CINÉMA

Rendez-vous raté pour DC – Suicide Squad de David Ayer

Après le succès de Deadpool, DC comics se lance aussi dans film de super-vilains mais ne parvient pas à transformer l’essai avec Suicide Squad. Réalisé par David Ayer, le film vient agrandir l’univers DC Comics mais déçoit par son manque de prise de risque.

Et si Superman avait décidé de détruire la terre plutôt que de la protéger ? Après sa disparition, les autorités doivent trouver une solution pour protéger l’humanité d’une menace extraterrestre ou surnaturelle. L’agent Waller décide donc de rassembler les pires malfrats pour créer un escadron du suicide et leur faire porter le chapeau en cas de bavures. Malgré des débuts prometteurs, le film tombe rapidement dans les clichés du genre. La promesse d’un film peu conventionnel et déjanté n’a pas été tenue et le blockbuster en devient politiquement correct et exploite les mêmes arcs narratifs que les films de superhéros traditionnels.

DC échoue à créer un film d’antihéros là où Marvel avec Deadpool avait rencontré un franc succès. L’intrigue sent le réchauffé et le film n’apporte rien à l’univers DC, les minutes passent sans que rien n’ait su capter l’attention du public. La seconde partie du film bien qu’elle réserve son lot de cascades et scènes de combat, traîne en longueur. En effet, les personnages présentés comme des anti-héros au passé sombre et au destin chaotique deviennent rapidement caricaturaux à l’image d’une Harley Quinn qui, loin d’être présentée comme une figure féminine forte, se retrouve enfermée dans les clichés des personnages féminins. Au-delà de la misogynie à peine à camouflée du réalisateur, le personnage d’Harley Quinn capte néanmoins le spectateur grâce à l’interprétation de Margot Robbie. Si Deadshot et Harley Quinn se partagent l’écran, effaçant au passage les autres protagonistes, le Joker quant à lui, malgré ce que le matraquage promotionnel laissait penser, n’apparaît à l’écran que très rarement.

Jared Leto qui incarne le personnage pour la première fois et succède à Heath Ledger dans The Dark Knight, livre une nouvelle version du célèbre adversaire de Batman cette fois-ci beaucoup plus violente. L’instabilité mentale du personnage est dans la continuité du précédent Joker, cependant ses courtes apparitions dans le film ne le rendent pas mémorable. Là où Heath Ledger était entré dans la légende avec son célèbre « Why so serious ? », Jared Leto passe inaperçu. Enfin, ce film d’antihéros manque cruellement d’autodérision, contrairement à Deadpool qui utilisait les références à l’univers Marvel comme élément comique, Suicide Squad reste trop sérieux et se prend au sérieux. L’humour tombe pour la plupart du temps à l’eau. Seules quelques scènes font sourire mais le tout reste globalement assez conventionnel.

La musique est le seul élément qui donne au film une dimension plus comique. La bande originale, allant de Queen à Eminem en passant par des classiques tels que Paranoid de Black Sabbath, sauve le film.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA