CINÉMA

Les ciné critiques de Juin

Le mois de Juin et sa fête du cinéma aura été plutôt riche avec plusieurs types de science-fiction comme Transcendance et Under The Skin, à côté du thriller The Two Faces Of January ou du drame judiciaire et engagé Le procès de Viviane Amsalem, et du chef d’œuvre d’animation Dragons 2. Les rédacteurs de Maze ont aussi été très en forme puisque tous ces films sont chroniqués dans ce numéro ! Retrouvez dans ces ciné-critiques quatre films qui ont aussi fait le mois.

Source : cinemablend.com

La Terre est envahie d’aliens, les Mimics, super puissants et organisés… Bienvenue dans Edge Of Tomorrow ! (Sorti le 04/06) Bill Cage, un cadre dans l’armée qui ne s’est jamais battu, se retrouve rétrogradé du jour au lendemain et est envoyé au combat. Il va rapidement mourir lors de la mission, mais tuant dans sa mort un Alpha, un alien télépathe chef des Mimics. Le sang de cet alien va alors lui donner un pouvoir, celui de recommencer sa journée, à chaque fois qu’il meurt. A l’aide de Rita Vrataski, une agent soldate imposante, il va aller toujours plus loin dans sa mission au fil de sa journée qui se répète et même trouver un moyen d’en finir avec les Mimics… Scénario aux airs complexes, Edge Of Tomorrow s’avère être un film simple mais cruellement efficace. Aliens, voyage dans le temps, humour, petite romance et surtout pas mal d’action, la recette de ce type de science-fiction est bien là. Tom Cruise (Bill Cage dans le film) ajoute à sa filmographie un très bon successeur du genre à Oblivion où il avait aussi le rôle principal l’an dernier. Emilie Blunt est aussi impressionnante dans son armure, qui était aussi lourde que ce qu’elle en a l’air au tournage, ce rôle de Rita Vrataski va surement la faire connaitre aux yeux du grand public. En somme, Edge Of Tomorrow est un divertissement très sympathique, plutôt original, qui vous fera passer un bon moment, surtout si vous aimez Cuise et ses aliens !

Source : sciencefiction.com

Science fiction toujours, mais un peu plus psyché avec Zero Theorem ! (Sorti le 25/06) Dans un Londres du futur, le monde n’est que bruit, publicités, joie et bonheur, le tout sous contrôle. Qohen, lui ne sort de chez lui que pour aller travailler, ne supportant pas l’ambiance du monde extérieur. Son patron est le mystérieux Management, qui va lui confier la tache de résoudre le théorème zéro sensé déterminer le sens de l’existence ou non. Un travail qui va l’accabler, alors qu’il attend son appel qui lui aurait donné le but de sa vie. Que d’histoires existentielles, c’est sans compter les visites de la mystérieuse Bainsley et du fils de Management, génie de l’informatique. Au final, à la recherche du sens de la vie, c’est l’amour qui va s’inviter de la vie de Qohen, mais pour quel résultat ? Et bien là est le mystère. Film à question qui ne présente pas de réponse directe, on regrettera que la fin de l’histoire parte si loin dans un délire psyché et plus très compréhensible, et en même temps assez cliché avec l’amour qui triomphe de tout. Néanmoins, l’ensemble de l’histoire, l’ambiance générale du film, l’inscrit dans une lignée Orwellienne, avec les caméras de Management omniprésentes (Big Brother), le travail qui n’en finit plus, la recherche du sens de la vie… Zero Theorem est encore une illustration de ce monde futuriste et dangereux pour l’humanité. Le film manque un poil d’originalité du coup vu son sujet mais on passe quand même un bon moment de science-fiction, visuellement très réussi. Coté casting, on retrouve Christoph Waltz (Inglourious Basterds, Django Unchained…) dans le rôle principal, ainsi que Matt Damon qui apparaît rapidement en Management. En somme, Zero Theorem ne plaira pas forcément à tous les publics, mais ceux qui avait aimé le  Terry Gilliam de Brazil s’y retrouveront.

Source : smallthings.fr

Source : smallthings.fr

Pour ceux qui ont un humour plutôt limite, on vous recommande Albert A L’Ouest. (Sorti le 02/07) Dans le Far West, Albert, un éleveur de moutons, vient de perdre sa petite amie après s’être échappé d’un duel. Il va alors rencontrer la femme du meilleur bandit et tireur de la région, Clinch Leatherwood, qui va lui apprendre à manier son pistolet afin de reconquérir sa copine, partie avec un riche moustachu. C’est sans compter que Clinch ne va pas apprécier qu’Albert soit trop proche de sa femme… Scénario léger à la romance ultra prévisible qui n’a aucun intérêt (elle n’est même pas traitée avec humour), voilà comment Albert A L’Ouest pourrait déjà être un mauvais film. Mais non il ne se contente pas que de ça. Cette histoire n’est qu’une excuse au réalisateur (Seth MacFarlane, qui a aussi fait Ted, le dessin animé American Dad…) pour enchaîner ses gags et ses trips hallucinés en un seul film. Et on ne peut pas dire que ce soit du meilleur gout ! Morts crades, humour scatophile permanent (pour de vrai, plus de la moitié des blagues sont là-dessus), dialogues gras, arrières plans sexuels mal placé… Il faut vraiment aimer ce genre d’humour (si vous n’aviez pas aimé Ted, alors ne tentez pas celui-ci). Seules deux scènes sont bien placées – et n’ont d’ailleurs aucun rapport avec l’ensemble du film – Doc en train de réparer sa DeLorean et Django au stand de tir, oui oui ! On peut tout de même noter un plutôt bon casting, notamment avec Charlize Theron et surtout Liam Neeson qui surprend mais que l’on voit super bien en brigand du Far West. MacFarlane, quand à lui, fait très bien le sheep boy paumé dans sa vie et son environnement. On se demande si il est pas lui même paumé dans ses propres blagues… Bref, si vous aimez le genre, sinon les 2h de film vous paraîtront longues, très longues…

Source : unifrance.org

De l’humour encore, mais plus fin et british cette fois dans Duo D’Escrocs. (Sorti le 02/07) Un couple divorcé depuis quelques années va se retrouver sur la paille après que l’entreprise de monsieur se soit faite rachetée et coulée par un riche entrepreneur français. Ils vont décider de partir tous les deux à Paris, puis à Cannes, pour essayer de récupérer leur argent sous la forme d’un énorme diamant. Intrusion dans le mariage de l’entrepreneur, kidnapping, séquestration, infiltration… Et oui, on se croirait dans Mission Impossible ! Mais ici tout est fait avec légèreté et beaucoup d’humour, ce couple (enfin, cet ex-couple) étant assez âgé ne se rend que moyennement compte de ce qu’il fait. Les blagues à la british et les jeux de mots s’enchaînent et font mouche. On apprécie également la relation de ces deux personnages, ex puis plus trop ex, donnant une légère touche de comédie romantique qui ne fait pas de mal. Coté casting, on retrouve un très bon anglais : monsieur Pierce Brosnan (James Bond) accompagné d’Emma Thompson (Dans l’Ombre de Mary, Harry Potter…) et suivis entre autre de Timothy Spall (Harry Potter, Le Discours d’un Roi…). Duo d’Escrocs est un petit film sans prétention qui donne le sourire !

Ces ciné-critiques sont donc les dernières, elles laisseront place à des critiques plus complètes à la rentrée comme la rédaction couvre toujours plus de films chaque mois. En attendant, retrouvez dans ce numéro le guide des blockbusters de l’été (La Planète des Singes : l’Affrontement, Transformers 4 : L’Age de l’extinction, Expendables 3, Hercule, Les Gardiens de la Galaxie chez Marvel, etc…). Vous pourrez aussi voir sur vos écrans le nouveau Luc Besson, Lucy, avec Scarlett Johansson, l’adaptation du best-seller de John Green avec Nos Etoiles Contraires, la Palme D’Or 2014 avec Winter Sleep (si vous avez le courage de vous enfermer 3h15 dans un décor de neige en plein mois d’aout), la purge de l’horreur avec American Nightmare 2 : Anarchy,  mais aussi The Raid 2, Nos Pires Voisins, Enemy, 22 Jump Street

Auteur·rice

You may also like

More in CINÉMA