ART

Un (autre) artiste : Claude Monet

Le modèle est Camille Doncieux, première femme de Monet.

Claude-Oscar Monet, que l’on peut considérer comme le représentant de l’impressionnisme, est né le 14 novembre 1840 à Paris, et est mort à l’âge 86 ans le 5 décembre 1926 a Giverny, où se trouve sa fameuse maison et ses jardins que l’on retrouve dans un grand nombre de ses toiles. Né de parents commerçants, il va passer la majorité de son enfance puis adolescence au Havre ou son père tenait un petit commerce. C’est très jeune qu’il va développer un goût pour le dessin. Il commencera par dessiner des caricatures de ses maîtres ou bien d’hommes politiques. Après le décès de sa mère en 1857, il va arrêter ses études, mais va, sous l’impulsion de sa tante, continuer à dessiner. C’est Eugène Boudin qui va le convaincre de peindre des toiles et ensuite d’aller à Paris. Monet dira même “si je suis devenu un peintre, c’est à Eugène Boudin que je le dois”. En 1869, il fera son premier séjour à Paris, mais celui-ci ne sera pas ou peu concluant. Pause dans sa carrière, il sera tiré au sort pour aller en Algérie en 1861, mais il obtiendra une autorisation de rentrer à cause d’une fièvre typhoïde. Sa tante lui paiera l’exonération, c’est-à-dire le droit d’être démobilisé. Mais elle fit cela à la seule condition qu’il fasse des études d’art. Il repartira donc a Paris où il rencontrera en 1862 Renoir, Sisley et celui qui sera un de ses meilleurs amis, F. Bazille. Il retournera à Honfleur en 1864, avec Bazille, mais  retournera s’installer à Paris à la fin de cette même année. Lors de la période 1866-1870, les principaux évènements dans sa vie seront sa rencontre avec Camille Doncieux, son mariage avec elle et la naissance de son premier fils, Jean Monet en 1867. Le second évènement, plus triste, sera la perte de son grand ami Bazille lors de la guerre en 1870. Il s’expatria d’ailleurs au Royaume Uni cette même année pour échapper à la guerre. En 1871, il perdra aussi son père et décidera de revenir en France, après être passé par les Pays Bas. En 1874 a lieu la 1ère exposition de impressionnistes alors appelée “la société anonyme coopérative d’artiste”, où seront notamment exposées plusieurs toiles de Monet. Le terme “impressionnisme” a été inventé par Louis Leroy dans une critique du Charivari sur cette exposition. Quatre ans plus tard, en 1878, Monet revient à Paris. Camille accouchera cette même année de son second enfant Michel Monet. Malheureusement, elle décédera l’année suivante du fait d’une maladie et de mauvaises conditions de vie qui auront empêché son rétablissement. Monet la peindra sur son lit de mort.

Monet dans son jardin  aux nymphéas de Giverny

Monet dans son jardin aux nymphéas.

C’est en 1883 que Monet s’installe dans sa fameuse maison de Giverny (un ancien pressoir) dont il convertira le verger de pommiers et de poiriers en un jardin floral. Il s’y installera avec ses deux enfants, sa seconde femme Alice et les six enfants de cette dernière. Il a alors 40 ans et n’a parcouru que la moitié de sa vie. Quelques années plus tard il obtiendra une reconnaissance aux États Unis grâce à Paul Durand-Ruel, qu’il a rencontré lors de son séjour londonien. Grâce a cette reconnaissance, Monet verra ses finances s’améliorer et achètera sa maison en 1890. Trois ans plus tard il achètera le terrain marécageux qui deviendra son fameux jardin aux nymphéas. Ce jardin est séparé de sa maison par une ligne de chemin de fer, ce qui inspirera à  son ami Clemenceau la phrase “Et en plus il a le train chez lui ! “. Après cela il fera quelques voyages à Londres, ville qui l’avait fasciné. Il souffrira d’une cataracte à la fin de sa vie et, sur les conseils de Clemenceau, il se fera opérer de l’œil droit, mais affecté par les conséquences de l’opération il refusera de se faire opérer de l’œil gauche. Il s’éteindra dans sa maison de Giverny le 5 décembre 1926 a l’âge de 86 ans. La dernière citation de Clemenceau à son sujet, sur son lit de mort, lors du choix de son linceul funéraire fut :

Pas de noir pour Monet ! Le noir n’est pas une couleur !

Monet est le parfait exemple d’un artiste qui a persévéré, malgré les difficultés notamment financières qu’il a eues lors de sa vie, et qui a fini par devenir un des plus grands (si ce n’est le plus grand) artiste de son temps.

Vous pourriez aussi aimer

More in ART