The beautiful and damned

C’est l’été ! L’air chaud et parfumé des vacances embaume l’atmosphère. Vous êtes jeunes, beaux et vous souhaitez en profiter. Que vous partiez à l’autre bout du monde ou que vous restiez chez vous pour un super job d’été, il vous faudra de la lecture. Les heureux et les damnés, de Scott Fitzgerald est l’ouvrage qu’il vous faut. Cet hymne à la jeunesse et à la vie, écrit avec la finesse de Fitzgerald, dépeint les années 1920, l’ère du jazz et du glamour dans la bonne société new-yorkaise.

L’histoire d’Anthony Patch et de sa dulcinée, Gloria Gilbert, est une histoire d’amour sans doute inspirée par la relation qu’entretenait Fitzgerald avec sa femme, Zelda. Tout au long du roman, le jeune couple tente par tous les moyens d’entretenir l’amour, la passion, et surtout, de préserver leur jeunesse des ravages du temps. La procrastination, la paresse, l’inertie des personnages sont à la fois dénonciation et fatalité. L’alcool joue également un rôle central dans l’intrigue, à une époque où les fêtes durent des jours entiers et où les flappers écument les soirées de Nouvelle-Angleterre. A une époque où la prohibition se met en place. Ou la guerre fait rage en Europe, mais où, loin de ses ravages, on tente d’oublier l’absurdité de la vie.

Smoking flapper
Smoking flapper – Droits réservés.

L’écriture elle-même est innovante et révèle ainsi une pointe de jeunesse et d’insouciance. Les genres se mêlent. On y retrouve les procédés de l’écriture théâtrale, qui montrent le côté artificiel des relations, et qui souligne le fait que, comme l’affirmait Shakespeare, « Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que des acteurs ». La prose, elle, est vive et poétique, même s’il arrive qu’au détour d’un dialogue, on se perde dans des réflexions philosophiques complexes. L’auteur décrit même ce qui précède la naissance de Gloria, peut-être une allusion au monde des Idées platoniciennes et à la Beauté en soi que représente ce personnage ? Enfin, l’intime est évoqué grâce, notamment, au journal intime tenu par Gloria, ou encore par le biais des paroles échangées dans l’ivresse des longues soirées de fête. Tout cela forme un ensemble original qui retrace l’univers souvent fantasmé des années folles. Néanmoins, les disputes, le manque d’argent, et la vieillesse qui finit par arriver, troublent cet univers doré. De nombreux critiques y ont vu une autobiographie voilée. En effet, la relation de Scott Fitzgerald avec Zelda Sayre, qui deviendra sa femme, était des plus contrastée. La passion, la jalousie, les dépenses… Tout cela caractérise également le couple Fitzgerald, icône d’une époque et d’un mode de vie extravagant. Zelda finira d’ailleurs dans un hôpital psychiatrique après s’être séparé d’un Scott Fitzgerald rongé par l’alcoolisme. A propos de son mariage, celui-ci écrit : “We ruined ourselves. I have never honestly thought that we ruined each other.” Cette histoire n’est donc pas idéalisée. La noirceur de la vie y est évoquée avec d’autant plus de force, qu’elle s’oppose à la volonté des personnages.

Cet ouvrage permet de s’évader le temps d’un instant vers une autre époque. On y réfléchit sur la jeunesse et son côté éphémère. On y danse avec les personnages. Et finalement, on s’interroge sur le sens de notre propre vie. Les heureux et les damnés est un livre que l’on devrait lire lorsque l’on est jeune. On se retrouve dans la vanité de Gloria et l’on comprend la procrastination d’Anthony. Ces deux personnages, c’est nous. Leurs désirs, leurs aspirations, leurs rêves, tout nous rapproche. Alors, pourquoi ne pas profiter de l’été pour lire de la grande littérature et apprécier cette jeunesse si éphémère ?

A lire en écoutant du Glenn Miller, pour une ambiance années folles garantie.

Marie Daoudal

Grande voyageuse (en devenir). Passionnée par la littérature et les langues étrangères. Dévoreuse de chocolat. Amoureuse éperdue de la vie et de la bonne bouffe. "Don't let the seeds stop you from enjoying the watermelon"

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés