CINÉMA

Félix de Givry – L’homme curieux

Son dépucelage cinématographique avec Eden est une sorte de concours de circonstances finalement, puisqu’il est aujourd’hui l’une des révélations 2015. Et pourquoi pas un nommé pour le césar de l’espoir masculin.

Ce curieux s’est retrouvé dans les bras de la French Touch par l’association Pain Surprise, pinata de projets plus ou moins construits. Un de ces projets c’est Eden, de Mia Hansen Love, réalisatrice d’un Amour de jeunesse. Eden c’est l’histoire de son frère Sven au temps de la french touch. La french touch ? Mais si vous savez bien, ces jeunes français rêvant de la grande Amérique sur les mélodies électro. Les Daft Punk sont le monument aux morts de cette époque, les seuls survivants. Sven, lui, est de ceux qui sont morts avec la fin du vinyle et l’arrivée des mac, Eden c’est sa gloire et sa redescente. Loin d’être destiné au cinéma il aborde son rôle avec sincérité. D’ailleurs, il ne semble même pas jouer réellement : lors d’une rencontre il était étrangement similaire à Sven, le héros de Eden. Las, presque pataud, son flegme naturel aurait plu à la nouvelle vague. Mais à l’heure de l’action pure et dure, de la vitesse et de l’efficacité, Félix de Givry n’est pas dans son élément. Tant mieux, cette différence est un atout charmant. Félicitons donc ce curieux déstabilisant qui a osé se déssaper de sa timidité devant la caméra de Mia Hansen Love.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA