LITTÉRATURE

« Parce qu’après l’orage, le soleil revient toujours. »

Après l’orage, par Hélène Romano et Adolie Day, aux éditions Courtes et Longues. L’auteure, Hélène Romano est docteur en psychopathologie, elle est spécialisée dans les traumas de l’enfant. Suite aux attentats du 13 novembre 2015, elle a été très interviewée pour expliquer la manière dont il fallait parler aux enfants de cet événement et pour répondre aux questions que pouvaient se poser les parents. Diplômée d’Arts Appliqués, l’illustratrice Adolie Day, exerce sa passion dans plusieurs domaines : l’édition d’objets, la mode, la publicité et les albums jeunesse. Pour parler des attentats aux enfants, Hélène Romano et Adolie Day ont choisi de faire partager leurs savoirs et leurs expériences à travers cet album jeunesse publié aux éditions Courtes et Longues le 11 mai 2016.

Quatrième de couverture :
« Qu’est-ce que c’est cet orage qui a fait un si grand bruit dans le salon ?
Pourquoi Papa, Maman et mon grand frère Sacha pleurent-ils tout le temps ? Pourquoi ne me font-ils plus de câlins ?
Est-ce ma faute tout ce qui est arrivé ?
Dans cette famille heureuse, ce petit enfant n’a pas compris ce qu’étaient les attentats. Ses parents n’ont pas osé le lui expliquer.
Mais l’enfant s’interroge et comprend bien plus que ne le croient les adultes… »

© Cécile Truy

© Cécile Truy

Dans l’album jeunesse Après l’orage, peu de couleurs, mais celles utilisées suffisent et rendent l’album plus clair. En effet, il y a quelques touches de blanc que l’on imagine pour la pureté et pour caractériser la paix, et puisqu’il est nécessaire d’utiliser le blanc et le noir pour tracer les traits. Mais les deux couleurs principales sont le bleu marine et le jaune. Le bleu marine, caractérisant l’orage, et le jaune caractérisant le soleil.

Les premières pages sont aux couleurs jaunes, nous suivons la vie d’un petit garçon, le bonheur est présent et pétillant. Puis, une double page bleu marine apparaît, celle-ci a pour sujet le soir du 13 novembre 2015. Cette couleur qui se déroule sur plusieurs pages, décrit l’orage, la tristesse, la peur provoqués par le terrorisme. L’enfant, dont les parents ont préféré – par dépit sans aucun doute – le silence à la communication, se pose des questions vis-à-vis du comportement de son entourage depuis le soir où l’orage a fait rage. Voyant l’enfant malheureux, les parents trouvent finalement les mots pour parler des attentats. C’est après la communication entre les parents et l’enfant que la couleur jaune refait surface, « Parce qu’après l’orage, le soleil revient toujours. » comme le dit le personnage. En effet, après le dialogue retrouvé, la tristesse et la peur s’envolent petit à petit pour laisser place à l’apaisement, à la force, au bonheur.

© Cécile Truy

© Cécile Truy

L’histoire est écrite avec des mots accessibles aux plus jeunes, des mots que les enfants pourraient eux-mêmes utiliser pour décrire les attentats. Les pensées du personnage sont exposées par des images simples, des métaphores dont les enfants pourraient se servir pour décrire leurs angoisses et leur tristesse. Malgré le sujet profond et lourd, l’histoire est attendrissante. En effet, les auteures ont réussi leur challenge ! A partir d’un événement tragique, elles ont réussi à écrire et illustrer une jolie histoire, légère, qui pousse à resserrer les liens familiaux et travailler la bonne communication afin d’affronter avec force les événements dramatiques de la vie.

Un bel album nécessaire aux parents pour les aider à parler avec leurs enfants des tragiques événements. En effet, il est parfois difficile d’expliquer ou de parler des attentats avec les enfants, surtout avec les plus jeunes. Ainsi, l’hésitation, le doute sur le choix des mots pour parler de ce sujet sont souvent mauvais conseillers puisque le silence peut en être vainqueur. Or, les enfants comprennent bien plus que nous pouvons le penser, et les laisser seuls avec leurs pensées et leur tristesse peut être problématique. C’est pour cela qu’Hélène Romano vous propose cet album qui aide à choisir le moment pour discuter, et les mots pour communiquer. De son côté, Adolie Day, propose une douce illustration qui permet aux enfants de mieux apprivoiser les mots, l’histoire, la tristesse. En effet, ses dessins sont clairs et précis, sans aucun superflu, ce qui aide à la compréhension des enfants.

© Cécile Truy

© Cécile Truy

De plus, le livre se termine sur une double page où les enfants peuvent dessiner, les consignes : « Si tu veux, tu peux dessiner comment tu es quand tu as peur. Ou tu peux dessiner ta peur… » sur la première page ; « Et puis après tu peux aussi dessiner comment tu es quand la peur est partie. » sur la deuxième page.
Une ingénieuse idée pour aider les enfants à extérioriser leurs peurs et leur apaisement à travers le dessin. Il est vrai que la parole est parfois insuffisante à l’enfant pour exprimer son mal-être, le dessin est alors une alternative importante.

© Cécile Truy

© Cécile Truy

A cela, s’ajoute une fiche pratique intitulée « Pour mieux comprendre ce que ressent votre enfant » destinée aux parents. Dans celle-ci, la psychologue donne des conseils et répond aux questions que se posent généralement les parents lorsque de tels événements dramatiques arrivent. Après l’orage est donc un album jeunesse complet !

A quatre mains, Hélène Romano et Adolie Day proposent un album unique, aussi utile qu’agréable, autant pour les parents que pour les enfants. Il est léger bien qu’il parle d’un sujet lourd et profond. Il permet de briser le silence, d’apprivoiser les événements et les angoisses, de les accepter tant bien que mal, et d’aller de l’avant. Un album jeunesse qui rassemble, à lire en famille ou seul.

Un gros coup de cœur pour Après l’orage, un album jeunesse sublime et délicat, que même les adultes sans enfants ont envie de lire !

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in LITTÉRATURE