ART

Sur la route

11272046_10207200059346753_764881826_nChristian Estrosi, le 7.07.13, en tant qu’invité du grand rendez vous d’Europe 1, a dit au sujet des Roms J’en ai maté d’autres, je vous materai“, avant de préciser qu’il met en place des caméras là où des Roms s’installent afin de surveiller les entrées et sorties. Cette prise de parole a fait réagir une partie de la classe politique, mais aujourd’hui, la situation reste bloquée dans de nombreux endroits de France.
Daniela Roman, dans son livre Tzigane, ne tente pas de démonter la parole politique d’Estrosi, mais bien de donner aux tziganes  une réelle place dans le paysage culturel français. Pour elle, les tziganes ne sont pas différents de nous. Certes, ils sont très pauvres, et vivent dans des caravanes, mais sont des « immigrés » comme les autres, comme chaque citoyen européen. La majorité des moins de 25 ans sont même de nationalité française. On dit qu’ils sont «  nomades », mais ils ne le sont que parce qu’on les empêche de rester là où ils s’installent. La plupart des tziganes sont sédentaires, depuis qu’ils sont en France, ou du moins cherchent à l’être le plus possible, et ce depuis plus d’un demi siècle, et encore plus depuis une vingtaine d’années. Ils sont rejetés par la société française comme n’importe quels immigrés, mais traités différemment, parce qu’ils ne vivent pas « comme nous » avec un toit sur la tête. « La plupart de leur logement sont insalubres, et considérés comme Bidonvilles » déclare Daniela, avant d’ajouter « il existe réellement en France un racisme anti-tzigane ». Pour elle, ils ne sont pas considérés comme des êtres humains, mais comme des animaux, de vulgaires bêtes qu’on entrepose là et que l’on vire dès que possible. Daniela, elle aussi d’origine roumaine, n’en pouvait plus de ne pas agir. Elle a donc pris contact avec une association qui se bat pour que les enfants du bidonville d’Ivry sur Seine puissent continuer  à aller à l’école jusqu’à la fin de l’année scolaire 2014-2015 et que les familles soient relogées. Dans le cadre de cette association, elle affichera à la manière de JR, célèbre photographe français, de grands tirages de ses photos du camp, lors d’un grand rassemblement qui aura lieu le 6 juin 2015, avec la présence notamment de grands noms du milieu gitan, comme Le cirque Romanes.11119776_10207200056226675_42170327_n
Pour rappel, les Tziganes sont les gitans  roumains, bulgares, ou yougoslaves, que l’on appelle aussi “Roms” aujourd’hui car de culture et langue Romani. Ils viennent d’Inde et sont en Europe depuis plusieurs siècles. La vague massive d’arrivée des tziganes dans l’Europe de l’ouest date de la chute de l’URSS. En effet, sous le communisme, ils avaient un travail et un logement, ce qui leur permettait d’aller à l’école, tout en continuant d’être discriminés par la majorité de la population locale, qu’ils ont fuit dès 1992 lorsqu’ils ont perdu leur travail et leur logement et n’avaient plus de quoi vivre. Ils vivent aujourd’hui soit de ville en ville, lorsqu’on ne les laisse pas s’installer plus d’une semaine, soit dans des bidonvilles, comme à Ivry.

Ce que regrette Daniela, c’est que leur tradition « familiale » est très lourde, comme les traditions dans la plupart des cultures, ce qui ne permet pas (ou peu) aux jeunes d’évoluer, d’avoir d’autres ambitions. Même le chanteur Kendji Girac, gagnant de la saison 3 de The Voice France, qui appartient à cette culture gitane, au peuple gitan, a chanté au cours de sa tournée avec son père le 12 mai 2015 à l’Olympia.

Auteur·rice

You may also like

More in ART