CINÉMA

En Route, Dreamworks et le commerce

En route, prochain film des Studios Dreamworks, sort en salle le 15 avril prochain. Mettant en scène la création d’une relation amicale entre une jeune habitante de New York et un « Boov » : extraterrestre venu coloniser la terre, le long-métrage se révèle être la quintessence du film commercial. Toutefois, cet aspect arrive à être exploité d’une manière intelligente tant pour la transmission de l’émotion que de la trame en elle-même. 

© 2015 DreamWorks Animation L.L.C.

© 2015 DreamWorks Animation L.L.C.

Quand l’Humain et le Boov se rencontrent 

Une colonie d’extraterrestres ( les « Boov » ) décide de venir sur Terre pour échapper à leurs ennemis de toujours, les « Gorg ». Parmi ces petits ovnis violets se trouve « Oh », un maladroit dont le nom témoigne bien du caractère. A la suite d’une gaffe, ce dernier est poursuivi par les siens. C’est alors qu’il rencontre Apéritif Tucci, dit Tif, jeune adolescente new-yorkaise à la recherche de sa mère, enlevée après l’arrivée des colonisateurs sur Terre. Bienveillant et émouvant, Oh tente de créer une amitié avec l’humaine qui, elle, n’a pas d’autre choix que de s’allier à l’étrange Boov pour retrouver sa seule famille.

En Route est inspiré du livre pour enfants The True Meaning of Smekday  d’Adam Rex. Le réalisateur Tim Johnson avait expliqué, en faisant allusion à ses enfants, que “Je leur ai d’abord lu deux chapitres, puis je les ai bordés, et j’avoue que j’ai fini le bouquin sans les attendre vers 2h du matin”. 

© 2015 Twentieth Century Fox

© 2015 Twentieth Century Fox

La trame, assez enfantine dans le fond, est rapidement oubliée par le caractère émotionnel des séquences. Le rapprochement entre Tif et Oh témoigne d’un attendrissement certain envers le petit extraterrestre frappé d’une extrême solitude. En témoigne sa fête organisée à l’arrivée sur Terre et à laquelle aucun individu de son espèce ne participe. Frappé d’une gentillesse excessive, Oh, maladroit, arrive même à semer la pagaille en voulant faire le bien.
C’est cette rencontre avec Apéritif Tucci qui va le changer. Il découvre en elle le potentiel d’une véritable amitié. A l’image de Pinnochio et de son nez, sa couleur le trahit puisque, naturellement violet, le Boov devient vert lorsqu’il ment, jaune lorsqu’il a peur, rouge lorsqu’il est en colère et même rose lorsqu’il est ému. Ainsi, on est tenté de rapidement l’aimer par sa timidité et son envie de bien faire.
Apéritif Tucci, elle, témoigne d’un caractère bien plus fort. Elle met d’ailleurs du temps à découvrir la véritable gentillesse d’Oh : la jeune adolescente n’hésite pas à l’enfermer dans le frigo sans véritable compassion. Elle se sert de l’extraterrestre plus qu’elle ne le découvre.

Toutefois, on découvre forcément des points communs entre les deux protagonistes. En premier lieu, le manque et la solitude. Alors que Oh est rejeté des siens et cache sa souffrance par la gentillesse et la transmission du bonheur échoué, Tif, elle, dissimule sa solitude sous son caractère nerveux. Mais lorsqu’on creuse et qu’on apprend à les connaître, le spectateur se rend compte de la fragilité des personnages. Et c’est finalement un aspect positif du long-métrage puisque cette ressemblance va atténuer la dissemblance et ce qui paraissait comme une amitié impossible va finalement s’avérer envisageable.

Du commerce au service de l’animation 

Si l’on s’attarde sur la bande-son, on se rend rapidement compte que Rihanna est à la base de tout. Alors qu’elle prête sa voix à Tif, elle interprète au moins trois chansons, chaque musique ayant son rôle à jouer au sein du film d’animation. Quitte à faire du commercial, autant le faire jusqu’au bout puisque Aperitif Tucci ressemble également à Rihanna au niveau physique. On apprendra d’ailleurs dans le film que la jeune adolescente a eu du mal à se faire des amis en arrivant à New York après avoir déménagé…des Barbades ! Influence ou coïncidence ?
Il n’en reste pas moins que la bande-son passe ou casse dans l’esprit du spectateur. Néanmoins, si on analyse outre les considérations personnelles du commercial, la musique témoigne d’une grande utilité quant à la transmission des émotions au spectateur.
Le titre Towards The Sun de  Rihanna, jouant sur la mélancolie, s’incorpore bien dans la séquence dans laquelle elle est diffusée. Il en est de même pour Dancing In The Dark. Ce dernier est joué lorsque Oh découvre la danse, une pratique interdite dans son monde.

© 20th Century Fox 2015 Tif et sa mère, ou Rihanna et Jennifer Lopez

© 20th Century Fox 2015
Tif et sa mère, ou Rihanna et Jennifer Lopez

Outre Rihanna, on note également la présence de Jennifer Lopez incarnant la mère de Tif et interprétant Feel The light, un morceau jouant également sur l’émotion. Quant aux scènes plus intenses, Dreamworks n’a pas hésité à faire appel à Charli XCX, Kiesza et Jacob Plant ! Ce dernier est présent avec Drop That, ce qui est d’ailleurs relativement rare d’entendre une musique comme celle-ci dans un film d’animation.
En d’autres termes, Dreamworks a volontairement fait appel à cette musique puisque, comme en témoigne la scène de la danse, c’est bien Tif qui met Rihanna à la radio donc directement un témoignage de la musique actuelle des adolescents. L’exemple peut être avéré par Charli XCX puisqu’il est vrai que la chanteuse est une étoile montante depuis son Boom Clap de Nos étoiles contraires.
Il ne reste plus qu’à faire adhérer le spectateur à ce procédé qui sera forcément critiqué mais qui reste néanmoins réfléchi. Toutefois, moins de Rihanna aurait peut-être arrangé les choses.

Un visuel unique au service de l’animation

Concernant les caractéristiques techniques, En Route a été confectionné avec le nouveau dispositif Apollo de Dreamworks Animation. A l’occasion de la sortie de Dragons 2, premier film avoir subi cette modernité, Joseph Katzenberg avait présenté le logiciel au site de l’Express.

“Il permet pour la première fois à nos animateurs de réaliser, littéralement, ce qu’ils ont en tête. Jusqu’alors, leur travail était limité : l’animation par ordinateur n’avait pas su retrouver le processus et la qualité propre à l’animation manuelle. Apollo est une innovation de premier ordre, la plus grande dans ce domaine depuis vingt ans : l’animateur peut à nouveau animer de sa main un personnage.”

© 2015 Twentieth Century Fox La Tour Eiffel à la renverse

© 2015 Twentieth Century Fox
La Tour Eiffel à la renverse

En résulte plusieurs conséquences visibles à l’image. Disponible en 3D, le long-métrage témoigne d’une grande précision esthétique. Tout d’abord, les décors et l’environnement sont emprunts d’une abondante richesse de mouvements. La ville de New York ou l’Australie ont la capacité de réunir, sur une même image, un grand nombre d’animations différentes et une lecture plus fluide des mouvements. Paris aussi, avec sa Tour Eiffel à la renverse, arrive à surprendre par sa transgression en film d’animation. Ensuite, le visage des personnages se trouve agrémenté de gestuels proches de la réalité ce qui permet d’augmenter l’immersion du spectateur. Selon Allociné, Les Boovs dont fait partie le personnage Oh ont été conçus de façon à posséder des caractères physiques attendrissants et familiers. En revanche, il fallait aussi qu’ils apparaissent comme étant différents des habitants de la Terre. Le réalisateur parle de sa création en évoquant des personnages rondouillards, aux regards expressifs, possédant des tentacules en guise d’oreilles. Les humains eux, ressemblent véritablement à une réincarnation d’une personne réelle.

En conclusion, il est bon de constater que En Route se présente comme un long-métrage réunissant des aspects commerciaux  pour engendrer des recettes, mais qu’il réussit quand même à intégrer ces éléments dans la trame scénaristique pour les transformer en éléments indispensables à la réussite du long-métrage.

Auteur·rice

Rédacteur et Correcteur chez Maze Magazine, également fondateur et rédacteur en chef du site web d'actualité lecontinu.fr Étudiant en droit, il réalise également son premier court-métrage pour le Nikon Film Festival et est scénariste sur des projets en développement.

You may also like

More in CINÉMA