SOCIÉTÉ

2015 l’audacieuse

François Hollande l’a dit : Cette année 2015 doit être placée sous le signe de l’audace. Le président de la République a en effet l’audace d’assumer pleinement aujourd’hui sa politique sociale-libérale, qui semble pourtant si loin de ses engagements de campagne. L’audace de ce début d’année pour François Hollande s’incarne en Emmanuel Macron, son jeune ministre de l’Économie. La loi qui porte son nom est censée relancer l’activité notamment par le travail le dimanche, la libéralisation des lignes d’autocar, ou encore l’ouverture à une certaine concurrence des professions dites réglementées comme les notaires ou les avocats. En somme, des recettes libérales épuisées depuis 40 ans, qu’on nous présente comme de la modernisation, et que les gouvernements de droite comme de gauche mènent de concert depuis quarante ans. Est-ce donc de l’audace que de croire en de vieilles lunes, comme le retour de la croissance ?

L’audace, n’est-ce pas plutôt vouloir tenter de nouvelles choses, et donc de nouvelles politiques ? A l’image de ce qui se dessine en Grèce et en Espagne, avec les gauches radicales de Syriza et Podemos, qui ont elles l’audace de défier l’Europe, en disant que les peuples n’ont pas à souffrir pour payer les dettes que devraient leurs États à des banques. L’audace, n’est-ce pas Thoma Piketty qui refuse la légion d’honneur, pour mieux mettre François Hollande face à ses contradictions ? Le candidat de l’époque avait en effet demandé à l’économiste des conseils en matière de politique fiscale : faire un impôt sur le revenu prélevé à la source, plus progressif, pour enfin plus de justice sociale. Non, aujourd’hui la taxe à 75 % sur les hauts revenus disparaît, tandis que les classes moyennes vont faire la queue devant le trésor public pour demander des délais.

L’audace, n’est-ce pas de réfléchir à un nouveau partage du temps de travail, et non pas en voulant déconstruire les 35h pour que les gens puissent travailler plus, mais en passant à 32h, pour répondre à la situation dans laquelle se trouvent la France et l’Europe ; moins de travail grâce au progrès technologique et à cause de la mondialisation, mais plus de population active ?L’audace, n’est-ce pas de créer de l’emploi, en accompagnant les start-up et les PME plutôt que le CAC 40, ces entreprises qui feront l’économie de demain, dans les domaines de l’écologie et du numérique ? L’audace, n’est-ce pas pas employer les cerveaux brillants qui sortent de nos universités, pour faire de notre pays un pôle important de recherche, pour prendre toute notre place dans le nouveau monde qui s’ouvre devant nous ? L’audace, c’est d’expliquer aux Français que pour sauver notre planète, nous allons devoir apprendre à vivre autrement, plus lentement, en utilisant moins de ressources naturelles, mais que cela n’est pas synonyme d’une baisse du niveau de vie.

L’audace, c’est de redonner de la perspective, pour éviter le repli sur soi. Comment peut-on croire qu’avoir de l’audace, c’est continuer des politiques qui nous mènent encore et toujours dans le mur ? Les Français ne s’y trompent plus. Puisqu’il n’y a pas d’espoir, pas le changement promis, ils comptent bien choisir une alternative : celle du Front National. Et au manque d’audace succéderont alors l’exclusion et la haine. Et cette perspective devrait mener, enfin, à un peu d’audace.

Auteur·rice

You may also like

More in SOCIÉTÉ