MUSIQUE

Quand la techno envahit Paris

Créée en 1998 par Jack Lang, la Techno Parade a pour visée de promouvoir la musique électronique, trop longtemps stigmatisée. Ce rassemblement ne se restreint pas seulement à une énorme fête dans Paris, mais aspire à des changements politiques et moraux. Lors de la première édition M6 avait d’ailleurs diffusé en direct la Parade qui comptait 200 000 personnes. Ainsi, en relayant une image plus positive de ces 200 000 joyeux fêtards, des mesures politiques ont pris place. Dix-sept ans plus tard, le 19 septembre 2015, ce sont 350 000 personnes qui ont perpétué cette folle aventure. Les médias n’ont noté – à raison – de cet événement que le dramatique accident ayant entraîné la mort d’un participant à la parade, nous essayerons ici de vous faire un compte-rendu de la fête.

Événement très attendu de la part des amateurs de musique électronique, la Techno Parade a fait son retour annuel en grandes pompes. Avec un parcours de 5 kilomètres, partant de Port Royal pour finir à Place de la République, c’est une ambiance proche de la teuf qui a pris place dans Paris. Grâce à la Techno Parade, on constate que la musique électronique ne cible pas que les “jeunes drogués qui dansent n’importe comment proches de la crise d’épilepsie”. Au contraire, on y voit un public hétérogène, des lycéens, des étudiants, des adultes voire même des personnes âgées. Ce rassemblement anime Paris de l’intérieur et crée une véritable cohésion inter-générationnelle. Ceux ne faisant pas forcément partie du cortège s’arrêtent pour observer, filmer, voire danser. Des jeunes enfants comme des seniors ont profité d’un peu plus loin de cette fête immense.

Mais la Techno Parade ce n’est pas qu’un engagement musical, c’est un engagement politique et citoyen. De ce fait, plusieurs chars fonctionnaient à l’énergie naturelle. Pour cet après-midi phénoménal, ce sont quatorze chars et près de soixante DJs qui ont créés l’euphorie générale. Du hardcore à la deep house, en passant par la transe et la minimale, la Techno Parade a rassemblé la diversité de la musique électronique. Mention spéciale au retour très attendu du char Trip&Teuf, après cinq ans d’absence. C’est grâce au soutien des fans et de Festimove que Trip&Teuf est revenu sur le devant de la Parade. En nous offrant du très bon hardcore et hardstyle, notamment avec X-Pander ou Section Grabuge. Face à ce char, vous ne pouviez que kicker dans tous les sens, de quoi vous rappeler les meilleures raves hollandaises.

Mais que faire après la Techno Parade s’il nous reste un peu, même beaucoup, d’énergie ?

C’est la Dream Nation qui prend le relais aux Docks Pullman, avec quatre stages (techno, transe, bass music, et hard stage). Après avoir suivi leur double char lors de la parade, il était possible de les retrouver jusqu’à six heures du matin pour une nuit mouvementée. After officiel de la Techno Parade, la Dream n’a pas lésiné sur la programmation cette année. Funtcase, Dope D.O.D, Le Bask, AK47, Darktek, Tha Trickaz, Habstrackt et bien d’autres ont déchaîné les foules encore en extase. A noter tout de même une gestion de l’entrée déplorable, suite à l’attente de  l’avis favorable de la commission de sécurité pour ouvrir les portes, ce qui a créé un retard d’une heure sur le début de la soirée ainsi qu’un bain de foule assez violent. Malgré cela, la Dream Nation a tout de même rempli son contrat et a poussé les dreamers jusqu’au bout de leur forces pour leur plus grand plaisir.

Bien que les bras et les jambes de chacun ont été lourds en courbature pendant plusieurs jours, en toute honnêteté : vivement l’année prochaine !

Auteur·rice

You may also like

More in MUSIQUE