Royal Blood, le sacre d’un rock pur

Véritable révélation de l’année 2014, le duo Royal Blood s’affirme en live depuis plusieurs mois. Avec une ascension fulgurante et un son puissant, le groupe britannique redonne ses lettres de noblesse au rock bluesy. Le succès de leur premier LP homonyme fait d’eux un phénomène constant, et leur permet aujourd’hui de suivre leurs idoles des Foo Fighters en tournée. En 2016, le jeune groupe aura une certaine pression au moment de réaliser son second opus, tant les regards tournés vers lui et les éloges sont nombreux.

Deux membres, un bruit surpuissant.

Deux amis d’enfance créant un groupe au succès fulgurant : ce cliché quelque peu exagéré est pourtant une réalité pour Mike Kerr et Ben Thatcher. Très liés d’amitié, les deux jeunes de Brighton partagent leur passion pour la musique, mais aussi les filles. Dans un premier temps, cette amitié nouée au lycée ne débouche pas sur une collaboration musicale, même s’ils sont tout deux de fabuleux musiciens. Cependant, leurs formations distinctes sont relativement éphémères et celles-ci n’exploitent pas leurs qualités.

Face à ce résultat, Mike et son ami deviennent aussi inséparables dans la vie que sur le plan musical. Après cette succession d’échecs et une expérience mitigée en Australie pour Mike, les deux amoureux d’un rock puissant unissent instinctivement leurs talents. Royal Blood vient au monde à la fin de l’année 2012, et ses membres n’ont pas l’ambition de devenir les nouveaux princes du rock. Ils n’ont qu’un seul but : partager leur plus grande passion tous les deux. Sauf qu’au fil des répétitions, les Anglais s’aperçoivent qu’ils ont quelque chose de puissant et novateur entre les mains.

Mike Kerr & Ben Thatcher – Royal Blood

L’ascension de la jeune formation se fait à une vitesse phénoménale : ils expérimentent leurs premiers sons dans une petite salle de Brighton, et le succès fut immédiat. Avec eux, le silence n’existe pas, tant leurs compositions surfent sur de très gros sons. Comprenant que leur union musicale a un très grand potentiel, ces deux grands amis ont une envie débordante de continuer dans la voie du duo. En créant un son maximal dans un minimum d’instruments, ils ne souhaitent aucune intervention extérieure, tant cette alchimie semble venir de leur grande complicité.

Reconnus par les plus grands.

Royal Blood se perfectionne au rythme des répétitions au sein d’un garage, dans lequel les deux amis prennent un plaisir à travailler leurs instruments. Le résultat tend à créer une identité musicale qui leur est propre, et qu’ils souhaitent diffuser en live. Le premier buzz arrive donc à ce moment, où la formation parcourt les petites salles britanniques avec un live puissant et fougueux qui attire un public averti. A l’été 2013, le duo n’a officiellement sorti aucun titre, mais Royal Blood résonne déjà comme une attraction musicale en Angleterre.

Cette notoriété naissante leur permet d’attirer l’attention d’artistes internationaux qui sont avant tout leurs idoles. C’est ainsi que le batteur des Arctic Monkeys, Matt Helders, attire les regards sur la grande scène de Glastonbury en portant un t-shirt à leur nom. Avec ce buzz phénoménal, le groupe se fait un véritable nom. Et la jeune formation britannique captive les auditeurs du monde entier à une vitesse exponentielle. Tout s’enchaîne puisque leur premier titre Out Of The Black est salué par le public et la critique, grâce à une puissance ravageuse. Un EP de quatre titres suit très rapidement et alimente donc le buzz constant que crée le duo. C’est ainsi que les mêmes Arctic Monkeys les prennent sous leur aile pour permettre aux deux jeunes de Brighton d’exprimer leur talent en première partie de leurs concerts.

Une formule terriblement efficace.

En jouant sur les plus grandes scènes et dans les plus grands festivals d’Europe, le très frais Royal Blood diffuse une identité musicale et visuelle qui conquiert le public. Face à une scène rock de plus en plus discrète ou qui tend vers des effets électroniques, ces deux amoureux d’un rock détonnant alimentent le vivier des duos guitare-batterie. Dans la lignée des Whites Stripes et des Black Keys, la formation anglaise contribue à redonner un nouveau souffle à un rock aussi pur que percutant, tout en lui donnant un aspect novateur.

En travaillant leurs instruments, le duo Royal Blood fait donc un bruit assourdissant. Grâce à ses différentes pédales et ses amplificateurs, Mike fait de son jouet à quatre cordes une machine truffée d’effets. En ajoutant à cela la puissance de Ben à la batterie, les deux Anglais ont su obtenir un son profond et primitif, tout en restant harmonieux grâce à la voix du séduisant Mike.

Cette rage et cette force se retrouvent à l’écoute de leur premier album homonyme, sorti finalement en août 2014. On y retrouve dix titres à la structure répétitive mais terriblement efficace. Leur rock convainquant s’exprime parfaitement comme dans Come On Over, qui parle de l’enfance de Mike, bercée dans la religion. En plus de tout cela, le talent de composition du groupe fait de Figure It Out un titre à la mélodie hypnotique et adapté aux radios. Le duo basse-batterie de Royal Blood attire toujours la lumière vers lui avec ce premier joyau, se classant très vite numéro 1 des ventes en Angleterre.

L’attente du second album.

En deux petites années d’existence, les deux amis ont consolidé et diffusé leur rock viscéral sur chaque continent. Ils sont aujourd’hui lancés dans une tournée où ils ne sont plus une simple première partie, mais une attraction qui attire un public bercé par les White Stripes ou même nostalgique des débuts de Muse. Avec une basse sonnant comme plusieurs guitares et une batterie surpuissante, leur live confirme le succès d’un premier album tranchant. Devenu un duo magique et surtout sans trucage, Royal Blood reçoit le Brit-Award du meilleur groupe britannique de l’année 2015 devant Coldplay ou encore les One Direction. Une sacrée récompense pour ce groupe irrésistible, cet album tutoyant la perfection et cette énergie aussi destructrice que contagieuse.

Encore sur les routes avec leur modèle Dave Grohl et les Foo Fighters, Mike et Ben se sont déjà attelés à l’écriture de leur second album. Avec l’attente énorme du public et des médias, Royal Blood devrait avoir la pression. Cependant, les deux amis n’ont aucune peur et cherchent à expérimenter de nouvelles choses pour ce nouvel opus. Tout ce que l’on sait, c’est que ce nouvel album continuera à exploiter ce rock musclé qui fait aujourd’hui l’identité du groupe. Si Royal Blood continue son ascension fulgurante, ces Anglais risquent bien de devenir d’ici peu les représentants “royaux” d’un rock musclé et ravageur.

 

Nicolas Fayeulle

Jeune étudiant caennais passionné par une musique éclectique (Foals, Muse, Hyphen Hyphen et autres Watsky), intéressé par un cinéma grand public, mais aussi avide de sports en tout genre.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés