CINÉMA

Kévin Azaïs, étoile montante

Il a fait sensation à Cannes avec Les Combattants. Il a affronté à l’écran Adèle Haenel, un bijou du cinéma français et il s’impose peu à peu dans le paysage du 7e art. 

Il a tout découvert cette année. Cannes, pour la première fois. Un premier rôle, pour la première fois. Les longues promotions d’un film, pour la première fois. Et maintenant les récompenses, pour la première fois.  Il avait joué avec Adjani en 2006, dans la journée de la jupe. En parallèle, il obtient son CAP de plombier-chauffagiste. Kevin Azaïs se doute que le cinéma est un monde très particulier, que l’on peut rapidement devenir une étoile mais aussi vite s’éteindre. 

Ceci dit, il ne risque pas d’être oublié rapidement. Dans Les combattants, il est incroyable. Face au volcan qu’est Adèle Haenel, il est la douceur. Celui qui tempère. Il est aussi celui qui bouillonne intérieurement, le spontané prêt à tout quitter sur un coup de tête pour cette fille qu’il a rencontré quelques jours avant. Ensemble, ils se découvrent, ils découvrent l’amour, aussi. Tous les deux, ils entrent dans un monde qui ne leur correspond pas, celui de l’armée. Tout est organisé, tout est millimétré, aucune place pour la liberté. Alors ils s’en échappent. Ils vivent de rien dans la forêt mais ils vivent heureux. Ils se ressourcent, sont en osmose avec leur macrocosme à eux.

Le regard sublimé, le visage éclairé, Kevin Azaïs entre dans l’univers du cinéma. Par sa sincérité, par sa douceur, par son côté amateur, il nous touche. Mais il a tout d’un d’un grand acteur, prêt à percer et à devenir une étoile. 

Auteur·rice

You may also like

More in CINÉMA