L’Affaire SK1, attention histoire vraie

Nouvelle reconstitution d’une grosse affaire policière française, L’Affaire SK1, premier long métrage de Frédéric Tellier, traite de l’histoire de Guy Georges, serial killer terrorisant tout l’Est parisien dans les années 90.

Plongée dans l’horreur avec cette histoire que les moins vieux d’entre vous auront connue : Guy Georges, tueur en série et détraqué sexuel, agresse, viole et tue avec une violence sans nom de nombreuses jeunes femmes. Bien que certaines aient pu en réchapper et témoigner, l’enquête aura duré presque 10 ans. Le procès de Guy Georges a eu lieu en 2001, le condamnant à la prison à perpétuité.

L’affaire SK1 – SND

C’est cette longue enquête que le film décrit, aux travers des yeux de Franck Magne, jeune inspecteur au 36, Quai des Orfèvres. Il commence par travailler sur l’assassinat d’une jeune femme et finit par être hanté par cette affaire quand il se rend compte que les nombreux meurtres en série de Paris sont liés. Mais peu de monde le croit, et le chemin vers la vérité sera parsemé d’embûches entre la guerre des polices, le manque de moyens, la bureaucratie et la gestion de sa vie personnelle. Guy Georges passera deux fois par le 36, mais ne sera pas reconnu. Et pendant que Franck se bat pour obtenir un regroupement des relevés ADN, le Serial Killer numéro 1 continue à sévir…

Toute la force du film réside dans son montage. En effet, on alterne entre des images de son procès en 2001 avec la défense, les témoignages et Guy Georges, et des images de ses meurtres et de toute l’avancée de l’enquête. Grâce à cela, le rythme est maintenu tout le long du film, il n’y a pas de long procès final mais un procès étalé qui nous permet de mieux cerner le profil psychologique du tueur tout en regardant l’enquête.

SK1 - SND
L’affaire SK1 – SND

Et même si on connait la finalité de l’histoire, le suspens se tient jusqu’au bout : vont-ils enfin l’attraper ? Guy Georges va-t-il enfin finir par avouer ? Et arrivé au bout de toute cette violence et de toute cette terreur qu’impose un serial killer pareil, l’apogée du film se tient au face à face final entre Franck et Georges. Un moment qui prend vraiment aux tripes, et quand le film s’arrête on est presque content que ça s’arrête (et content qu’il soit toujours bien enfermé). Bref, si vous cherchez du policier qui ne laisse pas indemne, qui traumatise presque et qui est malheureusement une histoire vraie, L’Affaire SK1 est à voir !

Il faut noter aussi la performance des acteurs du film, qui est vraiment très juste, voire troublante.

Adama Niane, acteur inconnu, interprète Guy Georges nous donne vraiment l’impression d’avoir un psychopathe devant nous : c’est très troublant. Il nous ferait presque confondre film et réalité. A sa défense, Frédérique Pons, cette avocate passionnée par son métier qui a tout fait pour comprendre les agissements du meurtrier, est jouée par Nathalie Baye. Elle aussi nous donne l’impression d’avoir fait ça toute sa vie. Quand à Raphael Personnaz, qui est l’inspecteur Franck Magnes, il est lui aussi très juste et donne bien cette image de nouvelle recrue avec des convictions qui finalement donnera tout pour cette enquête (il n’y a qu’à voir sa barbe à la fin du film).

En somme, même si l’histoire de Guy Georges est quelque peu romancée (dans l’affaire réelle, il est encore pire), L’Affaire SK1 est le policier à voir en ce début d’année et qui vous fera rapidement rentrer chez vous après le cinéma.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés