SOCIÉTÉ

Les Le Pen font leur cinéma

Jean Marie Le Pen n’a jamais fait dans la dentelle. Ses récentes déclarations ont ravivé les braises d’un incendie médiatico-politique qui ne semble jamais s’éteindre, au plus grand désespoir de sa fille. Au début du mois d’avril, il a affirmé ne pas avoir de regrets concernant ses propos tenus en 1987 sur les chambres à gaz, « un point de détail de la Seconde Guerre mondiale ». 

L’actuel président d’honneur du Front National n’en est pas à son coup d’essai. Il collectionne depuis le début de sa carrière politique les phrases chocs, à tendance raciste, antisémite, xénophobe ou homophobe. En septembre 1996, Jean Marie Le Pen déclarait : « Oui, je crois en l’inégalité des races. Aux jeux olympiques, il y a une évidente inégalité entre la race noire et la race blanche, c’est un fait. Je constate que les races sont inégales ». Seul chef de l’extrême-droite française pendant plusieurs décennies, le créateur du Front National a toujours cultivé cette image différente des autres partis français. Fondé en 1971, son parti a longtemps été « anti-système », statut assumé par Le Pen et les dirigeants du FN. Cependant lorsque l’on connait les fondateurs du mouvement, on comprend un peu mieux pourquoi : parmi les personnes présentes lors de la réunion de lancement du Front National en octobre 71, on retrouve Pierre Bousquet, caporal de la division SS Charlemagne, Léon Gaultier, membre de la Waffen SS de 1940 à 1945 ou encore François Brigneau, membre de la Milice à partir de 1944. Jean Marie Le Pen a donc de 1971 à 2011 était le porte- parole de l’extrême-doite, multipliant les interviews détonantes. Son avis sur l’homosexualité ? Il répond en février 1984 : « L’homosexualité n’est pas un délit, mais elle constitue une anomalie biologique et sociale ». Autre sujet, mais même franc-parler : « Il faut qu’il y ait une autorité, et nous pensons que l’autorité la plus qualifiée dans un ménage est celle de l’homme » déclare l’homme politique en 1979. Ses propos sur les chambres à gaz dans le studio du grand Jury RTL le 13 septembre 1987, soulèvent un véritable tollé. Il est d’ailleurs condamné à 200 000€ d’amende pour banalisation de crime contre l’humanité.

La rupture

Mais depuis 2011 et l’arrivée de sa fille à la tête du parti, Jean Marie Le Pen est beaucoup moins libre dans ses déclarations. Marine Le Pen s’est lancée dans une campagne de dédiabolisation du Front National, pour ne plus rester dans un simple rôle d’opposition mais se lancer à la conquête du pouvoir. Fini les petites phrases assassines du père, l’heure est au politiquement correct. Aucun dérapage n’est désormais toléré au sein du parti. Par exemple en octobre 2013, une candidate du Front National aux municipales dans les Ardennes compare la garde des sceaux,  Christiane Taubira,  à un singe sur les réseaux sociaux et lors de l’émission Envoyé Spécial. Seulement quelques semaines après la diffusion du reportage, la femme est exclue du parti. Proclamé « premier parti de France » par Marine Le Pen, le FN serait presque devenu un parti comme les autres, dont les idées se sont banalisées alors que le programme du Front National n’a pas radicalement changé depuis l’époque où Jean Marie Le Pen était à sa tête.

L’homme qui est arrivé au second tour de l’élection présidentielle de 2002 s’oppose à cette évolution du parti. Lorsqu’il réitère ses propos le 2 avril 2015 sur ce qu’il qualifie de « détail de l’histoire », Marine Le Pen réagit immédiatement, s’estimant « profondément en désaccord avec cela ». Florian Philippot, vice-président du FN, décrit une « provocation parfaitement inutile ». Une scission semble visible après cette première déclaration, mais la rupture est consommée à partir du mercredi 8 avril. Dans une interview accordée à la revue d’extrême-droite Rivarol, Jean Marie Le Pen déclare qu’il n’a jamais considéré Pétain comme « un traître », jugeant que l’on a été « très sévère avec lui à la Libération ». Il tient également des propos indéniablement racistes : il souhaite « sauver le monde blanc ». Tous les cadres du Front National s’opposent à l’ancien président : Philippot évoque une rupture politique « désormais totale », Gilbert Collard (député frontiste) assure qu’il serait « ravi » par une exclusion de Jean Marie Le Pen. Louis Aliot déclare que ces « désaccords politiques sont irréconciliables ». Marine Le Pen annonce le vendredi 10 avril le lancement d’une procédure disciplinaire à l’encontre de son père. L’homme est convoqué devant un bureau politique le 17 avril, où la question de sa candidature aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur doit être étudiée. Hospitalisé pour un petit problème cardiaque, l’homme de 86 ans, n’assistera pas à cette réunion. Il a finalement renoncé à se présenter aux élections en PACA le 13 avril. C’est sa petite fille de 25 ans, Marion Maréchal-Le Pen qui est désignée tête de liste dans la région.

Un poids pour Marine Le Pen

Est-ce que les récents événements ne signalent pas la retraite politique de Jean Marie Le Pen ? Cela ne semble pas être l’avis de l’intéressé… Sa fille verrait pourtant cette retraite d’un bon œil. Marine Le Pen semble fatiguée de la mauvaise image de son père qui se répercute sur le Front National. L’objectif principal du parti se rapproche désormais à grand pas : la présidentielle de 2017 étant dans toutes les têtes.  L’intronisation de la nièce de Marine, Marion Maréchal-Le Pen est une image forte : proposée par son grand-père pour le remplacer, elle représente une nouvelle génération de l’extrême-droite. La jeune femme baigne dans les idées du Front National depuis sa jeunesse. Alors qu’elle n’a que 2 ans, elle pose dans les bras de son grand-père pour l’affiche officielle du Front National. Jean Marie Le Pen est alors candidat aux élections régionales en… Provence-Alpes-Côte d’Azur. 23 ans après cette photo, c’est Marion qui remplace son grand-père en tant que tête de liste de cette même région, un passage de relais symbolique. Marion Maréchal-Le Pen a acquis une certaine expérience depuis qu’elle est devenue la plus jeune députée de l’histoire de la République française à l’âge de 22 ans, en 2012. Cependant, elle n’est pas une adepte de la langue de bois pour autant. Le 29 janvier 2015, les caméras du Petit Journal (Canal+) ont filmé la jeune femme menacer le journaliste Gilles Leclerc : « On va vous avoir… Mais quand ça va arriver, ça va vraiment vous faire mal ! »

Le FN est toujours un parti différent des autres. On peut tout de même remarquer une « peopolisation » du Front National. Désignée par le magazine Times parmi les 100 personnes les plus influentes de la planète, Marine Le Pen s’est rendue mardi 21 avril au Gala organisé pour cet événement. La présidente du FN a dîné en compagnie de stars américaines comme le rappeur Kanye West et sa compagne, Kim Kardashian. Pas sûr que Jean Marie Le Pen ait apprécié cette proximité avec les people.

Finalement, on peut se demander si ce drame familial, exposé sur la place publique, ne fait pas partie de la stratégie de dédiabolisation, entreprise par le Front National depuis 4 ans. L’occasion est belle pour les dirigeants actuels du FN de marquer une rupture entre l’époque où Jean Marie Le Pen était à sa tête et son renouveau incarné par Marine Le Pen depuis 2011. Tourner le dos au passé et se concentrer sur les futures échéances semblent être actuellement les principales priorités de la présidente du parti d’extrême-droite.

Auteur·rice

You may also like

More in SOCIÉTÉ