grâce aux différentes épreuves auxquelles elle a été confronté. D’ailleurs pour pouvoir remonter à la surface, elle va sortir de son équipement d’astronaute, comme un reptile qui se défait de sa mue. Son évolution a abouti en quelque sorte à une version supérieure de la Ryan Stone d’origine.

Les premiers pas
La théorie de l’évolution est également sous-entendue par la sortie de l’eau du personnage. Celle-ci, alors couchée sur la sable, va se redresser au fur et à mesure, jusqu’à être debout. Ce mouvement convoque à la fois l’évolution de l’Homme depuis le singe, mais aussi plus généralement l’évolution des espèces, à l’origine aquatiques, qui sont devenues terrestres.

L’évolution des espèces aquatiques – Copyright Warner Bros Entertainment

Parallèlement à cela Ryan Stone réalise ses premiers pas de nourrisson. Le personnage essaie de se tenir sur ses jambes en s’aidant de ses mains, titube, puis tombe et parviendra au final à se tenir sur ses pieds. La (re)naissance est totale.

Les premiers pas du nourrisson – Copyright Warner Bros Entertainment

Enfin debout, Ryan Stone fait face à une plage végétale sauvage, dénuée de toute présence de vie humaine. Cela semble renvoyer à sa nouvelle vie, encore vierge, un terrain sur lequel elle va devoir tout bâtir de zéro. Il faut préciser que ce plan-séquence est le seul à être tourné en pellicule 65 millimètres, et non en numérique. L’image a ainsi une plus grande définition et un grain particulier qui la rend palpable. Concret, c’est justement ce qui détermine son retour sur Terre, sa renaissance et la vie future qui l’attend.

Ryan Stone face au nouveau champ des possibles – Copyright Warner Bros Entertainment
Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés