ART

KLEMT : dessinateur pointilleux

KLEMT est un artiste dessinateur qui monte ! Originaire de la région de Reims, il répond à Maze Mag et nous explique en quoi consiste réellement son travail, d’où il puise son inspiration et comment il s’est créé une “patte artistique” bien à lui.

Maze : Quel est ton parcours jusqu’à présent ? (études… projets)

Très petit déjà j’ai toujours voulu dessiner. Je voulais être dessinateur de bande dessinée et avec le temps je me suis spécialisé dans le film d’animation 2d en étudiant à St Luc, Bruxelles, puis la 3d à Supinficom, Valenciennes. De là j’ai commencé à travailler dans une petite entreprise sur Limoges. Deux ans plus tard, j’ai commencé à préparer mon voyage pour partir dans les pays de l’Est quand on m’a proposé d’exposer dans une galerie sur Limoges. De là on m’a proposé d’exposer sur Paris pour l’atelier 130. C’est ainsi que, par le fruit du hasard, j’ai démarré ma carrière d’artiste.

Maze : D’où t’est venue l’envie de te spécialiser dans le dessin ?

Le dessin a toujours fait partie de moi. L’envie de dessiner ne m’a jamais quitté. C’est mon oxygène. Ce qui me canalise et me permet de m’évader.

Maze : Comment décrirais-tu ton style de dessin ?

Ce n’est jamais évident de définir son travail. Ma technique s’inspire de la gravure. Chaque dessin est comme une page d’un journal intime, où j’essaye d’aller à l’esentielle, supprimer le superflux pour n’y laisser qu’une émotion qui m’a traversé le coeur. Epurer au maximum et essayer d’être le plus sincère possible. C’est tout ce qui compte.

Maze : Ta méthode nécessite beaucoup de patience, c’est ce qui te caractérise ?

Hélas non, j’ai un tempérament de feu. J’ai du mal à rester en place et je suis quelqu’un très speed. Mais il n’y a que quand je crée que j’arrive à m’apaiser et à rester en place. Les heures défilent sans que je m’en rende compte. C’est comme être dans un autre état où l’on se connecte à une énergie apaisante et abstraite.

Maze : Où puises-tu ton inspiration ? Que représentent tes dessins généralement ? 

Je puise mon inspiration dans tout ce qui m’entoure. Ca peut venir d’une phrase entendue dans le métro, d’une photographie bouleversante ou le croisement d’un regard dans la rue qui reste figé dans notre esprit. Un dessin naît d’un sentiment. Cela peut être la solitude, des doutes ou l’envie de s’évader. Mais je suis très dur envers mon travail. Généralement, une fois mon œuvre achevée je ne l’aime plus. Le temps est révolu et mon énergie n’est plus la même. Ainsi que le regard que je porte sur les chose. C’est comme si une partie de moi était abandonné dans cette œuvre. J’ai vraiment du mal à me rendre compte de la qualité de mon travail, m’obligeant à aller toujours plus loin. Et parfois c’est vraiment difficile de garder confiance en soi. C’est pour cela que je ne tiens pas vraiment à un dessin en particulier. Mais si je devais en choisir un je pense que je prendrais Jonas. C’est celui qui me ressemble le plus à mon sens. L’Homme dans ses pensés (qui représentent pour moi le seul véritable foyer) seul face à la nature.

jonas

Maze : Tu es un artiste en pleine ascension, tu as récemment exposé à New York, tu t’attendais à un tel succès ?

Non pas vraiment, et ce n’est pas le genre de chose qui me transcende. A vrai dire je n’y pense pas.

Maze : Pourquoi ne pas choisir de mettre des couleurs dans tes dessins ? Pourquoi le noir et blanc ?

Certain dessins ont de la couleur ! Mais c’est vrai que je préfère travailler en noir et blanc car j’aime ce contraste. Je ne saurais pas vraiment l’expliquer. Mais je suis en train de préparer d’autre œuvres mélangeant aquarelle et encre de Chine.

Maze : Quels sont les artistes qui t’inspirent le plus ou auxquels tu es attaché ?

Aïe… C’est une question pratiquement impossible à répondre. Mon regard, mes goûts et émotions changent en vieillissant. Il y a toujours des œuvres peintes ou musicales que je garde au fond de moi et qui reviennent souvent à la charge tout au long de ma vie, mon enfance les ayant enfermés à tout jamais dans mon cœur. Mais pour en citer en vrac je dirais Dali, Rembrandt, Girodet, Turner, Claude Serre, Vermeer, Jon Klassen pour ne citer qu’eux.

Maze : Quelles seront les prochaines expositions ? Quels sont tes projets pour la suite ?

Pour l’instant je lève un peu le pied, l’année ayant été très chargée, j’essaye de prendre un peu plus de temps pour moi afin de recharger mes batteries. Mais je suis en train de préparer une nouvelle collection de tableaux qui devrait être présenté sur Paris fin Novembre. Des projets de t-shirts, de lampes, de meubles peints vont faire leur apparition dans les mois qui arrivent. Je pense aussi à m’exporter à Berlin, c’est une ville dont j’ai toujours voulu visiter. Mais je me laisse porter par le vent comme je l’ai toujours fait. J’ai confiance en ma bonne étoile.

Son site internet : http://klemt.fr/

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/klemt?fref=ts

Auteur·rice

21 ans - Etudiante à Sciences Po Strasbourg

Vous pourriez aussi aimer

More in ART