CINÉMA

Minuscule : La Vallée des Fourmis Perdues

Alors qu’un très grand nombre de films d’animations sortent dans nos salles obscures, certains, parfois, sortent du lot. Il n’est ni signé Disney ni Pixar ou Dreamworks et pourtant ce film est un petit bonheur d’une heure et demie, écolo et français. Immersion dans Minuscule : La Vallée des Fourmis Perdues.

Droits réservés

Un pique-nique qui se finit rapidement. Des aliments qui restent dans les forêts montagneuses. Et voilà que tous les insectes viennent se servir un bon festin. Mais lorsqu’une compagnie de fourmis tombe sur la boîte à sucre pleine, rien ne devient plus précieux, et elles vont se mettre en route pour la fourmilière. Pendant ce temps, une petite coccinelle va perdre de vue sa famille, avant d’être malmenée par des mouches et laissée pour morte, seule. Mais le destin de cette petite coccinelle va changer lorsqu’elle va rencontrer les fourmis et les sauver du lézard rodant par là. Elle décide alors de poursuivre sa route avec elles. Mais le voyage jusqu’à la fourmilière sera épique, les terribles fourmis rouges voulant aussi le précieux butin et ne lâchant jamais l’affaire.  Nos fourmis vont tout de même remonter leur vallée et se préparer à la guerre contre les rouges qui préparent leur assaut de la fourmilière …

Petit topo mignon pour un film sans temps morts ! On est captivé du début à la fin par les péripéties de ces petites bêtes. Et les qualités de Minuscule sont nombreuses : humour, émotions bien dosées (oui oui, même avec des insectes) et réel bonheur de passer 90 minutes sans une seule parole, et oui Minuscule est un film muet ! Les insectes y ont leur propre langage et expressions, compréhensibles bien sûr, qui donnent plus l’impression de regarder un documentaire sur leur vie plutôt qu’un dessin animé. Immersion réussie. Mais il y a aussi les nombreuses références à d’autres œuvres cinématographiques qui sont un plaisir à retrouver : maison de l’araignée façon Psychose, assaut de la fourmilière comme dans Le Seigneur des Anneaux, combats aériens à la Star Wars, ou autres références à Harry Potter, Shining, Delivrance …  Minuscule se savoure peu importe l’âge.

minuscule-la-vallee-des-fourmis-perdues

Droits réservés

A la base, Minuscule est une série diffusée sur les “chaînes jeunesse” sous le nom de Minuscule : La Vie Privée des Insectes. Elle a été créée par Hélène Giraud et Thomas Szabo en 2006 et compte aujourd’hui trois saisons. C’est donc après environ 175 épisodes, entre 5 et 26 minutes de durée, que la série s’est offert un long métrage.  Le principe de cette série, et du film, est d’intégrer des petits insectes en image de synthèse dans des décors en prises de vues réelles. Cette technique est employée rarement, et le résultat est bluffant ! La prouesse technique est bien là, les images sont parfaitement cadrées et les insectes tellement bien intégrés qu’on y croit totalement. Nous sommes  complètement immergés dans les paysages vus à hauteur d’insecte. Côté son, la musique et les bruitages ont aussi leurs rôles : thèmes pour chaque insecte ou encore bruit des gouttes de pluie et du vent dans les feuilles, parfois captés en live, l’ensemble nous plonge encore un peu plus dans ce monde minuscule. Sans oublier la 3D, très immersive elle aussi, qui magnifie les paysages et ajoute de la proximité avec les petits insectes.

Minuscule

Droits réservés

En somme, si vous avez des petits frères ou sœurs qui veulent aller au cinéma, si vous avez juste envie de vous détendre et de profiter d’un film sans présence humaine avec juste de la musique et de la vie dans une forêt de montagne, si vous avez envie de rire et d’être captivé par une épique histoire d’insectes, ou si vous voulez juste découvrir un film d’animation comme n’en voit pas souvent, courrez voir Minuscule : La Vallée des Fourmis Perdues !

Auteur·rice

You may also like

More in CINÉMA