SOCIÉTÉ

Colombie : la réélection de Juan Manuel Santos sauve le processus de paix avec les FARC

Juan Manuel Santos a été réélu dimanche 15 juin 2014 pour un second mandat à la présidence de la Colombie. Le président sortant a remporté le second tour de l’élection présidentielle avec 50,9 % des voix contre Ivan Zuluaga, son adversaire de droite qui a obtenu environ 45 % de suffrages. Cette réélection est un espoir pour les négociations concernant le processus de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie, appelées FARC.

La réélection de Juan Manuel Santos

Cet événement est à la fois marqueur de la défaite de l’adversaire de droite de Juan Manuel Santos, Ivan Zuluaga. Mais il appuie également celle d’Alvaro Uribe, ancien Président colombien sous lequel Juan Manuel Santos était ministre de la Défense. Ce dernier a en effet gagné à trois reprises : en 2002 et 2006 sous son nom, en 2010 avec Juan Manuel Santos. Mais pour ces dernières élections, Alvaro Uribe soutenait Oscar Ivan Zuluaga. Cependant, il faut tout de même souligner qu’étant élu avec 50,9 % des suffrages, soit 7.79 millions de voix, la victoire reste faible pour Juan Manuel.

Si l’on s’intéresse de plus près à la répartition des suffrages, on observe la suprématie du président sur les côtes pacifique et atlantique, sur la frontière Est et à Cali, Barranquilla et Bogota, où les votes auront été primordiaux pour cette victoire.

Les partis de gauche n’ont pas donné de consigne de vote, cependant la plupart – et les principaux – leaders se sont ralliés au vainqueur. Citons par exemple Clara Lopez, la candidate du Polo democratico à la présidentielle ou le maire de Bogota Gustavo Petro. Même la marcha patriotica, un regroupement de syndicats, de mouvement sociaux et d’ONG avait annoncé sa préférence pour Juan Manuel Santos.

Ce choix peut d’ailleurs apparaître paradoxal étant donné que Juan Manuel Santos représente la droite néolibérale, la grande bourgeoisie de Bogota. Il compte Harvard et la LSE dans son éducation. Partisan du libre-échange, il a souvent ratifié les accords négociés pendant le mandat de son prédécesseur, Alvaro Uribe.

Suite à sa victoire, Juan Manuel Santos a prononcé son discours. Gabriel Garcia Marquez, Prix Nobel de littérature de 1982, a notamment été cité afin de parler de son “rêve d’une Colombie unie où l’éducation donnait sa chance à tous”. Il a poursuivi : “Aujourd’hui je m’engage à travailler pour ce pays dont rêvait Gabo, un pays réconcilié et en paix”. On voit donc bien la place qu’occuperont les négociations avec les Farcs dans son mandat.

En plus de cela, les projets de réformes se font nombreux : “Le gouvernement doit fermer les brèches entre les régions du pays et entre les individus. Aucun pays ne peut se développer avec autant d’inégalités”.

FARC | Source : sekuritaci.cz

FARC | Source : sekuritaci.cz

Le processus de négociations avec les FARC

Juan Manuel Santos avait entamé des discussions avec la guérilla durant son premier mandat, et avait pour projet de les continuer. Ainsi, sa candidature à l’élection présidentielle faisait figure de référendum sur la stratégie qu’il avait adoptée : sa réélection signifie l’accord de la population colombienne avec la politique conduite par Santos.

En effet, son adversaire, Oscar Ivan Zuluaga, avait exprimé son souhait d’établir de nouvelles conditions de négociations avec la guérilla. Propositions qui ont en partie effrayé l’électorat, conforté par le bon déroulement des discussions entamées par Santos.

Attention, la paix n’est pas gagnée pour autant. En effet, les positions de Santos restent précaires, notamment au Sénat et au Congrès. Sans compter que sa victoire n’a pas pour autant affaibli durablement le centro democratico d’Alvaro Uribe qui dénonce un achat de voix qui aurait faussé le scrutin. Ainsi, comme l’a déclaré Oscar Ivan Zuluaga, “la lutte continue” contre cette “machine étatique” ; que ce soit concernant le processus de paix avec les FARC ou le reste : éducations, santé…

Auteur·rice

Attachée de presse de cinéma et blogueuse, je fais partie de l'équipe de Maze depuis plus de quatre ans maintenant. Le temps passe vite ! Je suis quelqu'un de très polyvalent: passionnée d'écriture ("j'écris donc je suis"), de cinéma (d'où mon métier), de photo (utile pour mon blog!), de littérature (vive la culture !) et de voyages (qui n'aime pas ça?). Mon site, www.minimaltrouble.com, parle de développement personnel, de productivité, de minimalisme mais aussi de culture :)

Vous pourriez aussi aimer

More in SOCIÉTÉ