CINÉMA

Ymanol Perset, cible de Colt 45

 


Vincent Milès (Ymanol Perset) est un armurier de la Police Nationale. Alors que ses compétences en tir de combat attirent les professionnels du terrain, il reste sourd à leurs propositions. Il fait la rencontre de Milo Cardena (Joey Starr), flic ripoux qui l’entraîne dans un piège et amorce sa descente aux enfers.
Colt 45 est une histoire sombre et intrigante, servie par un film mou et banal. Fabrice Du Welz esquisse un thriller raté. La thématique du double, d’un côté sombre qui surgit est intéressante. Les textures et les lumières sont travaillées. Le scénario tient la route. Le manque d’originalité lassant des dialogues vient tacher le tout. Soit les auteurs sont formatés par les navets où règnent les répliques passe-partout, soit ils ont simplement négligé cet aspect du film (ou les deux). Pas facile donc pour un jeune acteur de faire ses preuves avec des phrases toutes faites du genre « Si ton père nous voit d’où il est, il doit être fier de toi ». Malgré cela, Ymanol Perset compose un jeu plutôt reculé de ces banalités. Son talent est bien sûr contrarié par les mots qu’il a à prononcer, mais dans l’ensemble il parvient à ne pas être agaçant. Ce qui n’est pas facile avec un mauvais dialogue. D’ailleurs, ses expressions sont plus fines et mieux dosées sur ses silences. Bon acteur dans un film trop moyen, ça arrive, ça n’empêche pas un futur prometteur.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA